Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Je m'inquiète pour la démocratie en Algérie»
Publié dans El Watan le 11 - 12 - 2012

«Que peut attendre la communauté économique algérienne d'une prochaine révision de la Constitution et de quel mode de gouvernance a-t-on besoin ?» est la thématique choisie hier par «Défendre l'entreprise», un think tank indépendant initié par le quotidien Liberté pour un déjeuner-débat à l'hôtel Sofitel d'Alger, dont l'invité du jour n'est pas des moindres, l'assistance aussi. Il s'agit du professeur Ahmed Mahiou, agrégé des facultés de droit et ancien doyen de la faculté de droit d'Alger. Il est directeur de recherche émérite au CNRS et ancien directeur de l'Institut de recherches et d'études sur le Monde arabe et musulman (Iremam) à Aix-en-Provence.
Ce n'est pas tout : Ahmed Mahiou, auteur de plusieurs publications, est membre de l'Institut de droit international et juge ad hoc à la Cour internationale de La Haye. C'est vrai que le thème du jour a trait à l'entreprise et à la chose économique à la lumière de la prochaine révision constitutionnelle dont on ne connaît pas encore les contours, mais quand on parle de la Constitution on ne peut que déborder sur ses aspects éminemment politiques. C'est ce qu'a fait le professeur Mahiou en dispensant un cours magistral en la matière. Dans un verbe aussi simple que clairvoyant, l'agrégé des facultés de droit a passé en revue toutes les révisions constitutionnelles depuis l'indépendance, en 1962.
Si on est mal parti déjà au lendemain de l'indépendance, en adoptant une Constitution dans une salle de cinéma, le Majestic, la révision constitutionnelle de 2008, qui avait permis au président Bouteflika de briguer un troisième mandat, est celle, selon lui, qui a eu «une portée beaucoup plus importante en remettant en cause l'équilibre des pouvoirs». Soulignant le fait qu'il n'y ait pas eu de débats, la nouvelle Loi fondamentale est née d'un processus autoritaire, adoptée par les deux Chambres du Parlement, Ahmed Mahiou explique qu'on n'est même pas devant le modèle du régime présidentiel français ou du parlementaire à l'anglaise, ni dans le modèle américain, mais on est allé beaucoup plus loin dans le présidentialisme, où le chef de l'Etat concentre tous les pouvoirs, y compris celui de dissoudre le Parlement.
Selon lui, le Premier ministre, sans prérogatives, n'est en fait qu'un ministre parmi d'autres. Le conférencier qualifie les amendements apportés à la Constitution en 2008 de «bouleversement» en cela qu'ils ont mis fin à la limitation des mandats et au dualisme de l'Exécutif, le Président et le chef du gouvernement. Le rôle de ce dernier, indique-t-il, n'est plus tel qu'on pouvait le concevoir. Il avait dans le temps la prérogative de présenter son programme devant le Parlement, alors que dans la nouvelle Constitution, il n'a à appliquer que celui du président de la République.
Tel que cela est configuré dans la Loi fondamentale, le chef de l'Etat aurait même pu se passer des services d'un Premier ministre, précise l'ancien doyen de la faculté de droit d'Alger. «Une pareille situation, selon lui, pourrait déboucher sur des blocages en supposant que la majorité qui arrive au Parlement est en opposition au programme présidentiel.» Mettant l'accent sur les incohérences du système politique algérien, Ahmed Mahiou dit «s'inquiéter pour la démocratie en Algérie». A cet effet, il évoque la création d'une multitude de partis politiques qui fractionnent les opinions, alors qu'on pouvait contrôler et avoir un paysage politique fait de partis sérieux. «Ce qui se fait, c'est l'anti-démocratie», souligne l'invité de think tank de Liberté. A propos de la régionalisation, il indique que «l'Etat s'en méfie toujours, pour des raisons historiques, il a peur du wilayisme et de la cession d'une telle ou telle région du pays». Sur cette question, poursuit-il, le débat n'est même pas entamé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.