Le tourisme grand perdant    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    L'INVICIBILITE DU TEMPS    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un collectif d'associations dénonce la répression du Makhzen : La contestation monte Maroc
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2019

Dans une tribune publiée hier par le quotidien français l'Humanité, un collectif de 70 associations et syndicats, entre autres, a dénoncé le verdict en appel du procès des militants du hirak du Rif (nord) début avril.
Verdict marqué par la confirmation des peines «révoltante», allant jusqu'à vingt ans de prison ferme. «Alors que les militants jugés ont porté pacifiquement durant des mois des revendications sociales, économiques, culturelles et politiques les plus élémentaires (droit à la dignité, à la santé, à la reconnaissance effective de la langue amazighe, au désenclavement de la région du Rif…), la réponse du makhzen marocain a été, comme à son habitude, la répression aveugle et la militarisation renforcée du Rif», a indiqué le collectif. Ce jugement «démontre pour la énième fois l'absence d'un Etat de droit et d'une justice sociale et démocratique».
Pour ces organisations non gouvernementales (ONG), le combat des militants du Rif constitue «le prolongement des luttes menées à travers tout le pays, et ce, depuis le mouvement du 20 février 2011». Comme il s'inscrit «en résonance avec les luttes pacifiques menées dans l'ensemble de l'espace maghrébin, en particulier celle du peuple algérien, pour un Maghreb des peuples pluriel, de la dignité, de la démocratie et de la solidarité». Ainsi, elles appellent «l'ensemble des démocrates, des femmes et des hommes épris de justice à exprimer leur indignation face à ce déni de justice».
Aussi, elles expriment leur «totale solidarité avec le combat des prisonniers du hirak et leurs familles pour la dignité, la justice sociale et la démocratie». Les signataires du texte assurent de leur «soutien» toutes «les initiatives pacifiques pour la libération immédiate des prisonniers du hirak du Rif, des prisonniers des autres mouvements sociaux et des prisonniers politiques et d'opinion au Maroc».
Quand l'arbitraire lamine le droit
Le 5 avril, la justice marocaine a confirmé à Casablanca les peines de prison allant jusqu'à 20 ans pour les meneurs du hirak (mouvance), nom donné localement au mouvement qui a agité, en 2016-2017, la région marocaine du Rif et porté des revendications sociales et économiques.
Jugé pour «complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat», Nasser Zefzafi, le leader du mouvement devra purger une peine de 20 ans de prison ferme, comme trois autres militants du noyau dur de la contestation. Les autres peines vont de 1à 15 ans de réclusion.
Le journaliste Hamid Al Mahdaoui, qui a souhaité dans son ultime plaidoyer ne pas être puni pour un «crime imaginaire», a vu confirmée sa condamnation à trois ans de prison pour ne pas avoir alerté la police des appels d'un inconnu lui proposant des armes. Nasser Zefzafi s'est imposé comme le visage de la contestation avec ses discours virulents contre l'Etat «corrompu» ou «l'arbitraire» du pouvoir. Il a boycotté son procès en appel, comme 37 autres prévenus en détention, après avoir dénoncé en première instance un procès «politique». L'accusation a requis d'alourdir en appel toutes les peines qui ne correspondent pas au maximum prévu par le code pénal.
Les 42 militants du hirak ont été condamnés en première instance à Casablanca en juin dernier, lors d'un procès impliquant au total 53 accusés.
Onze des condamnés de Casablanca ont été graciés en août par le roi du Maroc Mohammed VI. La protestation populaire du hirak est déclenchée par la mort, en octobre 2016, d'un vendeur de poisson, Mouhcine Fikri, à Al Hoceïma, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise. Avec le temps, le mouvement s'est étendu à des revendications sociales et économiques. La région du Rif, historiquement frondeuse, s'estime marginalisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.