Constantine dispose de plus de 2 607 km de fibre optique    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    Fin de fonctions pour le directeur général du budget    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Viandes rouges : des concertations pour fixer des prix "raisonnables"    Quand un opérateur est ballotté entre le CNI et le ministère    Alerte à l'intoxication au plomb dans le Grand-Alger    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Vu à Aïn Bénian (Alger)    Crème anti-rides maison    Chocolat chaud    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    Le Hirak en citation directe !    Côte d'Ivoire/représentation diplomatique au Sahara occidental: une violation de l'acte constitutif de l'UA    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Maghreb : Pourquoi il faut avoir peur du conflit libyen    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Le ministre de la Communication: Pas de soutien financier à la presse écrite en difficulté    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    Air Algérie a annulé 40% des vols en deux jours: Pagaille dans les aéroports    Industrie automobile: Les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ras-le-bol des ingénieurs chômeurs
Ouargla
Publié dans El Watan le 25 - 04 - 2012

Les jeunes chômeurs de Ouargla reviennent à la charge. Cette fois, ce sont les ingénieurs diplômés qui sont montés au créneau.
Nous voulons du travail et immédiatement.» Cette injonction provient de Hichem Hadji, ingénieur au chômage qui, aux cotés de dizaines d'autres chômeurs-diplômés, s'insurge contre la discrimination en matière d'emploi à Ouargla. L'offre d'emploi lancée récemment par l'Entreprise nationale des travaux aux puits (ENTP) a mis le feu aux poudres. «Des ingénieurs, originaires de la région de Ouargla ont été exclus sans aucun motif valable», explique-t-il, non sans colère.
Selon lui, les listes établies par l'Agence nationale de l'emploi (Anem) obéissent à des calculs «dangereux» qui ne tarderont pas à envenimer une situation déjà tendue.Hichem Hadji, en compagnie d'autres ingénieurs, est venu hier à notre bureau pour dénoncer la méthode de recrutement en cours au niveau des bases pétrolières du Sud.
Lundi dernier, rappelons-le, des dizaines de jeunes chômeurs ont bloqué l'accès au siège de la wilaya de Ouargla pour réclamer du travail. Dans un premier temps, les manifestants s'étaient rassemblés devant la direction régionale de l'Anem, avant de se diriger vers le siège de la wilaya pour y tenir un sit-in. Les protestataires ont également barricadé la rue Si El Haoues, dans le centre-ville de Ouargla, à l'aide de divers objets, bien que surveillés de près par les policiers.
A l'origine de la colère des chômeurs, le recrutement, au niveau de la zone pétrolifère de Hassi Messaoud, d'une centaine de personnes qui, selon les protestataires, «ne figurent pas sur les listes des demandeurs d'emploi inscrits à l'Anem». Ils ont, à ce propos, dénoncé les recrutements effectués essentiellement par l'ENTP et qui, selon eux, manquent de «transparence».
Ces chômeurs, des diplômés pour la plupart, attendent depuis des années un éventuel emploi au niveau d'une des entreprises pétrolières de Hassi Messaoud et dénoncent en même temps les dépassements de la direction de l'emploi. «Nous ne sommes sont rendus à l'Anem et à la wilaya pour rencontrer les responsables locaux et réclamer plus de transparence dansl'octroi de postes d'emploi, mais personne n'a daigné nous recevoir», explique un chômeur de longue durée, la quarantaine bien entamée.
Aucun responsable n'a tenté de discuter, hier, avec les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.