Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fluxys rachète 32% des parts dans le gazoduc
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2013

Lorsque l'interconnexion de ces deux marchés sera renforcée, Medgaz prendra encore plus d'importance, pas uniquement pour le marché espagnol mais pour l'ensemble du marché européen. Fluxys, le gestionnaire du réseau de transport de gaz naturel belge, va prendre le contrôle de 32% des internes dans le gazoduc Medgaz qui relie l'Algérie à l'Espagne par voie sous-marine de Beni Saf à Almeria. Cette prise de contrôle fait suite au rachat par Fluxys des parts des compagnies espagnoles Iberdrola et Endesa, détentrices respectivement de 20 et de 12%, pour un prix global de 233 millions d'euros.
Au moment où les deux compagnies avaient chargé des banques de vendre leurs parts, la valeur des 12% d'Endesa avait été estimée à environ 90 millions d'euros. Cette prise de participation sera effective si les autres actionnaires n'utilisent pas leur droit de préemption. Mais vu la teneur des communiqués produits par les trois compagnies concernées (Fluxys, Iberdrola et Endesa) un accord de principe a dû être obtenu auprès des autres actionnaires pour formaliser l'opération de cession ou d'achat. En plus de Iberdrola qui détenait 20% des actions et de Endesa qui en avait 12%, Medgaz compte comme actionnaires la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach avec 36%, la compagnie espagnole Cepsa avec 20% et le groupe français Gaz De France-Suez avec 12%.
Selon Fluxys, un accord a été conclu «avec Endesa et Iberdrola pour racheter leurs parts dans Medgaz, le propriétaire et gestionnaire de la canalisation sous-marine transportant du gaz entre l'Algérie et l'Espagne». La compagnie belge a indiqué espérer finaliser les deux transactions au cours du premier semestre 2013 avec toutefois le préalable que les autres actionnaires de Medgaz, à savoir Sonatrach, Cepsa et GDF-Suez, renoncent à leurs droits préférentiels et que la Banque européenne d'investissement (qui a accordé le prêt pour construire le gazoduc) donne son feu vert aussi.
Dès que les formalités officialiseront le rachat, Fluxys prendra 32% des parts dans Medgaz pour un prix de 233 millions d'euros. Iberdrola a déjà annoncé avoir cédé ses parts dans Medgaz à Fluxys pour 146 millions d'euros. De son côté, Endesa a rendu public un prix de 87,5 millions d'euros pour la cession de ses 12% de Medgaz.
Iberdrola explique cette opération par la nécessité de recentrer ses investissements sur des marchés plus porteurs, comme le Royaume-Uni ou le Brésil, où elle est présente. D'ici 2014, Iberdrola doit vendre 2 milliards d'actifs. Il faut dire que la crise en Espagne ne laisse pas beaucoup de choix à la compagnie vu la baisse de la demande en gaz naturel qui a atteint environ 20% en 2011. La crise économique en Espagne et la baisse de la consommation de gaz naturel ont eu des effets directs sur l'actionnariat de Medgaz. Ainsi, ce sont deux actionnaires qui s'étaient positionnés des le début du projet, à partir de l'an 2000, qui le quittent. Toutefois, les deux compagnies historiques qui ont lancé le projet, à savoir Sonatrach et Cepsa, gardent la majorité à elles deux avec 36 et 20%.
On se rappelle qu'Endesa s'était opposée à l'entrée d'une autre compagnie espagnole, Gas Natural, dans le capital de Medgaz pour éviter la concurrence. L'entrée dans le capital de Medgaz donne le droit à la compagnie de vendre une part du gaz naturel acheminé par la canalisation de l'Algérie vers l'Espagne.
Gas Natural doit finaliser une prise de participation de 10% à partir des actifs de Sonatrach, selon un accord intervenu en 2011 après le règlement du différent sur les prix du gaz. Actuellement, le gazoduc Medgaz ne tourne pas à plein régime du fait de la baisse de la demande de gaz naturel en Espagne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.