Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre au Yémen : Riyad appelle à la rescousse des mercenaires du Darfour
Publié dans El Watan le 03 - 01 - 2019

Dans la guerre qui les oppose aux rebelles houthis depuis 2015, les Saoudiens évitent visiblement autant que possible de faire combattre leurs propres soldats. La plupart du temps, les Houthis affrontent des mercenaires gracieusement rémunérés par Riyad et ses alliés du Golfe.
Même le Soudan, qui fait officiellement partie de l'alliance anti-Houthis dirigée par l'Arabie Saoudite, n'y envoie pas ses soldats. Khartoum fait aussi le plus souvent appel à des paramilitaires faisant partie de la Force de soutien rapide (RSF) ou tout simplement à des miliciens.
Selon le New York Times, le royaume saoudien a embauché depuis le début du conflit environ 14 000 de ces miliciens. Ils reçoivent des primes de 8700 euros et des salaires mensuels d'environ 450 euros. Presque tous «semblent provenir de la région du Darfour», poursuit la même source. Plus grave, un grand nombre d'entre eux sont des enfants âgés de 14 à 17 ans. Le New York Times relève en outre qu'au Darfour, «des parents qui ont tout perdu dans la guerre civile (bétail, habitation, récolte, etc.) se portent souvent volontaires pour vendre leurs enfants aux recruteurs».
Dans son enquête, le quotidien new-yorkais – qui dit avoir interviewé des combattants somaliens de retour du Yémen – révèle que les soldats mineurs représenteraient au moins 20% des unités de mercenaires soudanais au service des Saoudiens. D'après deux autres témoignages avancés par la même source, ces mineurs pourraient même représenter 40% des effectifs.
Khartoum et la coalition arabe démentent, quant à eux, les informations rapportées par le New York Times. «Les allégations, selon lesquelles il y aurait des enfants dans les rangs des forces soudanaises, sont fictives et sans fondement», a ainsi assuré Turki Al Malki, un porte-parole, via un communiqué.
Dans un reportage publié en avril dernier, RFI atteste cependant que le cas du Soudan, en plus d'être vrai, n'est pas isolé. D'autres pays africains auraient en effet envoyé des miliciens se battre au Yémen, comme le Tchad et l'Ouganda. D'autres sources attestent que Riyad a fait également appel à des mercenaires sud-américains.
Dans sa guerre totale contre les éléments du groupe armé Ansarullah (Houthis), la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite a tué et blessé des milliers de civils et contribué à mettre le pays au bord de la famine. Ces innombrables crimes de guerre n'ont toutefois pas empêché les pays occidentaux de vendre des armes à Riyad.
Le conflit au Yémen a déjà fait au moins 10 000 morts. Jusqu'à 20 millions de personnes sont, selon l'ONU, «en situation d'insécurité alimentaire». La guerre civile yéménite est un conflit qui oppose depuis 2014 principalement les rebelles houthis, réunis autour du groupe Ansarullah, et, jusqu'en 2017, les forces fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh au gouvernement de Abd Rabbo Mansour Hadi, élu en 2012 à la suite de la révolution yéménite et du départ du pouvoir de Saleh.
Le conflit s'est internationalisé en mars 2015 avec l'intervention de nombreux pays menés par l'Arabie Saoudite. Des spécialistes du Yémen expliquent qu'«il est l'une des conséquences de la guerre du Saada, commencée au nord-ouest du pays en 2004, en raison du sentiment de marginalisation des tribus du Nord qui se sentent délaissées par le pouvoir central, après l'unification du pays en 1990». «Il découle ainsi d'une série de mouvements de protestation houthistes contre la fin des subventions sur les produits pétroliers, la corruption, le meurtre de deux représentants houthis siégeant au conseil de transition, la lenteur d'application des mesures prévues par la conférence de dialogue national de 2012, ainsi que par la prise d'Amran», ajoutent les mêmes sources.
Le mouvement armé Ansarullah et le gouvernement ont bien signé, en décembre 2018, un accord parrainé par l'ONU qui vise à entamer des discussions de paix et à mettre fin aux hostilités dans le pays. Obtenu après d'âpres négociations, cet accord prévoyant une trêve à Al Hodeïda, principal front du conflit et point d'entrée de l'essentiel des importations du pays et des aides humanitaires, n'est pour le moment pas appliqué sur le terrain. Ansarullah et le gouvernement s'accusent mutuellement de bloquer sa mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.