Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Guerre d'Algérie en images : un hymne aux absents
Publié dans El Watan le 20 - 03 - 2012


Paris
De notre correspondant
L'Etat français porte l'affaire Audin comme un fardeau, une piqûre perpétuelle qui se refuse à la conscience et à l'oubli.
Juin 1957, disparition de Maurice Audin à Alger. Maurice Audin, jeune mathématicien de 25 ans, membre du Parti communiste algérien et militant de la cause anticolonialiste, est arrêté par les parachutistes français.
Sa femme, Josette, et ses trois enfants, ne le reverront plus jamais. Il est peu après déclaré «évadé» par l'armée. La disparition se base sur le récit de Pierre Vidal-Naquet L'affaire Audin.
L'historien démontre méthodiquement la culpabilité de quelques militaires et, au-delà, les responsabilités du dispositif politico-militaro-judiciaire institué à partir de 1956 à Alger pour tenter de contrôler la crise. «La disparition joue sur deux temporalités. A ‘‘l'évasion'' de 1957, répondent aujourd'hui d'autres risques de disparitions : l'oubli et l'indifférence. La torture ne s'est pas arrêtée avec Maurice Audin. En Algérie, d'autres Français et des milliers d'Algériens ont connu un sort comparable avant que cette pratique ne vienne s'exercer en France même, contre les militants du FLN. Plus tard, ce sont les harkis, puis des membres de l'OAS qui en ont été victimes, ce contre quoi Pierre Vidal-Naquet et le comité Audin se sont à nouveau insurgés.
En Amérique du Sud (Panama, Argentine) et plus récemment au Proche-Orient ou à Guantanamo, répression et renseignement ont continué de rimer avec torture», explique le réalisateur François Demerliac.S'appuyant sur différents documents et témoignages, le film offre un autre regard sur la guerre d'Algérie, à travers le sort d'un militant pacifique, tué dans des conditions confuses.
Yves Courrière, la référence
Le titre, à lui seul, définit l'ambition des deux réalisateurs. Yves Courrière et Philippe Monnier ont intitulé sobrement leur documentaire La guerre d'Algérie. Quarante ans plus tard, le film reste «la» référence. Les formes d'écriture, de narration, de montage ont évolué depuis les années 1970. Le documentaire historique est devenu un genre particulier, très prisé par le téléspectateur, complètement révolutionné par la BBC. Pourtant, à regarder à nouveau le premier documentaire, jamais réalisé sur la guerre d'Algérie, n'a pas pris une ride. Toujours aussi passionnant, passionné. Le journaliste Yves Courrière, auteur de quatre livres incontournables sur la guerre d'indépendance, a su faire preuve d'objectivité. «Honnête», préfère-t-il dire. A sa sortie, le film a créé un électrochoc. Bizarrement, à l'occasion du 50e anniversaire de l'indépendance, les conditions dans lesquelles est sorti le documentaire ont beaucoup et peu évolué.
La crispation mémorielle est toujours présente, les différentes parties arc-boutées sur leurs certitudes. Le cinquantenaire est publivore et téléphage du côté nord de la Méditerranée. Cette profusion, au lieu de donner un coup de vieux au premier film sur ce sujet, lui donne au contraire une autre stature. Les éditions Montparnasse ont eu la bonne initiative de rééditer ce documentaire, réalisé en 1972 par Yves Courrière et Philippe Monnier.
Cette nouvelle édition comprend quatre entretiens avec des historiens spécialistes de la guerre d'Algérie (Benjamin Stora et Georges Fleury) et les militants Raoul Girardet (OAS) et Pierre Vidal-Naquet (Comité Audin).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.