Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine
Publié dans El Watan le 23 - 03 - 2019

L e président des Etats-Unis, Donald Trump, s'est déclaré, avant-hier, favorable à la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël, une décision qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.
«Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, qui a une importance stratégique pour l'Etat d'Israël et la stabilité régionale», a tweeté le président américain. Cette annonce intervient à quatre jours de la visite, à la Maison-Blanche, du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, en pleine campagne pour sa réélection à l'approche des législatives du 9 avril.
Cette annonce est un véritable coup de pouce pour Benyamin Netanyahu, qui réclame cette reconnaissance avec insistance. «Merci président Trump !» a-t-il tweeté immédiatement après l'annonce de Trump, dont il a loué le «courage». Israël a conquis une grande partie du Golan, soit 1200 km2, lors de la guerre des Six-Jours en 1967, et l'a annexée en 1981, mais la communauté internationale n'a jamais reconnu son rattachement.
L'annonce de Donald Trump en faveur d'une reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupée a suscité une avalanche de réactions partout dans le monde. La Syrie n'a pas tardé à réagir. Damas a estimé que la déclaration du locataire de la Maison-Blanche était «une violation flagrante du droit international». «La position américaine sur la partie occupée du Golan syrien reflète clairement le mépris des Etats-Unis pour les règles internationales et leur violation flagrante du droit international», a déclaré une source aux Affaires étrangères syriennes, citée par l'agence Sana.
Pour le régime syrien, les déclarations de Donald Trump «confirment une nouvelle fois le parti pris aveugle des Etats-Unis en faveur de l'occupation sioniste». Mais elles «ne changeront rien au fait que le Golan est et restera arabe et syrien». Le régime de Damas a également juré de récupérer les hauteurs du Golan par «tous les moyens possibles».
Bien qu'hostile à Bachar Al Assad, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a estimé de son côté qu'«il ne faut pas permettre de légitimer l'occupation des hauteurs du Golan» et que les propos de Donald Trump ont placé la région au bord d'une nouvelle crise. Une position partagée par la Russie, alliée du régime syrien. Pour le Kremlin, «de tels appels peuvent déstabiliser considérablement la situation (…) au Proche-Orient. Pour l'instant, ce n'est qu'un appel. Espérons que cela le restera».
L'Iran, grand allié régional du régime de Damas, a jugé illégale et inacceptable une reconnaissance par Washington de la souveraineté israélienne sur le Golan. «Nous sommes tous choqués par Donald Trump qui continue d'essayer de donner ce qui ne lui appartient pas à (l'Etat) raciste d'Israël : d'abord Al Qods (nom arabe de Jérusalem, ndlr), maintenant le Golan», a écrit Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien sur son compte Twitter, en marge d'une réunion de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Istanbul. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a affirmé, pour sa part, que les propos de Donald Trump étaient «totalement en dehors du droit international».
La Ligue arabe a suspendu la Syrie en 2011, dès la première année du conflit civil syrien. L'Egypte, proche de l'administration Trump, a réaffirmé dans un communiqué sa position selon laquelle «le Golan syrien est un territoire arabe occupé» et son annexion «nulle et non avenue» au regard du droit international.
Elle a souligné la nécessité de respecter les résolutions de l'ONU s'agissant de «l'inadmissibilité de l'acquisition de terres par la force», sans faire directement allusion aux propos de Trump. Pour sa part, l'Union européenne a affirmé ne pas reconnaître la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan. «La position de l'UE n'a pas varié», a dit à Reuters une porte-parole de l'UE.
«L'Union européenne, conformément au droit international, ne reconnaît pas la souveraineté d'Israël sur les territoires occupés par Israël depuis juin 1967, parmi lesquels les hauteurs du Golan, et ne considère pas qu'ils font partie du territoire israélien», a-t-elle ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.