Le ministère des Transports appelle le PNC d'Air Algérie à "l'arrêt immédiat" de la grève    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Ex ministres et walis cités dans des affaires de corruption: la Cour d'Alger lève des charges et retient d'autres    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Libye : retour à la case départ    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mokrane Aït Larbi lance une «initiative de changement pacifique»
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2014

Maître Mokrane Aït Larbi affirme détenir la réponse à la question que tous les acteurs politiques se posent depuis des mois, à savoir : «Après le 18 avril, que faut-il faire pour pousser au changement pacifique ?» Pour Me Aït Larbi, il faut juste quelques mesures autour desquelles, dit-il, il y a eu consensus au sein de la classe politique. «Nous constatons que des débats, qui ont marqué les quatre mois ayant précédé le scrutin, s'est dégagé un consensus autour de plusieurs points. La nécessité d'un changement avec des moyens pacifiques, l'élaboration d'une Constitution consensuelle garantissant l'indépendance de la justice, la limitation du mandat présidentiel à un seul, le renforcement des libertés fondamentales des droits de l'homme et de la citoyenneté, des pouvoirs du gouvernement et du Parlement, de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes et enfin l'alternance au pouvoir par des élections propres et transparentes», dit-il dans une déclaration largement reprise hier sur les réseaux sociaux.
Me Mokrane Aït Larbi propose également la révision du code électoral, ainsi que toutes les lois relatives aux partis politiques, aux associations et à l'audiovisuel, adoptées durant ces dernières années, mais aussi l'ouverture du champ aux jeunes pour accéder à tous les domaines et à toutes les institutions. L'avocat estime nécessaire de tenir l'Armée nationale populaire et les services en dehors du jeu politique et de les mettre au strict service du peuple, de la patrie et de l'Etat. Pour lui, il est impératif de construire un Etat démocratique en rejetant celui basé sur la religion. Et pour mettre en œuvre ces «dénominateurs communs», l'avocat juge important d'avoir «une démarche claire, adoptée par tous et d'ouvrir le dialogue entre les forces de changement pacifique d'où qu'elles viennent et sans exclusion aucune» et avec «la participation du pouvoir».
La feuille de route qu'il défend repose sur quatre points essentiels : la mise en œuvre d'une structure autour de laquelle se réuniront les forces de changement pacifique pour s'entendre sur le programme de transition dans le cadre des institutions existantes, l'invitation du pouvoir pour discuter le programme de transition et la définition des étapes, la création d'un comité national composé des représentants des partis politiques, des associations, du pouvoir et des personnalités pour le travail consensuel. Me Aït Larbi souhaite que ce comité soit présidé par une personnalité qui jouit d'une grande probité, à l'image de Liamine Zeroual, qu'il souhaite voir assumer cette mission. Le dernier point évoqué est l'organisation anticipée des élections présidentielle et législatives dans un délai entre 12 et 18 mois, durant lequel de jeunes personnalités crédibles pourront entrer en force dans la course électorale. Dans ces conditions, «le peuple votera en toute liberté et en toute conscience et ainsi il pourra se réapproprier sa souveraineté de manière pacifique».
L'avocat met en garde contre un éventuel refus du régime de répondre aux aspirations populaires. «Dans le cas où le pouvoir ne répond pas favorablement à la volonté du peuple pour la transition vers un système démocratique par des moyens pacifiques et conformément aux normes de l'Etat, il portera seul l'entière responsabilité de ce qui en découlera comme conséquence.» En fait, l'avocat rejoint dans une large mesure les propositions de sortie de crise déjà faites par de nombreuses personnalités et partis politiques durant la campagne électorale. Reste à savoir si cette feuille de route qu'il propose pourrait faire son chemin dans un environnement où les jeux sont déjà faits et où les changements, relèvent de l'utopie…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.