La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des propos sentencieux
Publié dans El Watan le 12 - 01 - 2013

Avant même d'accepter sa mission de médiateur de l'ONU, et avant même de révéler ce qui tient lieu de feuille de route, Lakhdar Brahimi en avait rappelé ce qui constitue en quelque sorte le préalable, c'est-à-dire que du moment qu'elles en ont accepté le principe, les parties en conflit en Syrie sont tenues de se soumettre aux règles quelles qu'elles soient, même si elles devaient perdre l'initiative, ce qui, de toute évidence, échappait à l'une, mais sans qu'elle soit propre à l'autre. C'est la place de la médiation, un troisième pôle à l'action temporaire. L'ancien diplomate algérien a aussi indiqué, entre autres, qu'il fallait inévitablement engager une période de transition et qu'en tout état de cause, ni l'une ni l'autre des deux parties ne pouvait assumer un quelconque leadership.
Pas de maître du jeu. C'est sur cette base que la médiation a pu être engagée, et si elle ne connaît pas encore d'avancée concluante, cela, devrait-on dire, ferait partie de la règle du jeu en pareille circonstance, chaque partie voulant être en position de force. Sauf que la réalité n'est pas un élément probant, le pire en étant l'aboutissement. Ce qui a eu pour effet d'agacer Lakhdar Brahimi qui a dû perdre son sourire en entendant le chef de l'Etat syrien énoncer, dimanche dernier, ce qui n'est rien d'autre qu'une nouvelle règle du jeu. Bachar Al Assad a, en effet, proposé un dialogue national sous son égide et s'affaire depuis mardi à mettre sur pied les mécanismes d'application de cette feuille de route, malgré le rejet par l'opposition. Ce qui n'était pas du tout improbable.
La réponse de M. Brahimi a été fulgurante. «Le temps des réformes généreusement accordées (par le pouvoir) est révolu», a-t-il ainsi déclaré. Et d'en donner jusqu'au mode opératoire et sans la moindre précaution oratoire ou clause de style. «Le peuple veut avoir son mot à dire sur la façon dont il est gouverné.». Une véritable démocratie et en finir avec un régime dynastique. Des propos sentencieux. M. Brahimi constatant que «ce que les gens disent (en Syrie), c'est qu'une famille qui règne pendant quarante ans, c'est un peu trop long». Quant au réquisitoire, il est d'une terrible logique en affirmant que «le président Al Assad pourrait prendre l'initiative de répondre aux aspirations de son peuple, plutôt que d'y résister».
Autant dire que Lakhdar Brahimi qui a peut-être changé de ton ou de style est demeuré conséquent avec ce qui tient lieu de programme, ce qui a eu pour effet d'irriter les autorités syriennes, mais lui n'est pas venu pour cela. Il l'a dit à l'instant même où son nom circulait pour succéder à Kofi Annan à ce poste. Son parcours plaidant pour lui, il sait ce qu'est une médiation et il pensait avoir été compris par toutes les parties en conflit. L'opposition, se rappelle-t-on, avait mal accueilli son initiative consistant à en élargir le cercle et impliquer celle de l'intérieur. M. Brahimi avait besoin de rappeler ses prérogatives. Il l'a fait avec beaucoup de pertinence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.