La chute de la maison Bouteflika    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19 : l'utilisation du numéro vert 3030 élargie aux 48 wilayas    Décret présidentiel: la valeur des présents dans le cadre protocolaire arrêtée    Arrivée à Alger du premier groupe d'Algériens bloqués en Turquie    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Boumerdès : Les agriculteurs se distinguent    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Au péril de leur vie    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rue revendique la dissolution du conseil militaire : Face-à-face entre l'armée soudanaise et les contestataires
Publié dans El Watan le 16 - 04 - 2019

L 'Association des professionnels soudanais (SPA) a appelé hier à la dissolution du Conseil militaire et son remplacement par une instance civile, rapportent les médias citant un des animateurs de ladite association.
«Nous voulons la dissolution du Conseil militaire et son remplacement par un conseil civil qui comprenne des représentants de l'armée», a déclaré un responsable de la SPA, fer de lance de la contestation au Soudan depuis le 19 décembre, Mohamed Naji.
La SPA a aussi réclamé le renvoi du chef du pouvoir judiciaire, Abdelmajid Idris, et du procureur général, Omer Ahmed Mohamed.
Un peu plus tôt dans la journée, elle a exhorté les protestataires à rester mobilisés devant le siège de l'armée à Khartoum. Comme elle a dénoncé une tentative de «disperser le sit-in» qui rassemble des milliers de personnes depuis le 4 avril. «Il y a une tentative de disperser le sit-in dans le secteur du QG de l'armée, ils essaient de retirer les barricades» installées par les manifestants sur les routes menant au sit-in, a déclaré la SPA dans son communiqué.
«Nous appelons notre peuple à venir immédiatement dans le secteur du sit-in pour protéger notre révolution», a ajouté cette association, qui regroupe notamment des médecins, enseignants et ingénieurs.
Les professionnels soudanais ont interprété cette tentative de disperser les manifestants comme une «indication que le Conseil militaire ne respectera pas son engagement auprès du peuple», dans un communiqué séparé, publié sur leurs pages Facebook.
Samedi, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe la SPA et les partis de l'opposition, a présenté une liste de revendications au nouveau Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution, jeudi, d'El Béchir, au pouvoir depuis 1989.
L'ordre kaki pressé de toutes parts
En résumé, il est demandé le transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil, qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, à l'issue de laquelle des élections devront être organisées.
Aussi, les contestataires réclament la dissolution du Parti du congrès national (NCP) d'El Béchir, qui devra être jugé, tout comme les plus hauts dirigeants du NCP. Entre-temps, les propriétés de ce parti doivent être confisquées.
Ils recommandent en outre le rétablissement de la Constitution de 2005, suspendue par le Conseil militaire après la destitution du président. Ainsi que la restructuration du service de renseignement soudanais (NISS), dont les éléments impliqués dans la répression des manifestants doivent être jugés.
En parallèle, les appels de la communauté internationale à une passation rapide du pouvoir aux civils se sont multipliés. Succédant au général Ibn Ouf, resté seulement 24 heures à la tête du Conseil militaire, le général Abdel Fattah Al Buhran a promis samedi «d'éliminer les racines» du régime d'El Béchir.
Le Conseil militaire compte toutefois parmi ses 10 membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées, comme Hamdan Daglo, chef de guerre au Darfour.
Dimanche soir, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Norvège ont appelé les militaires à entamer rapidement un dialogue «crédible» avec l'opposition, les organisateurs de la contestation et des représentants de la société civile. Dans un communiqué conjoint, leurs ambassades ont mis en garde contre l'utilisation de la violence pour disperser les manifestations.
Hier, l'ambassadeur britannique au Soudan, Irfan Siddiq, a écrit dans un tweet après avoir rencontré le chef-adjoint du Conseil militaire, Mohamad Hamdan Daglo, que «notre principale demande, pas de violence, pas de tentative de disperser le sit-in par la force».
Chef des opérations de la force (paramilitaire) de soutien rapide, Hamdan Daglo est accusé de violations des droits humains au Darfour (ouest).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.