La dictature, la corruption et le mal-être de l'Algérie    Ali Yahia et les Médias de la Haine    Tunisie: une "infection bactérienne" a tué 14 nourrissons    L'Argentine porte à 71% son taux directeur    Un Brexit sans accord doit être évité "coûte que coûte"    Yémen: six experts en déminage tués dans l'explosion d'un dépôt    Kim accuse les Etats-Unis d'avoir été de "mauvaise foi"    Le pétrole recule en Asie    L'Algérie avec 19 athlètes au Mondial de kempo en Espagne    Judo : 4 médailles pour les Algériens en Afrique du Sud    Lutte : la coupe nationale cadets et juniors de lutte aujourd'hui et demain    Désignation de représentants du mouvement populaire pour mener une transition : urgence du moment ou stratégie d'enfermement ?    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ras-le-bol des ingénieurs chômeurs
Publié dans El Watan le 25 - 04 - 2012

Nous voulons du travail et immédiatement.» Cette injonction provient de Hichem Hadji, ingénieur au chômage qui, aux cotés de dizaines d'autres chômeurs-diplômés, s'insurge contre la discrimination en matière d'emploi à Ouargla. L'offre d'emploi lancée récemment par l'Entreprise nationale des travaux aux puits (ENTP) a mis le feu aux poudres. «Des ingénieurs, originaires de la région de Ouargla ont été exclus sans aucun motif valable», explique-t-il, non sans colère.
Selon lui, les listes établies par l'Agence nationale de l'emploi (Anem) obéissent à des calculs «dangereux» qui ne tarderont pas à envenimer une situation déjà tendue.Hichem Hadji, en compagnie d'autres ingénieurs, est venu hier à notre bureau pour dénoncer la méthode de recrutement en cours au niveau des bases pétrolières du Sud.
Lundi dernier, rappelons-le, des dizaines de jeunes chômeurs ont bloqué l'accès au siège de la wilaya de Ouargla pour réclamer du travail. Dans un premier temps, les manifestants s'étaient rassemblés devant la direction régionale de l'Anem, avant de se diriger vers le siège de la wilaya pour y tenir un sit-in. Les protestataires ont également barricadé la rue Si El Haoues, dans le centre-ville de Ouargla, à l'aide de divers objets, bien que surveillés de près par les policiers.
A l'origine de la colère des chômeurs, le recrutement, au niveau de la zone pétrolifère de Hassi Messaoud, d'une centaine de personnes qui, selon les protestataires, «ne figurent pas sur les listes des demandeurs d'emploi inscrits à l'Anem». Ils ont, à ce propos, dénoncé les recrutements effectués essentiellement par l'ENTP et qui, selon eux, manquent de «transparence».
Ces chômeurs, des diplômés pour la plupart, attendent depuis des années un éventuel emploi au niveau d'une des entreprises pétrolières de Hassi Messaoud et dénoncent en même temps les dépassements de la direction de l'emploi. «Nous ne sommes sont rendus à l'Anem et à la wilaya pour rencontrer les responsables locaux et réclamer plus de transparence dansl'octroi de postes d'emploi, mais personne n'a daigné nous recevoir», explique un chômeur de longue durée, la quarantaine bien entamée.
Aucun responsable n'a tenté de discuter, hier, avec les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.