Cours de justice: Mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Tlemcen: 20 communes sans eau suite à un incident à la station de dessalement de Honaine    Quatre avions et un navire d'aides algériennes pour le Liban    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Les feux de forêts mobilisent    RELATIVE OFFICIALITE    Des dégâts matériels enregistrés: Deux forts séismes sèment la panique à Mila    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Djerrar opéré avec succès    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Deux Algériens légèrement blessés    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un grand mérite à l'EN
Sacralisation de l'emblème national
Publié dans El Watan le 14 - 11 - 2009

Là où les officiels et les partis politiques ont échoué, l'EN de football a réussi : réunir tous les Algériens et Algériennes autour de symboles tels que l'emblème national.
Au moment où le président Bouteflika appelait récemment à la création d'une école nationale d'écriture de l'histoire, les hommes de Saâdane méritent bien leur place dans l'histoire du pays. « L'EN devrait figurer sur l'emblème national, comme cela a été le cas pour le FLN lors de la guerre de Libération nationale », clamait un vieux à El Harrach. Les citoyens ont redoublé d'achat et d'exposition de l'emblème algérien dans toutes ses manifestations. Une voiture Hilux peinte en vert et blanc parcourait hier les rues d'Alger, démontrant ainsi plus que jamais l'attachement à la symbolique. Pour Mohamed Korso, historien et professeur à l'université, le décryptage pour les pouvoirs publics est simple : « Les jeunes sont frustrés par les discours et les promesses au moment où l'équipe nationale de football leur donne du concret. » Et de poursuivre : « Même les harraga, partout où ils se trouvent, défilent avec le drapeau algérien pour démontrer leur attachement au pays. » Un cadre, responsable d'un parti politique, a avoué hier, sous couvert de l'anonymat, que « la leçon est assez éloquente à travers la mobilisation de tout le peuple autour d'une entité, en l'occurrence l'EN, alors que les partis ont du mal à remplir une salle de cinéma ». C'est d'ailleurs fort remarquable, cette semaine, les élèves des trois paliers se rassemblaient comme des soldats – et avec une grande verve – pour réciter l'hymne national et voir flotter l'emblème national. « D'habitude, on peine pour la discipline alors que ces dernières semaine, c'est un moment fort pour les élèves de se mettre debout devant le drapeau », témoigne une enseignante à Chéraga. C'est un véritable détonateur qu'ont provoqué les Verts pour redorer l'image de l'Algérie. Il appartient aux autorités algériennes de rentabiliser et de capitaliser cet engouement populaire. « Il y a de l'espoir dans notre jeunesse qui s'exprime à sa manière pour défendre le pays et en être fier, mais en contrepartie c'est aux officiels d'être à l'écoute des problèmes quotidiens de ces jeunes qui n'ont pas de choix que d'aimer l'Algérie », avance le professeur Korso. Même le président Bouteflika tient à la victoire des Verts en voyant la mobilisation du peuple autour d'eux. Les intellectuels, tels que les historiens, les sociologues ou les hommes des médias, doivent apporter plus d'attention à cet intérêt actuel pour les symboles. « Pourquoi on n'introduit pas de pages sur l'équipe nationale dans les manuels scolaires ? », lâchait hier un garçon devant un étal de produits spécial Egypte-Algérie (fanions, bandeaux et le reste). « Il faut éviter de penser que c'est une manifestation sociale éphémère ou conjoncturelle. Elle est beaucoup plus ancrée et profonde dans le cœur des Algériens que ne le croient des officiels et qui voudraient bien l'exploiter à leur propre dessein », affirme M. Korso.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.