PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Effondrement partiel d'une bâtisse à Djenane Ezzitoune: Protesta pour un relogement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 09 - 2015

Des habitants de la cité Kouhil Lakhdar, plus connue par Djenane Ezzitoune, se sont rassemblés hier devant le cabinet du wali pour réclamer leur relogement suite à un effondrement partiel dû aux pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville des ponts le 24 août dernier et dont un pan entier de la terrasse s'est finalement effondré hier, lancent-ils en colère.
Et leur représentant, M. Khalid, d'indiquer qu'il s'agit d'un très vieux bâtiment de cinq étages datant de la période coloniale et qui est occupé par 22 familles, dont la majorité écrasante sont propriétaires de leurs appartements à l'exception de deux locataires. « Le bâtiment est complètement vétuste et classé ‘rouge' par la protection civile, car situé dans une zone menacée par le phénomène des glissements de terrain et c'est à ce titre d'ailleurs que nous sommes concernés par des relogements ». Et cela, ajoutera-t-il, « s'inscrit dans le cadre de la politique d'éradication des habitations précaires se trouvant sur des sites à haut risque et de terrains glissants, décidée par les pouvoirs publics ».
C'est ainsi, poursuivra-t-il, que « toutes les familles ont bénéficié de décisions de pré-affectation à la nouvelle ville de Massinissa (El Khroub), dont les logements sont composés de F2, qui sont plus petits que nos appartement actuels qui sont des F3 ». En plus, dira-t-il, « nous ne comprenons pas pourquoi on nous demande de nous désister de nos anciens logements en l'enregistrant et le consignant à nos frais auprès d'un notaire contre la somme de cinq millions de centimes et ce, pour permettre leur démolition après ». Conditions qu'ils déclarent refuser. « Nous demandons, pour ce qui concerne ce sujet, des appartements plus grands, au moins aussi spacieux que des F3 que nous occupons à la cité, en sus et en tant que propriétaires nous voulons des indemnisations pour les démolitions, sachant qu'il s'agit de biens que nous détenons en toute propriété ».
Quoi qu'il en soit, fera-t-il observer, « pour le moment nous en sommes en vérité assez loin de tout cela, puisque les choses revêtent le sceau de l'urgence ».
En effet, hier le bâtiment no 18 a vu des pans entiers de la terrasse s'effondrer et a failli causer un drame, mais heureusement il y a eu plus de peur que de mal, mais une partie de la cage d'escalier a été détruite, obligeant les habitants à utiliser des cordes pour monter et descendre. Les protestataires ont été orientés vers la daïra, dont le problème relève directement, leur a-t-on dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.