Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    194 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Encore un scandale !    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Sonatrach bousculée en Europe    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Une célébration sans saveur à Mascara    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Maghnia: Confusion autour de l'interdiction de la circulation    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    La loi de Finances complémentaire devant l'APN    Sidi Bel Abbes: Pénurie de pain et de lait    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Vers un appui technique du département du Trésor américain    Le décret exécutif publié au JO    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Les pharmaciens se désengagent    Une reprise graduelle et prudente    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Développement : Gels, blocages et cumul de retards
Publié dans El Watan le 30 - 12 - 2018

L'année 2018 a été marquée par le non-investissement dans la wilaya de Béjaïa. Pire, aucun projet structurant n'a été réceptionné, en dehors de l'échangeur des Quatre chemins et de la gare maritime.
En matière de nouveaux projets, la région a été oubliée, au moment où l'on s'attendait au moins au dégel des projets inscrits depuis des années, ou l'annonce d'autres projets susceptibles de répondre aux besoins de la population. La loi de finances 2018 n'a rien apporté de nouveau.
Dans celle de 2019, le projet d'une prison a bénéficié d'une rallonge de 10 milliards de centimes. L'aspiration de la population à voir des projets devant améliorer son cadre de vie, ainsi que des investissements créateurs de richesses et d'emplois, est contrariée également par le blocage politique d'investissements dans le secteur privé, à l'image des projets du groupe Cevital.
Le projet de l'unité de trituration de graines oléagineuses de Béjaïa est bloqué depuis près de deux ans. Depuis, plusieurs manifestations de rue sont organisées par la Coordination des comités de soutien aux investissements dans le but de libérer ces investissements. Les marches ont été impressionnantes.
Au cours de cette année, d'autres investissements privés dans le domaine de l'aquaculture et le tourisme n'ont pas pu voir le jour, à cause aussi des oppositions des citoyens. Cette année, les autorités centrales se sont contentées d'injecter de l'argent pour achever des projets budgétivores et qui traînent en longueur, à l'instar de la pénétrante de Béjaïa.
Au sujet de celle-ci, les responsables sont moins communicatifs sur les délais. 2018 s'achève et 50% du programme reste à réaliser. Les usagers doivent attendre 2019, si tout va bien, pour pouvoir rouler, sur le tronçon Akhnak-Amizour. Quant au troisième et dernier tronçon, Amizour-port de Béjaïa, aucune décision pour sa mise en chantier n'est encore prise.
A l'est de la wilaya, le mégaprojet d'aménagement des gorges de Kherrata a également nécessité une enveloppe supplémentaire. Lancé en 2014, il enregistre un retard de quatre ans.
Ce programme, qui a bénéficié initialement d'une «cagnotte» de 6 millions de dinars, a consommé pas moins de 13 millions de dinars. En quatre ans, seulement un tronçon de 1,5 km a été mis en service en juillet 2018.
Des secteurs comme celui de la santé, des transports, des sports ont vu des projets gelés. Aucun n'a été dégelé en 2018. 500 opérations ont été gelées en 2015, après la brutale chute des prix du pétrole.
Cette année, la remise des clés des nouveaux logements s'est déroulée au compte-gouttes. 2018 n'a pas été, comme promis, l'année de livraison des 8100 logements AADL de Oued Ghir, ni celle de l'achèvement des 80 500 logements octroyés entre 2009 et 2014.
La wilaya a été dotée de 6000 unités pour satisfaire les souscripteurs AADL-1 de 2001-2002 et AADL-2 de 2013. Mais les quotas ne satisfont pas la demande. L'aménagement des 19 zones d'activités industrielles qui doivent être implantées dans 16 communes est au stade embryonnaire. Seulement quelques-unes, comme celle d'El Kseur, ont connu «un début de travaux».
Aussi, à l'instar de l'an dernier, huit ministres ont visité Béjaïa. Si la visite du ministre des Ressources en eau a permis l'inscription d'un projet de station de dessalement d'eau de mer au profit de la wilaya, le déplacement de sa collègue du ministère de l'Environnement, Fatma-Zohra Zerouati, s'est soldé par la fermeture d'un CET, compliquant davantage le problème de l'insalubrité à Béjaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.