Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Fraudeurs sur ordonnance    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Souvenirs, souvenirs...    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Loin... d'un espoir d'un monde meilleur »
Jean Puissant. Professeur d'histoire à l'université libre de Bruxelles
Publié dans El Watan le 09 - 11 - 2009

Novembre 1989, novembre 2009. Qu'est-ce qui a véritablement changé ?
Le monde soviétique a disparu, mais contrairement à ce que pouvait laisser penser Francis Fukuyama dans son essai The last man…, traduit par la « fin de l'histoire », celle-ci ne s'arrête évidemment pas ; elle prend d'autres chemins de traverse. La Chine communiste, effrayée par ce qui s'était passé chez les voisins « frères » et « adversaires », s'est convertie sans état d'âme au « capitalisme d'Etat » plus violent que le capitalisme libéral qui a permis le développement du « monde occidental » mais symbolise le développement rapide d'une partie du monde considéré jusqu'alors comme « tiers », qui bouleverse l'économie mondiale. Les Etats-Unis, qui apparaissaient comme vainqueurs de leur confrontation avec l'URSS, ne sont plus maîtres des opérations comme cela avait été le cas après la Seconde Guerre. Le monde bipolaire a fait place à un monde multipolaire beaucoup plus incertain, plus risqué sans doute, mais riche d'évolutions positives pour une majorité de l'humanité dont le niveau de vie s'améliore rapidement. En revanche, pour ceux qui ont raté la marche du développement, la situation risque de se détériorer, d'autant que les richesses de la Terre ne sont pas inépuisables. Seul un gigantesque effort universel d'instruction, de développement technique et scientifique permettra de compenser. Pour l'Europe, la situation a complètement changé puisque les pays dominés par l'URSS sont presque tous devenus membres de l'Union européenne et espèrent s'enrichir rapidement, à l'instar de leurs devanciers sortis de la dictature comme l'Espagne et le Portugal ou de l'archaïsme comme l'Irlande. Mais là aussi, la transition est plus longue, plus lourde que beaucoup ne l'avaient espéré mais que certains ne l'avaient craint.
Beaucoup pensent qu'il subsiste encore un mur « mental » entre les Allemands de l'Est et ceux de l'Ouest. Partagez-vous cet avis ?
Les mentalités, les comportements ne changent pas sur simple décision politique. Comme cela vient d'être dit, la transition est longue et l'est de l'Allemagne est loin d'avoir rattrapé l'ouest, malgré les dépenses considérables engagées. On crédite le chancelier Kohl de la réunification du pays, mais dans le futur, on le débitera de la parité entre les deux monnaies qui handicape toujours l'est de l'Allemagne. Ce sont les seuls pays entrant (de facto) au sein de l'Union européenne qui n'ont pas été soumis aux lourdes et longues contraintes de l'adhésion à l'euro qui ne cherchent pas à punir les candidats mais à limiter les conséquences négatives de la parité monétaire. L'Allemagne de l'Est continue à voir sa population diminuer. Ceux qui restent et qui sont vieillissants peuvent soutenir une certaine nostalgie. Mais un récent sondage souligne que seuls 20% regrettent la disparition de la RDA, ce qui correspond grosso modo au potentiel électoral d'un parti communiste.
Pensez-vous que la chute du Mur de Berlin a consacré la promesse d'un monde meilleur ?
Le risque de guerre n'était plus important en Europe mais la « confortation » de l'Union européenne en fait un exemple utile. Après s'être déchirée pendant 75 ans, l'Europe construit, avec difficulté, trop de lenteur, un système inter-étatique apaisé à l'intérieur, peu agressif à l'extérieur et qui cherche à apporter le bien-être à son peuple, y compris aux nouveaux entrants et migrants qui parviennent à se faire accepter. De manière générale, un événement important, mais réduit au niveau des temps historiques, n'est pas à même d'apporter l'espoir d'un monde meilleur ; c'est la responsabilité des hommes, de tous les hommes, de tout temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.