Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue revendique la dissolution du conseil militaire : Face-à-face entre l'armée soudanaise et les contestataires
Publié dans El Watan le 16 - 04 - 2019

L 'Association des professionnels soudanais (SPA) a appelé hier à la dissolution du Conseil militaire et son remplacement par une instance civile, rapportent les médias citant un des animateurs de ladite association.
«Nous voulons la dissolution du Conseil militaire et son remplacement par un conseil civil qui comprenne des représentants de l'armée», a déclaré un responsable de la SPA, fer de lance de la contestation au Soudan depuis le 19 décembre, Mohamed Naji.
La SPA a aussi réclamé le renvoi du chef du pouvoir judiciaire, Abdelmajid Idris, et du procureur général, Omer Ahmed Mohamed.
Un peu plus tôt dans la journée, elle a exhorté les protestataires à rester mobilisés devant le siège de l'armée à Khartoum. Comme elle a dénoncé une tentative de «disperser le sit-in» qui rassemble des milliers de personnes depuis le 4 avril. «Il y a une tentative de disperser le sit-in dans le secteur du QG de l'armée, ils essaient de retirer les barricades» installées par les manifestants sur les routes menant au sit-in, a déclaré la SPA dans son communiqué.
«Nous appelons notre peuple à venir immédiatement dans le secteur du sit-in pour protéger notre révolution», a ajouté cette association, qui regroupe notamment des médecins, enseignants et ingénieurs.
Les professionnels soudanais ont interprété cette tentative de disperser les manifestants comme une «indication que le Conseil militaire ne respectera pas son engagement auprès du peuple», dans un communiqué séparé, publié sur leurs pages Facebook.
Samedi, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe la SPA et les partis de l'opposition, a présenté une liste de revendications au nouveau Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution, jeudi, d'El Béchir, au pouvoir depuis 1989.
L'ordre kaki pressé de toutes parts
En résumé, il est demandé le transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil, qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, à l'issue de laquelle des élections devront être organisées.
Aussi, les contestataires réclament la dissolution du Parti du congrès national (NCP) d'El Béchir, qui devra être jugé, tout comme les plus hauts dirigeants du NCP. Entre-temps, les propriétés de ce parti doivent être confisquées.
Ils recommandent en outre le rétablissement de la Constitution de 2005, suspendue par le Conseil militaire après la destitution du président. Ainsi que la restructuration du service de renseignement soudanais (NISS), dont les éléments impliqués dans la répression des manifestants doivent être jugés.
En parallèle, les appels de la communauté internationale à une passation rapide du pouvoir aux civils se sont multipliés. Succédant au général Ibn Ouf, resté seulement 24 heures à la tête du Conseil militaire, le général Abdel Fattah Al Buhran a promis samedi «d'éliminer les racines» du régime d'El Béchir.
Le Conseil militaire compte toutefois parmi ses 10 membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées, comme Hamdan Daglo, chef de guerre au Darfour.
Dimanche soir, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Norvège ont appelé les militaires à entamer rapidement un dialogue «crédible» avec l'opposition, les organisateurs de la contestation et des représentants de la société civile. Dans un communiqué conjoint, leurs ambassades ont mis en garde contre l'utilisation de la violence pour disperser les manifestations.
Hier, l'ambassadeur britannique au Soudan, Irfan Siddiq, a écrit dans un tweet après avoir rencontré le chef-adjoint du Conseil militaire, Mohamad Hamdan Daglo, que «notre principale demande, pas de violence, pas de tentative de disperser le sit-in par la force».
Chef des opérations de la force (paramilitaire) de soutien rapide, Hamdan Daglo est accusé de violations des droits humains au Darfour (ouest).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.