Prorogation du délai    L'entreprise sera soumise « à un audit complet »    La Zlecaf, un choix "stratégique pour l'Algérie"    772 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Fin tragique pour le petit Yanis    Les responsables sanitaires divisés !    Les deux conditions à satisfaire    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Spectre ou menace réelle ?    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Espagne est dans l'impasse politique
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2016


Valence ( Espagne)
De notre Correspondant

L'Espagne a remis vendredi 4 mars ses compteurs politiques à zéro après l'échec de la tentative d'investiture du socialiste Pedro Sanchez, qui avait tenter former un gouvernement avec le soutien des centristes, notamment du parti politique , d´Albert Rivera, "Ciudadanos", "Citoyens".
Le scénario est inédit, la Constitution indique que le roi doit désigner un nouveau candidat pour chercher une majorité. Il peut pour cela lancer des consultations.
L'alliance des socialistes et des centristes n'a réuni que 131 « oui » contre 219 « non ».. C'est quasiment le même résultat que mercredi dernier. Insuffisant pour que le socialiste Pedro Sánchez prenne la tête du gouvernement. Seule une députée régionaliste des Canaries a changé son vote, de l'abstention au oui ce vendredi soir. Pour le reste, tout est pareil. deuxième tentative, et deuxième échec
Le compte n'y est pas car la chambre des députés est partagée, donc sans majorité. Le PP conserve 123 sièges, le Parti socialiste 90, Podemos et ses alliés 65 et le petit parti de centre-droit Ciudadanos 40. La chambre compte par ailleurs une trentaine de députés de formations nationalistes et indépendantistes catalanes et basques. Comme ils l'avaient fait mercredi, le parti de gauche radicale Podemos et les conservateurs du Parti populaire (PP) ont voté sur la même ligne contre l'investiture de Pedro Sanchez, un professeur d'économie de 44 ans qui dirige le Parti socialiste depuis 2014.
Le blocage dure depuis les élections législatives du 20 décembre, où aucune formation s'est révélée en mesure de gouverner seule, ou avec ses alliés. Mais pour qu'une majorité naisse il faut avant tout que les partis fassent évoluer leurs positions.
Après le vote, Pedro Sanchez a accusé le dirigeant de Podemos, Pablo Iglesias, d'avoir « trahi les millions d'électeurs qui avaient voté pour le changement », contre la droite au pouvoir depuis 2011. et Il a reproché au chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, d'avoir lui-même refusé de se présenter à l'investiture le premier, par peur d'un échec, alors que le PP avait remporté les législatives avec 28,7 % des voix.
Podemos, qui propose aux socialistes de gouverner en coalition, a voté contre l'investiture de Pedro Sanchez en lui reprochant son accord de programme avec les centristes de Ciudadanos, parti qu'il juge trop libéral.

Pedro Sanchez avait appelé à chasser Mariano Rajoy du pouvoir en résumant ses quatre années de gouvernement à une Période catastrophique dans les services publics, d'« inégalités » et d'« extension de la corruption ».Les partis ont jusqu'au 2 mai pour se mettre d'accord. Faute de quoi des élections anticipées seront organisées le 26 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.