Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    Gaïd Salah persiste et signe    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Louisa Hanoune maintenue en prison    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    130 comprimés psychotropes saisis par la police    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ANDI de Sétif sans directeur depuis 4 ans
Des projets d'investissement bloqués
Publié dans El Watan le 30 - 12 - 2018

Cette situation d'intérim, qui perdure depuis un certain temps, indispose largement les opérateurs économiques, qui montent au créneau et interpellent le wali pour trouver une solution.
En «oubliant» de procéder au remplacement de l'ancien directeur de l'Agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) de Sétif, le ministère de l'Industrie et des Mines a adopté une approche à la fois singulière et particulière dans l'encouragement, l'accompagnement et la promotion de l'investissement.
Ainsi, le poste de directeur de l'agence ANDI de Sétif est vacant depuis presque 4 ans. Les éminences grises du ministère de l'Industrie ayant gratifié l'ex-directeur, Omar Hadjadj, d'une promotion comme directeur de l'industrie et des mines à Sétif, puis à Djelfa, où il exerce depuis près de deux ans, n'ont pas jugé utile de combler le poste vacant placé sous l'égide d'un «provisoire» à la peau dure.
Perdurant depuis presque quatre années, ce provisoire a influé négativement sur les projets de nombreux opérateurs de la wilaya, obligés, la mort dans l'âme, de composer dans un premier temps, avec le bon vouloir de la directrice de l'ANDI de BBA, chargée d'un intérim, lequel aura, nous dit-on, duré plus de deux années.
Au lieu de désigner un responsable attitré, la tutelle de la direction générale de l'ANDI, basée à Alger, opte, pour on ne sait quelles raisons, pour un deuxième intérim. Les dossiers de Sétif sont depuis fin 2017 soumis à l'«appréciation» du directeur de l'ANDI de Béjaïa.
Engendrant non seulement des désagréments et des pertes de temps, mais aussi des blocages dans l'exécution et la réalisation de nombreux projets générant des centaines, voire des milliers, de postes d'emploi, cette situation indispose les opérateurs, qui sont montés au créneau. «On ne doit plus cacher le soleil avec un tamis, le dynamisme des investisseurs de la wilaya de Sétif dérange certains bureaucrates.
Ces derniers sont dépassés par le volume de travail et des dossiers qui s'accumulent. Il est à la fois inconcevable et inadmissible que la situation de l'ANDI de Sétif, qui a bouclé l'année 2017 avec 400 dossiers (créations et extensions), derrière la wilaya d'Alger, demeure en stand-by, des années durant.
Malgré les innombrables embûches dressées, le résultat de 2018 sera satisfaisant. L'indisponibilité d'un interlocuteur direct en mesure de régler certains problèmes avant la clôture de tel ou tel dossier nous empoisonne la vie et bloque un matériel coûteux dans les ports. Nous profitons de cette opportunité pour demander l'intervention urgente de Nacer Maskri, wali de Sétif, pour qu'il mette un terme à cette pénalisante situation.
Ce n'est pas avec une telle approche qu'on va faciliter les pratiques des affaires et le suivi des investissements», diront, non sans colère, de nombreux opérateurs économiques de la wilaya. Pour connaître son avis sur la question, on a essayé de joindre le directeur de l'industrie et des mines de la wilaya, en vain.
En attendant l'affectation d'un nouveau directeur, l'assistance, l'aide et l'accompagnement des investisseurs (les autres missions de l'ANDI de Sétif), feront encore l'objet d'un traitement par «correspondance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.