La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement : Gels, blocages et cumul de retards
Publié dans El Watan le 30 - 12 - 2018

L'année 2018 a été marquée par le non-investissement dans la wilaya de Béjaïa. Pire, aucun projet structurant n'a été réceptionné, en dehors de l'échangeur des Quatre chemins et de la gare maritime.
En matière de nouveaux projets, la région a été oubliée, au moment où l'on s'attendait au moins au dégel des projets inscrits depuis des années, ou l'annonce d'autres projets susceptibles de répondre aux besoins de la population. La loi de finances 2018 n'a rien apporté de nouveau.
Dans celle de 2019, le projet d'une prison a bénéficié d'une rallonge de 10 milliards de centimes. L'aspiration de la population à voir des projets devant améliorer son cadre de vie, ainsi que des investissements créateurs de richesses et d'emplois, est contrariée également par le blocage politique d'investissements dans le secteur privé, à l'image des projets du groupe Cevital.
Le projet de l'unité de trituration de graines oléagineuses de Béjaïa est bloqué depuis près de deux ans. Depuis, plusieurs manifestations de rue sont organisées par la Coordination des comités de soutien aux investissements dans le but de libérer ces investissements. Les marches ont été impressionnantes.
Au cours de cette année, d'autres investissements privés dans le domaine de l'aquaculture et le tourisme n'ont pas pu voir le jour, à cause aussi des oppositions des citoyens. Cette année, les autorités centrales se sont contentées d'injecter de l'argent pour achever des projets budgétivores et qui traînent en longueur, à l'instar de la pénétrante de Béjaïa.
Au sujet de celle-ci, les responsables sont moins communicatifs sur les délais. 2018 s'achève et 50% du programme reste à réaliser. Les usagers doivent attendre 2019, si tout va bien, pour pouvoir rouler, sur le tronçon Akhnak-Amizour. Quant au troisième et dernier tronçon, Amizour-port de Béjaïa, aucune décision pour sa mise en chantier n'est encore prise.
A l'est de la wilaya, le mégaprojet d'aménagement des gorges de Kherrata a également nécessité une enveloppe supplémentaire. Lancé en 2014, il enregistre un retard de quatre ans.
Ce programme, qui a bénéficié initialement d'une «cagnotte» de 6 millions de dinars, a consommé pas moins de 13 millions de dinars. En quatre ans, seulement un tronçon de 1,5 km a été mis en service en juillet 2018.
Des secteurs comme celui de la santé, des transports, des sports ont vu des projets gelés. Aucun n'a été dégelé en 2018. 500 opérations ont été gelées en 2015, après la brutale chute des prix du pétrole.
Cette année, la remise des clés des nouveaux logements s'est déroulée au compte-gouttes. 2018 n'a pas été, comme promis, l'année de livraison des 8100 logements AADL de Oued Ghir, ni celle de l'achèvement des 80 500 logements octroyés entre 2009 et 2014.
La wilaya a été dotée de 6000 unités pour satisfaire les souscripteurs AADL-1 de 2001-2002 et AADL-2 de 2013. Mais les quotas ne satisfont pas la demande. L'aménagement des 19 zones d'activités industrielles qui doivent être implantées dans 16 communes est au stade embryonnaire. Seulement quelques-unes, comme celle d'El Kseur, ont connu «un début de travaux».
Aussi, à l'instar de l'an dernier, huit ministres ont visité Béjaïa. Si la visite du ministre des Ressources en eau a permis l'inscription d'un projet de station de dessalement d'eau de mer au profit de la wilaya, le déplacement de sa collègue du ministère de l'Environnement, Fatma-Zohra Zerouati, s'est soldé par la fermeture d'un CET, compliquant davantage le problème de l'insalubrité à Béjaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.