Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Benhanafi tire sa révérence
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2012

Outre sa brillante carrière d'animateur à la Chaîne II, Mohamed Benhanafi a écrit des poèmes à des chanteurs de renommée comme Idir, Cherif Kheddam, Djamal Chir, Medjahed Hamid, Kaci Abdjaoui, Mouloud Habib, Malika Domrane et pour la chorale du lycée Fatma n'Soumer. Benhanafi, de son vrai nom Aït Tahar Mohamed, est né le 7 février 1927 au village de Sidi Atmane, dans la région de Larbaâ Nath Ouacif, en Haute-Kabylie. Après le déclenchement de la Guerre de Libération nationale, il est désigné commissaire de la zone du secteur 2 du département de Tiaret.
A l'indépendance, il rentre à Alger avec sa famille pour entamer une carrière remarquable à la radio. En débarquant à la Chaîne II, au début des années 1960, il anime deux émissions enfantines : «Leqlam ajdid» et «Tibhirine dijijiguène, d'waman issemadène». Il a également présenté «Icennayen uzekka» (les chanteurs de demain) où sont passés Malika Domrane, Matoub Lounès, Djamel Frahi, Aït Djoudi Saïd et Dalil Omar. Depuis 1963, il ne cessera son activité que pendant 7 ans (1994-2001), date à laquelle il sera contacté par Saïd Fréha pour l'émission à grand succès «Ghef yiri l'kanun».
«L'homme n'aime pas trop parler de lui. Il n'y a que deux choses importantes dans sa vie : sa famille et la radio», témoigne Ourida Sider qui a travaillé à l'antenne, sous sa férule, pendant des années. «En dépit de son talent, Benhanafi passait inaperçu. C'était un homme remarquable mais d'une modestie qui désarme. Par son charisme, il a pu donner ses lettres de noblesse à la radio kabyle», ajoute l'auteure de Benhanafi, la voix de la radio kabyle. «Je viens d'apprendre la nouvelle du décès de Benhanafi. Je suis très affligée par cette disparition. Il sera inhumé ce lundi. Toutes les filles de la chorale kabyle des lycées Fadhma n'Soumeur et El Khansa sont priées de venir lui rendre un dernier hommage lors de son enterrement», dira, pour sa part la chanteuse Malika Domrane.
Pour Manceri, producteur à la Chaîne II, la mort de Benhanafi est une grande perte pour la radio et le monde artistique. «C'était une mémoire vivante. A chaque fois que quelque chose nous échappait, nous le consultions. Il avait toujours un conseil, un dicton, un poème à nous passer.» Zira, jeune animatrice : «Benhanafi a aidé même la jeune génération d'animateurs de la Chaîne II. C'était un homme estimé par tout le monde. Il a transmis son don à beaucoup d'animateurs.»
L'enterrement de Mohamed Benhanafi aura lieu aujourd'hui, dans son village natal, Sidi Athmane, dans la région des Ath Ouacifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.