Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les habitants demandent une expertise
Publié dans El Watan le 29 - 06 - 2017

Environ deux ans après l'effondrement d'un pan entier d'un balcon de l'immeuble n°18 de la cité Kouhil Lakhdar (appelée Djenane Ezzitoune), les résidents de ce quartier populaire craignent aujourd'hui le pire. Ce sentiment d'inquiétude hante au quotidien les centaines de familles habitant cette cité, à cause de la dégradation alarmante des immeubles.
Mais depuis une semaine, les craintes sont montées d'un cran suite à la chute d'un morceau en béton d'un balcon du même immeuble, exposant les vies des habitants et celles des passants à une catastrophe certaine. Cet état de fait a provoqué la colère des citoyens concernés, qui demandent au wali de charger une mission de spécialistes afin d'établir une expertise sérieuse de la cité, et évaluer l'état de viabilité du bâti.
D'autant que certains soupçonnent l'existence d'une faille souterraine qui traverserait à la verticale les immeubles 10, 18 et 20 sur lesquels on observe épisodiquement des effondrements et des fissures profondes sur une même ligne. Réalisés avant l'indépendance dans le cadre du Plan de Constantine, ces immeubles ont subi d'importantes dégradations au fil des années. Mais ce qui a empiré la situation est l'abandon et le manque d'entretien de ces bâtiments. A partir des années 1990, l'OPGI, propriétaire et gestionnaire de ces biens, a mis à l'écart ce grand quartier, ainsi que celui de la cité Ben Boulaïd, dont les habitants souffrent d'une situation identique.
Impuissance
Depuis, la cité n'a subi aucune opération de lifting, et les vides sanitaires ne sont plus nettoyés, alors que la voirie est détériorée et les eaux usées coulent en surface. Des conditions de vie inhumaines se sont imposées à ces habitants, privés d'un minimum de prise en charge et forcés d'observer, impuissants, le déclin de leur cité.
Suite à quoi, le 10 mai 2015, un sérieux avertissement est enregistré quand un pan du balcon de l'immeuble N°18 s'est effondré, causant des déformations majeures de plusieurs parties de la structure. «Suite à cet effondrement, une vingtaine de familles ont été relogées, 4 mois après, à El Khroub, à cause de la pression médiatique sur les autorités.
Mais le reste des habitants, qui frôlent la mort quotidiennement, attend toujours et s'interroge sur son sort», a déclaré l'un des citoyens rencontrés sur place. Et de poursuivre : «Depuis, les autorités n'ont initié ni étude ni projet de réhabilitation des bâtiments. Les responsables locaux minimisent les dégâts et croisent les bras en attendant une nouvelle catastrophe.» Rappelons que l'ancien wali, Abdelmalek Boudiaf, avait déclaré que cette cité sera démolie et ses habitants relogés. Hélas, après son départ, ce dossier a été mis au placard par son successeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.