Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'état de santé de Bouteflika se serait dégradé
Il est hospitalisé à Genève depuis le 24 février dernier
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2019

L'état de santé du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, qui ne s'est plus exprimé en public depuis le 27 avril 2013, à la suite d'un accident vasculaire cérébral, se serait dégradé.
C'est, du moins, ce que soutient la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya qui dit tenir l'information de son correspondant permanent à Genève, où se trouve le chef de l'Etat depuis le 24 février dernier pour des «examens médicaux périodiques». Selon la même source, «le président Bouteflika ne peut pas prendre l'avion et son transfert programmé vers une autre ville suisse n'aurait pas été possible», sans donner de plus amples détails.
L'information, rapportée par la chaîne Al Arabiya, vient quelque peu corroborer les éléments d'un article publié mercredi par La Tribune de Genève (TDG) et consacré à la santé du chef de l'Etat que le quotidien suisse présente comme «précaire». La TDG, se référant au bulletin de santé du président Bouteflika obtenu auprès de l'hôpital, indique que celui-ci serait «sous menace vitale permanente» en raison d'une «atteinte systémique à ses réflexes corporels».
D'après La TDG, le problème principal du président Bouteflika est qu'il «présente de hauts risques de faire des fausses routes, c'est-à-dire que des aliments peuvent être dirigés vers ses voies respiratoires, ce qui peut entraîner une infection pulmonaire grave». «Et en trois ans, sa situation s'est dégradée de manière perceptible. D'un état de fragilité, mais permettant une vie à peu près normale, il s'est transformé en patient dont l'état est très précaire et nécessite des soins constants», affirme le quotidien suisse.
«Ce trouble est un résultat de l'âge, mais aussi de son attaque cérébrale qui a dégradé ses fonctions neurologiques. Dont celle qui permet au corps d'empêcher l'ingestion d'aliments ou de liquides dans les poumons. Pour se protéger des infections pulmonaires – une cause majeure de mortalité chez les personnes âgées – Abdelaziz Bouteflika subit des cures d'antibiotiques régulières. Il reçoit aussi des soins de physiothérapie respiratoire», ajoute la même source.
Le journal suisse affirme également que Bouteflika est atteint d'aphasie, soit de perte partielle du langage. «Il semble réceptif à ce qu'on lui dit, mais on le comprend à peine. Il faut pratiquement lire sur ses lèvres», rapporte La TDG, ajoutant que «son imposante équipe médicale – quatre médecins algériens, dont un cardiologue, un anesthésiste et un interniste – lui sert d'interprète avec le monde extérieur et parle souvent à sa place».
La TDG a révélé par ailleurs hier qu'«une ressortissante algérienne a déposé une requête de curatelle en faveur d'Abdelaziz Bouteflika auprès du Tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant (TPAE)». La requérante – celle-là même qui a porté plainte à la fin de février auprès de la police vaudoise contre l'entourage du président algérien –, mentionne la même source, «s'est attachée les services d'une avocate genevoise, Saskia Ditisheim, présidente d'Avocats sans frontières Suisse, pour ce faire».
Le quotidien suisse indique que dans son mémoire, rédigé hier matin, «l'avocate demande à la justice de nommer un ou plusieurs curateurs qui pourraient délier les médecins de leur secret de fonction à l'égard du président, obtenir une attestation médicale à son sujet et prendre les mesures nécessaires pour la protection de ses intérêts». «Les curateurs pourraient aussi contraindre l'entourage de Abdelaziz Bouteflika à solliciter leur aval avant toute communication officielle», précise La TDG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.