Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    «Papicha» ou le drame de la censure?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'islamisme sauvera le régime algérien en 2012
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2012

Fin connaisseur du fonctionnement et des arcanes du pouvoir algérien, l'ancien animateur de l'émission Aldjaliss sur l'ENTV et éphémère chargé de communication à l'APN intervenait sur invitation du groupe Médias Maghreb de Montréal.
La conférence qui avait pour titre Le « printemps arabe », un an après: révolte, ingérence et islamisme, a attiré un public nombreux composé majoritairement d'Algériens et Maghrébins venus l'écouter parler de l'Algérie.
D'emblée, il a regretté que ce débat ne puisse pas avoir lieu dans une université algérienne puisque cette dernière ne produit plus rien depuis
une vingtaine d'années.
Échéance électorale oblige, Fodil Boumala s'est attelé à démontrer que le pouvoir algérien prépare un scénario qui lui évitera d'être jugé ou
poursuivi par le peuple algérien. Un pouvoir qui a basé sa stratégie sur La violence, l'exclusion et la non reconnaissance des textes fondateurs du pays.
Si en 1992, le régime d'Alger en déposant Chadli et arrêtant le processus électoral a été sauvé au nom de la république et de la démocratie par des républicains et des démocrates; aujourd'hui, il est en train de négocier avec les islamistes. Et ce sera l'islamisme qui sauvera le régime en place. L'agrément de quelques partis qui vont voir le jour dans les semaines à venir et dont la moitié est islamiste permettra à ces derniers de piquer directement dans l'électorat du FLN et RND qui leur permettra de siéger dans le prochain parlement. Au final, le pouvoir aura la paix sur tous les fronts. C'est ce qui se passe en Egypte, c'est ce qui s'est passé avec une légère différence en Tunisie et d'une façon flagrante au Maroc.
D'ailleurs, selon Boumala, il ne faut plus analyser l'islamisme dans la région en dehors du paradigme du pouvoir. Il affirme qu'il lui est
intrinsèque. Ils font un bloc. Il rappelle que ce sont les salafistes du parti Ennour qui défendent le mieux, actuellement, le conseil militaire
égyptien.
Les frères musulmans eux-mêmes n'ont jamais été dans le processus révolutionnaire qui a fait tomber le régime Moubarak – à ne pas confondre avec leur présence à travers leurs réseaux de prise en charge sanitaire, de nourriture etc. Ils ont tenté par la suite de récupérer le mouvement.
Pour comprendre pourquoi les peuples votent pour les islamistes, il est nécessaire, selon lui d'analyser la structure mentale
des sociétés de la région.
Fodil Boumala dont le propos oscillait entre l'académique et le discours politique, n'a pas caché son incrédulité face à la possibilité du régime de se réformer de l'intérieur. Il faut avoir aussi le courage, selon lui, de reconnaître que l'Etat central tel que greffé sur le pays depuis son indépendance n'est plus en mesure de le gérer et qu'il faut commencer à réfléchir au concept de régionalisation.

Manipulés ?
Lamine Foura président de Médias Maghreb avait parié sur un débat chaud, et il a été bien servi, en mettant dans le même panel Fodil Boumala et deux intervenants sceptiques face aux événements du printemps arabe : Ahmed Bensaada d'origine algérienne et vivant au Canada depuis une vingtaine d'années, docteur en physique et auteur d'un essai sur le rôle des Etats-Unis dans le printemps arabe Arabesque américaine : Le rôle des Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe paru en avril dernier aux éditions Michel Brûlé (Canada).
Pour lui, rien n'est spontané dans les événements qui ont suivi l'immolation de Mohamed Bouazizi , flirtant ainsi avec une théorie du complot dont il s'en défend énergiquement. Les Etats-Unis s'y étaient préparés en formant un bataillon de cyberdissidents tunisiens, égyptiens, yéménites….prêts à en découdre pacifiquement et à travers les réseaux sociaux facebook, Twitter et youtube avec les pouvoirs sur place.
Sur les 120 pages, Ahmed Bensaada, a réalisé un travail de recherche très documenté mais ne donne pas vraiment une réponse sur le
pourquoi « de la décision de changer les régimes sur place par les Etats-Unis ».
Son écrit trouve aussi écho chez Mezri Haddad ancien ambassadeur de Tunisie à l'UNESCO qui participait à la conférence en direct de Paris par visioconférence. Dans son livre La Face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque (éd. Apopsix), il affirme que le printemps arabe n'est qu'un scénario déjà écrit par l'administration Bush dans son plan de construction du Grand Moyen Orient.
Autant d'affirmations qui ont fait sortir Fodil Boumala de ses gonds. Ainsi le modérateur Frédéric Castel, chercheur à l'UQAM, avait à gérer le clash, prévisible, avec Ahmed Bensaada. Boumala s'est senti insulté, lui le cyberdissident qui base toute sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux (Res Publica II sur facebook).
Toutefois, il n'est pas allé au-delà du procès d'intention en reprochant à Bensaada le choix de son sujet sans l'attaquer sur le fond et détruire son argumentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.