L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie, Tunisie et Egypte: Une tripartite pour tenter de sauver la Libye
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2017

Le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel, et les ministres des Affaires étrangères, le Tunisien Khemaies Jihnaoui et l'Egyptien Samah Choukri, doivent déblayer le terrain dimanche et lundi dans la capitale tunisienne pour la mise en route d'un plan de règlement global et inclusif de la crise libyenne, annonce-t-on à Alger.
Il devrait même, en cas de succès, ouvrir la voie à l'organisation en mars prochain d'un sommet des chefs d'Etat des trois pays sur la Libye. Le dossier libyen, complexe du fait des nombreuses interventions étrangères qui n'ont fait que compliquer les voies de sortie d'une profonde crise politique et militaire, devrait, du point de vue des trois capitales, trouver une solution «inclusive» qui concernerait toutes les parties libyennes.
Six années après la chute du régime de Mouammar El Gueddafi à la suite d'un soulèvement populaire soutenu par les pays occidentaux dont Paris et Washington qui avaient forcé l'ONU à organiser une intervention militaire aérienne, le pays est englué dans une situation sociale, politique et économique chaotique, alors que sur le plan sécuritaire, il est pratiquement aux mains de milices lourdement armées et de groupes terroristes proches de l'Etat Islamique. Bref, pour les pays limitrophes, la crise libyenne est devenue un réel danger pour la stabilité et la sécurité de la région. En outre, les ingérences militaires étrangères, dont la France et les Etats-Unis, faussent les plans de règlement de l'ONU comme ceux des pays voisins pour trouver une sortie de crise, qui prenne en compte les points de vue de toutes les parties impliquées dans ce conflit. Pour l'Algérie, seul un dialogue inclusif entre Libyens reste la clé d'un règlement global et durable. «Au cours de cette réunion, il s'agira de définir le rôle de chaque pays dans le rapprochement de points de vues entre les parties libyennes, de converger leurs approches respectives afin de faire avancer le processus actuel devant conduire à la consolidation de l'Accord politique et garantissant, par là même, le succès du Sommet tripartite prévu à Alger», précise le ministère des Affaires étrangères algérien dans un communiqué à la veille de cette réunion. En outre, ajoute la même source, «l'Algérie a entrepris, à la demande des parties libyennes, des efforts intenses pour aider à ce rapprochement et à trouver des solutions aux différends qui les opposent». «L'Algérie reste déterminée à œuvrer dans ce sens pour qu'une solution définitive soit trouvée et permettre le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans ce pays», explique le ministère.
M. Abdelkader Messahel devrait se rendre en tournée dans plusieurs régions libyennes dans les prochains jours, «à la demande des parties libyennes qui se sont rendues en Algérie ces dernières semaines», indique encore le ministère algérien des Affaires étrangères. C'est en somme ce que vont s'atteler à mettre en place les ministres des Affaires étrangères d'Algérie, de Tunisie et d'Egypte. Mais, les trois pays, s'ils sont d'accord pour trouver rapidement une solution à la crise libyenne, ne partagent cependant pas la même tactique, ni les mêmes intérêts.
Il y a ainsi l'Egypte qui joue une carte «en solo» avec le général Khalifa Haftar, autoproclamé maréchal et chef de file du gouvernement de Tobrouk, qui veut débarrasser le pays des milices islamistes et dans la foulée, des Frères musulmans. C'est pourquoi il est soutenu par Le Caire, qui voudrait utiliser la carte Haftar pour évincer les Frères musulmans du dialogue inter-libyen. Au Caire, en début de semaine dernière, Haftar avait été reçu par le chef d'Etat major égyptien, Mahmoud Hidjazi. L'Egypte place ses pions et soutient clairement le général Khalifa Haftar. En clair, l'Egypte veut revoir certaines clauses de l'accord de décembre 2015 à Skhirat pour ouvrir la voie à plus de prérogatives aux militaires dans les négociations inter-libyennes, et donc donner plus de poids politique au «plan» Haftar. Dans la capitale égyptienne, le général Haftar avait rencontré plusieurs hauts responsables, politiques et militaires et, selon des sources locales, les Egyptiens voudraient évincer certaines parties libyennes avec lesquelles le gouvernement de Tobrouk ne s'entend pas, dont Fayez al Sarraj, le chef du GNA.
Par contre, Alger et Tunis, qui travaillent discrètement pour réunir les factions islamistes adeptes d'un dialogue devant permettre une rapide sortie de crise, y compris les Frères musulmans. C'est un peu dans ce sens que les présidents Bouteflika et Caïd Essebis avaient entériné dans la plus grande discrétion fin janvier dernier à Tunis une rencontre entre Ahmed Ouyahia et Rached Ghannouchi, dans la demeure de celui-ci. La teneur de ces discussions n'a pas été rendue publique, mais les observateurs avaient relevé, sans être démentis, que les deux hommes avaient parlé de la mise en place d'un plan de règlement de la crise libyenne où les Frères musulmans libyens joueraient un rôle de neutralisation et de rapprochement des milices islamistes armées des solutions de crise proposées lors d'un dialogue inclusif.
Les ministres algérien, tunisien et égyptien discuteront donc aujourd'hui et demain lundi des conditions d'«une solution politique consensuelle à la crise» que connaît la Libye, a annoncé de son côté vendredi le ministère tunisien des Affaires étrangères. Les trois pays veulent ainsi «rassembler les dirigeants rivaux (libyens) autour de la table du dialogue», précise le communiqué tunisien, car la Libye, faut-il le rappeler, est divisée entre deux autorités politiques qui se disputent le pouvoir : le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli, et un parlement opposé à celui de Tripoli, basé à l'est, à Al-Bayda, dirigé par Aguila Saleh, qui soutient le maréchal Khalifa Haftar et ne reconnaît pas le Gouvernement d'Union Nationale. Les deux chefs de file devaient se rencontrer mardi au Caire à l'initiative de l'Egypte pour modifier l'accord inter-libyen signé au Maroc en décembre 2015 sous l'égide de l'ONU et aux termes duquel le GNA a été créé. Mais, selon M. Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar a refusé de le voir «sans justification ou raison».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.