Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    ECOLES PRIMAIRES : La grève des enseignants se poursuit    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un collectif d'associations dénonce la répression du Makhzen : La contestation monte Maroc
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2019

Dans une tribune publiée hier par le quotidien français l'Humanité, un collectif de 70 associations et syndicats, entre autres, a dénoncé le verdict en appel du procès des militants du hirak du Rif (nord) début avril.
Verdict marqué par la confirmation des peines «révoltante», allant jusqu'à vingt ans de prison ferme. «Alors que les militants jugés ont porté pacifiquement durant des mois des revendications sociales, économiques, culturelles et politiques les plus élémentaires (droit à la dignité, à la santé, à la reconnaissance effective de la langue amazighe, au désenclavement de la région du Rif…), la réponse du makhzen marocain a été, comme à son habitude, la répression aveugle et la militarisation renforcée du Rif», a indiqué le collectif. Ce jugement «démontre pour la énième fois l'absence d'un Etat de droit et d'une justice sociale et démocratique».
Pour ces organisations non gouvernementales (ONG), le combat des militants du Rif constitue «le prolongement des luttes menées à travers tout le pays, et ce, depuis le mouvement du 20 février 2011». Comme il s'inscrit «en résonance avec les luttes pacifiques menées dans l'ensemble de l'espace maghrébin, en particulier celle du peuple algérien, pour un Maghreb des peuples pluriel, de la dignité, de la démocratie et de la solidarité». Ainsi, elles appellent «l'ensemble des démocrates, des femmes et des hommes épris de justice à exprimer leur indignation face à ce déni de justice».
Aussi, elles expriment leur «totale solidarité avec le combat des prisonniers du hirak et leurs familles pour la dignité, la justice sociale et la démocratie». Les signataires du texte assurent de leur «soutien» toutes «les initiatives pacifiques pour la libération immédiate des prisonniers du hirak du Rif, des prisonniers des autres mouvements sociaux et des prisonniers politiques et d'opinion au Maroc».
Quand l'arbitraire lamine le droit
Le 5 avril, la justice marocaine a confirmé à Casablanca les peines de prison allant jusqu'à 20 ans pour les meneurs du hirak (mouvance), nom donné localement au mouvement qui a agité, en 2016-2017, la région marocaine du Rif et porté des revendications sociales et économiques.
Jugé pour «complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat», Nasser Zefzafi, le leader du mouvement devra purger une peine de 20 ans de prison ferme, comme trois autres militants du noyau dur de la contestation. Les autres peines vont de 1à 15 ans de réclusion.
Le journaliste Hamid Al Mahdaoui, qui a souhaité dans son ultime plaidoyer ne pas être puni pour un «crime imaginaire», a vu confirmée sa condamnation à trois ans de prison pour ne pas avoir alerté la police des appels d'un inconnu lui proposant des armes. Nasser Zefzafi s'est imposé comme le visage de la contestation avec ses discours virulents contre l'Etat «corrompu» ou «l'arbitraire» du pouvoir. Il a boycotté son procès en appel, comme 37 autres prévenus en détention, après avoir dénoncé en première instance un procès «politique». L'accusation a requis d'alourdir en appel toutes les peines qui ne correspondent pas au maximum prévu par le code pénal.
Les 42 militants du hirak ont été condamnés en première instance à Casablanca en juin dernier, lors d'un procès impliquant au total 53 accusés.
Onze des condamnés de Casablanca ont été graciés en août par le roi du Maroc Mohammed VI. La protestation populaire du hirak est déclenchée par la mort, en octobre 2016, d'un vendeur de poisson, Mouhcine Fikri, à Al Hoceïma, broyé dans une benne à ordures en tentant de s'opposer à la saisie de sa marchandise. Avec le temps, le mouvement s'est étendu à des revendications sociales et économiques. La région du Rif, historiquement frondeuse, s'estime marginalisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.