Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ORAN
Le RND et la malédiction des sièges vacants
Publié dans El Watan le 23 - 07 - 2004

Avec l'élection par l'APN du député Ferrahi pour siéger au Conseil constitutionnel, une disposition réglementée est prévue dans les textes, le problème de succession ne se posera pas pour le FLN qui n'aura qu'à désigner de fait le candidat le mieux placé sur la même liste présentée aux législatives.
Il se posera par contre pour le RND dont un de ses sénateurs a été élu par ses pairs pour représenter la Chambre haute au même Conseil constitutionnel. M. Bendjebara, conformément aux textes régissant l'occupation des 2/3 du Sénat, a été élu par les élus des assemblées locales, l'APW et les APC. Il était, le jour de ce scrutin particulier, le candidat unique (et c'est normal) du RND. Ce parti se retrouvera encore une fois avec un siège vide et un grand problème pour son remplacement. En effet, puisque le choix est nominal et que les électeurs étant les élus appartenant à toutes les formations politiques représentées, rien n'empêchera les autres partis d'exiger la tenue d'un vote de substitution. Cependant, lorsque M. Bendjebara a été élu au Sénat, la majorité dans les assemblées locales était entre les mains du RND. Entre temps, le FLN a pris le dessus. Aujourd'hui, opter pour un vote de substitution veut dire tout simplement que c'est le parti qui attend son congrès pour régulariser sa situation qui va l'emporter. Un autre cas s'est présenté pour le RND. Afin d'être désigné au Sénat (tiers présidentiel) pour lui permettre de prendre la présidence de cette assemblée, M. Bensalah a dû démissionner de son poste de député à la Chambre basse. Depuis, son siège est resté vacant face à la difficulté de trouver une solution acceptable mais qui n'enfreint pas les lois. En effet, alors que le règlement intérieur de l'APN prévoit de refaire les élections partielles, la loi électorale algérienne est passée d'un scrutin nominatif par circonscriptions électorales (confrontations de candidats) à un vote à la proportionnelle par wilaya (le parti ou le groupe est représenté selon le taux de voix acquis), rendant inopérant le concept des partielles qui donne l'avantage au parti momentanément majoritaire. La coïncidence veut que les trois personnes citées plus haut soient toutes élues à partir d'Oran.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.