Benbouzid instruit la PCH de distribuer les moyens de protection au personnel médical le "plus tôt possible"    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Un confinement partiel dans cinq communes à M'sila    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Hakim Belahcel prend le pouvoir    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    2 morts et un blessé grave suite à une électrocution    Des villageois de Haïzer interpellent le wali    Le marché pétrolier retombe dans le doute    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Alger insiste sur la fin des ingérences en Libye    La France risque de perdre le marché algérien    8 décès et 434 nouveaux cas en 24 heures    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Sétif: Décès d'une infirmière du Covid-19    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre au Yémen : Riyad appelle à la rescousse des mercenaires du Darfour
Publié dans El Watan le 03 - 01 - 2019

Dans la guerre qui les oppose aux rebelles houthis depuis 2015, les Saoudiens évitent visiblement autant que possible de faire combattre leurs propres soldats. La plupart du temps, les Houthis affrontent des mercenaires gracieusement rémunérés par Riyad et ses alliés du Golfe.
Même le Soudan, qui fait officiellement partie de l'alliance anti-Houthis dirigée par l'Arabie Saoudite, n'y envoie pas ses soldats. Khartoum fait aussi le plus souvent appel à des paramilitaires faisant partie de la Force de soutien rapide (RSF) ou tout simplement à des miliciens.
Selon le New York Times, le royaume saoudien a embauché depuis le début du conflit environ 14 000 de ces miliciens. Ils reçoivent des primes de 8700 euros et des salaires mensuels d'environ 450 euros. Presque tous «semblent provenir de la région du Darfour», poursuit la même source. Plus grave, un grand nombre d'entre eux sont des enfants âgés de 14 à 17 ans. Le New York Times relève en outre qu'au Darfour, «des parents qui ont tout perdu dans la guerre civile (bétail, habitation, récolte, etc.) se portent souvent volontaires pour vendre leurs enfants aux recruteurs».
Dans son enquête, le quotidien new-yorkais – qui dit avoir interviewé des combattants somaliens de retour du Yémen – révèle que les soldats mineurs représenteraient au moins 20% des unités de mercenaires soudanais au service des Saoudiens. D'après deux autres témoignages avancés par la même source, ces mineurs pourraient même représenter 40% des effectifs.
Khartoum et la coalition arabe démentent, quant à eux, les informations rapportées par le New York Times. «Les allégations, selon lesquelles il y aurait des enfants dans les rangs des forces soudanaises, sont fictives et sans fondement», a ainsi assuré Turki Al Malki, un porte-parole, via un communiqué.
Dans un reportage publié en avril dernier, RFI atteste cependant que le cas du Soudan, en plus d'être vrai, n'est pas isolé. D'autres pays africains auraient en effet envoyé des miliciens se battre au Yémen, comme le Tchad et l'Ouganda. D'autres sources attestent que Riyad a fait également appel à des mercenaires sud-américains.
Dans sa guerre totale contre les éléments du groupe armé Ansarullah (Houthis), la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a tué et blessé des milliers de civils et contribué à mettre le pays au bord de la famine. Ces innombrables crimes de guerre n'ont toutefois pas empêché les pays occidentaux de vendre des armes à Riyad.
Le conflit au Yémen a déjà fait au moins 10 000 morts. Jusqu'à 20 millions de personnes sont, selon l'ONU, «en situation d'insécurité alimentaire». La guerre civile yéménite est un conflit qui oppose depuis 2014 principalement les rebelles houthis, réunis autour du groupe Ansarullah, et, jusqu'en 2017, les forces fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh au gouvernement de Abd Rabbo Mansour Hadi, élu en 2012 à la suite de la révolution yéménite et du départ du pouvoir de Saleh.
Le conflit s'est internationalisé en mars 2015 avec l'intervention de nombreux pays menés par l'Arabie Saoudite. Des spécialistes du Yémen expliquent qu'«il est l'une des conséquences de la guerre du Saada, commencée au nord-ouest du pays en 2004, en raison du sentiment de marginalisation des tribus du Nord qui se sentent délaissées par le pouvoir central, après l'unification du pays en 1990». «Il découle ainsi d'une série de mouvements de protestation houthistes contre la fin des subventions sur les produits pétroliers, la corruption, le meurtre de deux représentants houthis siégeant au conseil de transition, la lenteur d'application des mesures prévues par la conférence de dialogue national de 2012, ainsi que par la prise d'Amran», ajoutent les mêmes sources.
Le mouvement armé Ansarullah et le gouvernement ont bien signé, en décembre 2018, un accord parrainé par l'ONU qui vise à entamer des discussions de paix et à mettre fin aux hostilités dans le pays. Obtenu après d'âpres négociations, cet accord prévoyant une trêve à Al Hodeïda, principal front du conflit et point d'entrée de l'essentiel des importations du pays et des aides humanitaires, n'est pour le moment pas appliqué sur le terrain. Ansarullah et le gouvernement s'accusent mutuellement de bloquer sa mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.