Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coupures d'eau à Béjaïa : La population épuisée !
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2019

A chaque grosse précipitation, la population est soumise aux affres des coupures récurrentes d'eau, qui durent, en l'absence d'une
communication suffisante des services concernés.
Il ne se passe pas un hiver sans qu'une conduite principale d'eau potable rompe. Cela s'explique incontestablement par la vulnérabilité de ces ouvrages hydrauliques longeant les oueds. Lors des intempéries, les crues déstabilisent les canalisations avant de les arracher. La réparation dure, dans ces conditions, plusieurs jours. La fréquence de ces ruptures renseigne également sur le laisser-aller des autorités, qui n'ont mis au point aucun programme de consolidation ou de déplacement des principaux transferts depuis des années que ces ruptures persistent, se contentant de remplacer des «manchettes défectueuses» à chaque incident.
Les pluies diluviennes qui s'abattent chaque année sur Béjaïa occasionnent des dégâts importants sur le réseau AEP. En mars 2018, la ville du chef-lieu et celle de Tichy ont passé trois jours sans eau potable à cause de la rupture d'une canalisation principale les alimentant depuis la source bleue de Kherrata, après la crue de l'oued Agrioune.
Le même mois, mais cette fois en 2015, les habitants des communes de la daïra de Béjaïa, ainsi que ceux des communes de l'intérieur de la wilaya, comme El Kseur et Sidi Aïch, ont dû patienter plus d'une semaine avant de voir les conduites alimentant ces localités depuis Tichy-haf et la source bleue réhabilitées. Les eaux des oueds déchaînés par de fortes chutes de pluie ont provoqué des dégâts importants sur ces ouvrages hydrauliques. Cette année, la même conduite de 700 mm qui alimente la côte est de la wilaya et la ville de Béjaïa depuis la source bleue est rompue une nouvelle fois à cause de la crue de l'oued Aguerioune. L'intervention sur les dommages est quasi impossible avant la décrue, selon le chargé de la communication de l'ADE.
Au niveau de l'oued Ghir, la rupture de la conduite de 1m a été provoquée par un engin mécanique, selon des sources officielles, alors que le canal se trouve à 8 mètres de profondeur. Une énigme! Sur le plan social, cela engendre beaucoup de désagréments à la population locale. Car le pire est de voir les habitants de Béjaïa et d'Oued Ghir, dépourvus d'eau potable durant plus de cinq jours et livrés à eux-mêmes. A Oued Ghir, on a observé des queues devant les fontaines et un rush vers les supérettes pour s'approvisionner en fardeaux d'eau minérale.
Selon le témoignage de quelques résidents de Béjaïa, «ni l'APC ni l'ADE n'ont mis à notre disposition des camions-citernes pour pallier ce problème conjoncturellement». Une aubaine pour les colporteurs qui proposent de l'eau potable dans les cités. D'autres familles, plus aisées, s'approvisionnent en eau minérale à un prix fort, ou se déplacent en voiture pour chercher de l'eau à plusieurs kilomètres de chez elles. Afin de doter les ménages en eau potable, l'ADE s'est rabattue sur le système d'alimentation des quartiers et cités de la ville en alternance d'un jour sur deux, après la réparation de la conduite de Oued Ghir.
Mais sans compter sur la forte demande pour réussir cette opération qui a été accompagnée d'une communication institutionnelle qui consiste à publier, sur le fil de la page facebook de l'Algérienne des eaux, des photos et des vidéos montrant les équipes de la société à pied d'œuvre sur le lieu de la panne pour atténuer un tant soit peu la colère et la lassitude des habitants.
Ces derniers souhaitaient voir des camions-citernes stationner sous leurs balcons, dans leurs quartiers, en guise de bonne foi des responsables qui se disent soucieux de la quiétude de leurs administrés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.