"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les actes d'intolérance se multiplient
Sous prétexte de défendre la religion
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2009

Et revoilà l'inquisition drapée des oripeaux du rigorisme et de la bienséance la plus chafouine qui frappe de nouveau ! Le fait : Djamila, une jeune émigrée, et son cousin, ont été arrêtés le 1er septembre dans un parking attenant au parc zoologique de Ben Aknoun alors qu'ils s'apprêtaient à casser la croûte à bord de leur véhicule. Ils sont embarqués manu militari au commissariat de Draria et placés en garde à vue pendant 24 heures, avant de se voir transférés à la prison d'El Harrach. Ils ne doivent leur salut qu'à l'intervention d'un personnage haut placé qui a hâté leur libération. Malheureusement, le calvaire de Djamila et son cousin n'a rien d'une petite fausse note dans un havre de tolérance.
Qu'on se souvienne de l'affaire des six personnes condamnées, le Ramadhan dernier, à 4 ans de prison ferme par le tribunal de première instance de Biskra. Il leur avait été reproché de s'être livrés à des jeux de société, une bouteille d'eau gisant à côté d'eux. Ils finiront par être acquittés grâce à la mobilisation de pans entiers de l'opinion, scandalisés par cette chasse aux sorcières d'un autre âge. Rappelons également le cas de ces trois manœuvres en bâtiment « surpris » sur un chantier, à Alger, en train de griller une cigarette. Le châtiment s'est voulu, également, aussi sévère qu'exemplaire. Le tribunal de Bir Mourad Raïs les avait condamnés, le 30 septembre 2008, à 3 mois de prison ferme avant que la cour d'appel ne revoie la sentence à la baisse en les condamnant à 2 mois d'incarcération avec sursis, sachant qu'ils avaient purgé cette même peine au titre de la détention préventive.
La liberté de conscience aux orties
Il est important de souligner que les magistrats ayant eu à statuer sur ces cas ne s'appuient sur aucun texte clair. De fait, il n'existe pas, dans le code pénal, d'article explicite, signalent les juristes, qui condamne expressément les non-jeûneurs. L'action publique repose, en l'occurrence, sur un article vague introduit dans le corpus juridique à la faveur de l'amendement du code pénal et du code de procédure pénale opéré en 2002. Il s'agit de l'article 144-bis 2 qui dit : « Est puni d'un emprisonnement de trois à cinq ans et d'une amende de 50 000 DA à 100 000 DA, ou de l'une de ces deux peines seulement, quiconque offense le Prophète (paix et salut soient sur lui) et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l'Islam, que ce soit par voie d'écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen. » En l'espèce, on ne peut que constater « l'élasticité » du code pénal qui laisse ainsi à l'appréciation du juge l'étendue de la peine à infliger au contrevenant aux règles sacrées du Ramadhan. Dans ce même ordre d'idées, il faut relever cette autre aberration qui consiste à priver les ressortissants étrangers de toute possibilité de se sustenter le jour, en période de jeûne. Cela a été observé y compris dans des hôtels cotés, qui, pour nombre d'entre eux, poussent l'inhospitalité jusqu'à refuser à leur clientèle non musulmane le petit-déjeuner. Que de fois n'avons-nous entendu autour de nous nos aînés évoquer, non sans une certaine nostalgie mâtinée de rage, une Algérie beaucoup plus tolérante, plus ouverte, où il faisait bon vivre malgré tout et où jeûneurs et non-jeûneurs se fréquentaient dans une parfaite indulgence. A la lumière de ce qui vient de se passer à Ben Aknoun, on mesure l'ampleur de la régression accusée par notre société et l'emprise des pratiques inquisitrices qui ciblent avec acharnement les « minorités » de toute sorte (qu'elles soient cultuelles ou culturelles) qui se cramponnent à leur pays, l'Algérie, contre vents et marées. Les exemples de cette intolérance tous azimuts ne manquent pas. On se rappelle de l'épisode de Habiba K., cette citoyenne de Tiaret condamnée en première instance à trois ans de prison. Son tort ? Elle était en possession d'exemplaires de la Bible, elle qui s'était convertie au christianisme. Citons aussi le tollé soulevé par les miniatures qui illustrent l'excellent livre de cheikh Khaled Bentounès, Soufisme, l'héritage commun, une levée de boucliers qui a mobilisé, outre les forces fondamentalistes les plus obscures, des cercles proches du pouvoir. Rappelons également la campagne de fermeture des bars et autres night-clubs au pas de charge et le durcissement des licences d'ouverture de débits de boissons, plongeant nos villes dans un climat de « prohibition ». L'excès de zèle frisant le folklore qui a entouré le Ramadhan des Verts lors de leur stage au cercle militaire de Beni Messous, avant le choc Algérie-Zambie, qui a fait les choux gras de certains médias (ENTV en tête), en a choqué plus d'un avec tous ces reportages gentillets qui s'échinaient à mettre en évidence la piété et l'atmosphère de khouchouâ dans laquelle le groupe évoluait en ce mois sacré. Des titres sont allés jusqu'à comparer le match de dimanche dernier à la bataille de Badr, avec un atavisme consommé où la bigoterie le dispute au populisme en puisant à volonté dans la mythologie fantastique d'un Islam fantasmé.
À quand des « espaces non-jeûneurs » ?
Question naïve : à quand des espaces non-jeûneurs dans les entreprises, dans les trains longs trajets, voire dans certains espaces publics ? Il ne faut pas rêver, surtout à voir les campagnes policières de chasse aux couples, aux harraga et aux non-jeûneurs se doubler d'un effort médiatique sans précédent pour engouffrer définitivement la société algérienne dans le Moyen-Âge. La tolérance, c'est l'affaire d'institutions fortes, nous semble-t-il, dont les médias sont des acteurs de premier plan. Qu'un quotidien, Ennahar pour ne pas le nommer, joue les procurateurs bondieusards en mettant, dans sa Une d'hier, un jeune sur le point de mordre dans un sandwich, cela n'a qu'un nom : la délation. Le journal titre en grosse manchette : « Des cafés et des restaurants bafouant la sainteté du Ramadhan en plein jour. » Dans le reportage qui pointe du doigt la Kabylie comme bastion de la chrétienté et fief des anti-Ramadhan (un thème cher à une certaine presse à sensation), l'auteur du papier va jusqu'à dénoncer à la police un groupe de récalcitrants pas très emballés par le rite du carême. Mais les services de police n'ont pas jugé utile de rééditer l'action musclée de leurs collègues de Ben Aknoun, regrette le cafteur. Moralité : il apparaît urgent, dans cette Algérie déboussolée, cette Algérie gangrenée par la haine et l'intolérance, de sonner la révolte des citoyens libres et de susciter la mobilisation de tous afin de récupérer tous ces espaces de liberté cédés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.