Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pomme de terre à 100 DA
Publié dans El Watan le 27 - 10 - 2014

L'oignon s'affiche lui à 70 DA, alors que, miracle, la salade est vendue entre 100 et 120 DA le kilogramme. Pour les fruits, c'est la flambée des prix depuis quelques semaines. Le kilo de pommes se vend à 160 et 250 DA le kilogramme, alors que les bananes sont cédées entre 150 et 180 DA le kilo. Le kilogramme de raisin s'affiche à 300 DA.
Cette flambée inexpliquée des prix des fruits et légumes sonne mal avec les assurances des pouvoirs publics quant à la baisse des prix des produits de première nécessité et aux contrôles rigoureux. «En raison des prix exorbitants affichés des légumes et autres produits de première nécessité, le père de famille rentre chez lui avec un couffin presque vide», dit ce retraité désespéré par la cherté de la vie et par sa maigre pension de retraite. Les familles à faible revenu doivent donc s'armer de beaucoup de patience et espérer une chute des prix des fruits et légumes.
Dans le cas contraire, les semaines à venir seront «explosives». «Nous ne pouvons plus continuer ainsi. Les gens continuent à s'enrichir sur notre dos, les jeunes à investir les espaces publics et les trottoirs et les pouvoirs publics maintiennent un silence radio des plus intrigants, comme si nous vivions dans un pays qui n'a ni Président ni gouvernement. C'est la maffia qui dicte sa loi. Ça ne peut plus durer ainsi. Car on cherche à pousser les gens vers la révolte, vers un avenir flou pour notre nation. C'est inadmissible», se désole un autre retraité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.