Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger, Le Caire et Tunis veulent prendre les choses en main
Publié dans El Watan le 14 - 01 - 2017

Adoubées par la Ligue arabe, l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie ont décidé de conjuguer leurs efforts pour convaincre les gouvernements rivaux de Tripoli et de Tobrouk d'enterrer la hache de guerre et de reprendre le chemin des négociations.
La décision de ces trois pays de lancer une telle initiative s'explique par leur crainte d'une plus grande dégradation de la situation sécuritaire dans la région après l'annonce du maréchal Khalifa Haftar de sa ferme intention de marcher sur Tripoli pour en chasser les milices qui y font leur loi depuis 2011. Mais il n'y a pas que cela. Ils craignent également que le dossier libyen finisse par être l'otage d'une confrontation entre les grandes puissances.
L'idée, soutiennent des sources libyennes, émane du président tunisien Béji Caïd Essebsi qui a proposé de tenir un sommet avec ses homologues algérien et égyptien afin d'impulser une nouvelle dynamique au processus de règlement de la crise libyenne actuellement en panne. Martin Kobler, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, soutiendrait la démarche, surtout que ses efforts destinés à réconcilier Tripoli et Tobrouk et surtout à faire appliquer l'accord de Skhirat ont pour le moment échoué. Le Président tunisien, affirment les mêmes sources, est persuadé que la démarche peut aboutir dans la mesure où chacun des trois pays dispose de canaux privilégiés avec les différentes parties libyennes. Ils ont donc les moyens de les amener à infléchir leur position. Béji Caïd Essebsi a soutenu en outre qu'aucun pays ne peut parvenir à régler à lui seul la crise libyenne.
L'annonce de ce projet de sommet intervient, signale-t-on, après une série de réunions tenues à la fin du mois de décembre dernier au Caire entre des experts algériens, égyptiens et tunisiens. Ces réunions présidées par le chef d'état-major de l'armée égyptienne en personne, le général de corps d'armée Mohamed Hidjazi, ont, semble-t-il, permis de déblayer le terrain. Le général Mohamed Hidjazi a été désigné par le président Abdelfattah Al Sissi pour gérer le dossier libyen.
L'envoyé spécial de la Ligue arabe pour la Libye, le Tunisien Salaheddine Jamali, qui a confirmé ces contacts, a annoncé que la proposition du président Béji Caïd Essebsi de tenir un sommet à trois sera d'abord précédée par une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye, ajoutant que les contacts entre la Ligue arabe, l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie se sont intensifiés ces derniers jours. Comme le président Béji Caïd Essebsi, Salaheddine Jamali se dit également convaincu qu'une coordination entre les trois pays est plus prometteuse que les initiatives entreprises jusque-là séparément par l'Algérie, la Tunisie et l'Egypte.
L'envoyé spécial de la Ligue arabe pour la Libye, qui précise que la date et le lieu de la tenue du sommet n'ont pas encore été déterminés, a indiqué qu'il se rendrait bientôt en Libye pour prendre contact avec les responsables des gouvernements de Tripoli et de Tobrouk pour les informer de l'initiative.
Des sources proches des tribus et de certains acteurs politiques libyens disent qu'un consensus sur la nécessité d'amender l'accord de Skhirat afin de faire une place au maréchal Khalifa Haftar et à son armée commence à se dessiner. De toutes les façons, il ne peut pas en être autrement vu que l'Armée nationale libyenne (ANL) fondée par Khalifa Haftar est devenue aujourd'hui une réalité incontournable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.