L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des leaders de l'opposition financés par des organismes américains proches de la CIA
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 03 - 2012

Arabesque américaine : le rôle des Etats-Unis dans les révoltes arabes, tel est le titre d'un nouvel ouvrage qui vient de sortir en Algérie et qui a toutes les raisons de connaître un véritable succès en librairie.
Actualité oblige, l'auteur, le Dr Ahmed Bensaâda, ancien enseignant de physique à l'université d'Oran et actuellement chercheur à l'école polytechnique de Montréal s'est rendu cette semaine à Alger pour faire la promotion de ce petit livre publié aux éditions Michel-Brulé (Québec) et à Synergie (Algérie). A l'ère de la cyber-révolution, l'auteur n'a pu s'empêcher de s'interroger, lui aussi, sur le succès fulgurant des réseaux sociaux. «lire Bensaâda, internet n'est plus un instrument de libération mais il est en passe de devenir un instrument d'inquisition», telle est la réaction d'une de ses premières lectrices. Et pourtant, l'auteur se défend de faire partie des conspirationnistes pour la simple raison qu'il croit véritablement, lui aussi, à une conspiration mondiale ?! On savait déjà que l'internet, le réseau des réseaux était à la base d'une invention de l'armée américaine tombée par la suite dans le domaine public. Beaucoup soupçonnait, en effet, l'existence de liens entre ces réseaux sociaux et les différentes institutions de renseignement américaines notamment avec la CIA. Aujourd'hui, avec moult détails pratiques, l'auteur confirme, si besoin est, que les Etats-Unis ont bel et bien accompagné et encadré concrètement les principaux activistes et cyberdissidents du «Printemps arabe» qui , dorénavant, face à ces nouvelles accusations n'aura plus rien de «bucolique». Il y a tout lieu de croire que cette implication américaine dans les soulèvements de la rue arabe a de quoi refroidir aujourd'hui les ardeurs de nombre d'opposants algériens qui se sont toujours refusé à céder aux avances étrangères. L'auteur révèle, ainsi, que des organismes américains qui exportent actuellement la démocratie dans le monde arabe telles l'Usaid, la NED, Freedom House ou encore l'Open Society Institute ont bel et bien, aidé en Algérie des associations et des membres de la société civile par des sessions de formation ou encore par des subventions directes. Parmi ces révélations, l'auteur cite d'emblée des noms d'associations et de membres de la «société civile» algériennes qui auraient bénéficié de subsides de ces organismes américains qui, décidément, nous veulent, à nous aussi, tant de bien. Il cite notamment des membres de l'opposition regroupée dans la défunte CNCD dont la Laddh présidée actuellement par maître Mostefa Bouchachi qui, selon l'auteur aurait bénéficié de subventions de la NED durant les années 2002, 2004 et 2005. Il évoque également le Snapap de Meziane Meriane qui, d'après l'auteur, active en bonne intelligence avec Solidarity Center, un des quatre satellites de la NED, spécialisé dans le mouvement ouvrier. Il citera enfin le nom de Fodil Boumala, l'ancien journaliste de la télévision nationale qu'il a rencontré durant son récent périple américain. Pour revenir à l'essentiel du livre, l'auteur fait une longue genèse des «révolutions colorées» de l'Europe de l'est (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizistan) en démontrant que de tels liens restent des plus probables. Pour lui , une chose est évidente, le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l'Est dans les années 2000. Comme il est de notoriété publique que ces révolutions ont été structurées, formées et financées par des organismes américains , il serait logique de conclure qu'il y a présence d'une main américaine derrière ces révoltes de la rue arabe?». Le rôle proéminent des USA est ici, mis en relief à travers notamment leur implication dans les Ntic ? et ce , bien avant le début de la contestation. L'auteur relativise, toutefois, ce «rôle déterminant» des Etats-Unis dans l'évolution de l'histoire du monde arabe et se défend d'être un pro dictateur. Si pour lui, on peut, certes, imputer plusieurs mystifications fomentées par les Etats-Unis via le web, les situations révolutionnaires vécues actuellement dans le monde arabe ont pour causes essentielles la corruption, le népotisme, la répression, le chômage, etc. Pour lui, il ne subsiste cependant aucun doute? Plusieurs régimes arabes sont tombés notamment grâce au recours «orienté» des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) et notamment à travers les réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter ou encore Youtube. Bensaâda reviendra également en détail sur le logiciel TOR qui permet la navigation anonyme sur internet. Cet outil très puissant a été mis à la disposition des cyberdissidents arabes afin de partager de l'information. Jamais à court d'idées pour contourner la censure, de nombreuses start-up américaines sont financées pour trouver des solutions à cet effet. D'après lui, TOR a été d'une grande utilité aux cyberdissidents tunisiens et égyptiens lors de leurs révoltes. Il rappellera que la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton avait déclaré officiellement, en janvier 2010, la ferme volonté des USA d'aider financièrement à concurrence de 30 millions de dollars les entreprises et les ONG fabriquant des logiciels anti censure pour aider les opposants vivants sous des régimes autoritaires à contourner les blocages, crypter leurs messages et effacer leurs traces . A signaler enfin que la primeur de la sortie de cet ouvrage en Algérie est revenue au quotidien Liberté un journal réputé pour faire partie du «main stream» algérien mais qui a su, tout de même, tirer son épingle du jeu malsain des puissances étrangères en Algérie. En signant la préface du livre et en invitant l'auteur pour une conférence au siège de Liberté , le directeur de la publication, Abrous Outoudert a résolument choisi son camp.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.