Belaid appelle à une participation massive au référendum sur le projet d'amendement de la Constitution    Campagne référendaire: jeter les bases "d'une nouvelle ère" pour une "Algérie nouvelle"    Le paiement des droits de raccordement des projets agricoles et micro-entreprises reporté    Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Baâdji Abou El-Fadhl persona non grata ?    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ramassage des déchets défaillant
Publié dans El Watan le 17 - 10 - 2013

Durant les deux jours de l'Aïd, l'insalubrité, qui comme de coutume s'installe dans les moindres recoins de la ville, n'a pas fait exception cette année. En l'absence d'un ramassage efficace des ordures, le manque d'hygiène est devenu une caractéristique indissociable de l'Aïd. La collecte des ordures, particulièrement au niveau des communes qui ne sont pas couvertes par Netcom, a été totalement défaillante. Les déchets, composés de restes de moutons, ont envahi les quartiers et les lotissements, leur donnant des allures de décharges publiques. En attendant l'installation des entreprises de collecte «extra-Net», les APC sont dans une léthargie pénalisante.
La plupart des services de voiries au niveau de ces communes connaissent un relâchement sans égal en matière de ramassage. Cette situation s'est répercutée négativement sur l'environnement. A Bourouba, une commune de 71 000 habitants, ainsi que dans les quartiers populaires que sont les cités PLM, la Faïence et Djenane Mabrouk, les amas d'ordures ont pris place dans les moindres recoins de ces quartiers. Les restes de moutons jonchaient les trottoirs jusqu'à hier, en fin d'après-midi.
Les services de la voirie de la commune ont été incapables de gérer cette période. «Il aurait fallu que les services de l'APC se préparent à l'avance pour faire face à la situation, qui, faut-il le rappeler, est une situation répétitive», dira un habitant de la commune. Et de poursuivre : «Les déchets doivent être ramassés le jour- même. Tout retard engendre des désagréments pour les habitants, et surtout un risque de propagation de maladies.» Les mêmes scènes d'insalubrité sont à déplorer dans les localités de Bab Ezzouar et de Bordj El Kiffan. Les espaces occupés par les vendeurs de moutons durant les semaines qui ont précédé l'Aïd ont été laissés tels quels, dans un état lamentable. Du foin mêlé aux excréments de moutons recouvrent les lieux. Ni les vendeurs de moutons ni les services de la voirie ne s'en sont souciés.
A la cité Eddoum, où un marché à bestiaux a été improvisé sur le bas côté de la route, les déchets engendrés par les troupeaux d'ovins ont été laissés sur place. Par ailleurs, le manque d'espace dans les appartements a également contraint les habitants des cités à égorger leurs moutons dans les cours mitoyennes avec les immeubles, avec tout ce qui peut découler comme insalubrité. Les murs des immeubles où l'on avait accroché les moutons sont maculés d'éclaboussures de sang difficilement détachables.
Les restes de panses de moutons couvrent les allées et les ruelles de ces cités dans l'indifférence totale des autorités locales qui se sont illustrées par leur défaillance et par leur totale absence. Cette situation, qui se répète à chaque Aïd, devrait inciter les pouvoirs publics à mettre plus de moyens et renforcer le ramassage d'ordures, car il y va de la santé du citoyen, «il faudrait que les pouvoirs publics, comme c'est le cas dans les pays développés, réservent des endroits au sacrifice des moutons», propose un citoyen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.