Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Le président de la Fédération dénonce la «passivité» du MJS dans l'organisation du Rallye Touareg    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contesté par une majorité des membres du FCE : Ali Haddad vit ses derniers moments à la tête de l'organisation patronale
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2019

Le patron du Forum des chefs d'entreprise (FCE), Ali Haddad, pourrait annoncer sa démission dès aujourd'hui, apprend-on auprès de quelques membres de cette organisation patronale. Acculé par ses pairs au sein de ce syndicat, il a fini par accepter de recevoir une délégation d'une dizaine d'hommes d'affaires, dont des membres du comité exécutif, qui réclament son départ.
Pour nos sources, «la délégation offre à Haddad une sortie honorable en le poussant à démissionner avec son bureau. Dans le cas contraire, il fera face à une démission collective des membres du FCE. Il fait de la résistance, mais nous savons qu'aujourd'hui, il sera obligé de prendre une décision : soit appeler à une assemblée générale extraordinaire qu'il refuse de convoquer, parce qu'il sait qu'elle lui sera fatale, soit démissionner et installer un intérimaire chargé de préparer l'assemblée générale. La deuxième option est la seule sortie honorable pour lui».
D'autres membres de ce syndicat patronal sont formels : «Malgré tous les appels et les retraits en cascade des membres du Forum, Haddad a refusé de rendre des comptes. Mais, dimanche dernier, il a fait lire à certains de ses proches une lettre dans laquelle il a évoqué la convocation d'une assemblée générale. Nous avons appris que cette lettre n'a pas été validée et que Ali Haddad doit recevoir, dès aujourd'hui, une dizaine d'hommes d'affaires, dont des membres du comité exécutif, qui réclament son départ.
Nous avons su aussi qu'il devrait annoncer sa démission.» Visiblement, la direction du FCE, notamment son président, vit ses plus mauvais moments, surtout depuis la diffusion sur les réseaux sociaux du contenu d'une communication téléphonique, entre lui et Abdelmalek Sellal, ex-directeur de campagne électorale du président-candidat Bouteflika et ancien Premier ministre, où des menaces contre les manifestants étaient clairement proférées.
Installé depuis 2017, après le verrouillage de ses structures, par l'instauration d'un «collège de grands électeurs», choisis parmi les plus fidèles à Ali Haddad, pour bloquer toute velléité de contestation interne, le malaise n'a fait que s'aggraver au point de pousser la majorité des membres du FCE à geler leurs cotisations, puis leurs activités.
C'est le cas de Hassan Khelifati, patron d'Alliance Assurances, ainsi que trois autres membres, Mohamed Arezki Aberkane, patron de Sogemetal, qui accuse Ali Haddad de «prôner l'anathème et le mépris à l'égard de tout un peuple qui exprime librement et dignement une revendication» ; Madjid Meddahi, PDG de Granitex, et l'industriel Laïd Benamor qui, en plus d'avoir gelé ses activités, démissionne de son poste de vice-président du FCE. Deux membres honoraires représentant de l'organisation en Allemagne et en Russie ont fait de même, creusant davantage la fissure qui lézarde les murs de la maison FCE.
Certains hommes d'affaires préfèrent faire pression sur Ali Haddad, pour qu'il convoque l'assemblée générale, mais lui, appuyé par un bureau acquis et fidèle, refuse. «Bon nombre d'entre nous ont opté pour une démission collective, pour se démarquer de ces hommes d'affaires liés à un pouvoir aujourd'hui totalement contesté par la rue. Mais, d'autres ont estimé, à juste titre, qu'il faille récupérer le Forum, en poussant ceux qui ont failli vers la sortie», nous dit-on.
Il y a quelques jours, Hassan Khelifati a déclaré publiquement que les membres fondateurs du FCE «veulent une assemblée générale extraordinaire pour demander un changement de l'encadrement et le retour aux anciens statuts».
Pour eux, l'organisation patronale «est prise en otage par une minorité (…). Il faut de nouveaux hommes et une nouvelle vision». Aujourd'hui, Ali Haddad devra statuer sur le devenir de ce syndicat des patrons qui lui a servi ainsi qu'à une poignée d'oligarques, comme lui, à profiter de manière ahurissante de l'argent du contribuable durant 20 longues années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.