FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoire de deux tragédies
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2016

Djamel Mati signe là son sixième roman. Un roman publié aux éditions Chihab, qui a nécessité deux années et demie d'écriture sans relâche. Dans une narration bien ficelée, le lecteur est à même de découvrir l'histoire de deux familles ayant vécu la même tragédie. Fettouma et Kamel sont un vieux couple qui n'a pas eu d'enfant, mais a adopté une petite fille noire, Mariama.
Devenue adolescente, cette dernière disparaît en mer. Les parents se cloîtrent alors dans leur appartement avec le chat siamois, Yoko, un legs laissé par la défunte. Mekioussa est une voisine du vieux couple. Elle a été contrainte d'aller avec son amant au Mali pour accoucher. L'écrivain Djamel Mati indique qu'il s'agit là d'une histoire qui n'est pas racontée, mais qui est vue à travers le regard rétrospectif du chat siamois Yoko.
L'auteur confie qu'il a eu pendant 18 ans un chat siamois (femelle) qui est morte l'année dernière. «Ce choix, dit-il, a été facile. Pendant six ans, j'ai appris à décortiquer les faits et gestes de cet animal. Pour les besoins de l'écriture, j'ai été obligé de me documenter sur la psychologie des chats. Tout ce que est décrit, je l'ai vu et je l'ai compris à travers mes documents.»
Hormis l'existence de Yoko, tout le reste de la trame est imaginaire. Notre interlocuteur précise que si l'histoire se passe en 2008 entre Alger et Bamako, la trame est composée en sept jours avec un clin d'œil au Barzakh. Les chapitres sont introduits, notamment par des dates, des jours, des heures ainsi que par de longs monologues.
Djamel Mati soutient que ses personnages traversent un état psychologique des plus graves. Preuve en est avec ce couple âgé cloître dans son appartement durant une année. «Pour eux, le temps n'existe plus. Cette sensation, je ne l'ai pas vécue, mais je l'ai ressentie chez certaines personnes. Quand on est dans une tragédie, on est dans une absence totale du temps.
C'est pour cela que l'horloge du salon est coincée sur 10h10. Quand je suis dans la rétrospective, là il y a une précision minutieuse avec l'heure. Et là, c'est fait sciemment pour montrer comment la psychologie des gens peut changer lorsqu'il y a absence du temps et comment elle se reconstitue. Ce sont toutes ces balises et tous ces repères qui donnent le tympo de l'écriture et de l'histoire»,
éclaire t-il.
Djamel Mati reconnaît qu'il n'aime faire dans la facilité. A travers ce dernier-né, il n'a pas essayé d'être dans le message, mais s'est plutôt contenté de baigner dans des émotions et des sentiments que peut développer pareille situation. C'est parce que l'auteur a voulu romancer une situation qui peut être lourde de sens et d'émotion qu'il a su trouver les ingrédients nécessaires en jouant avec la temporalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.