Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2019

Des milliers de protestataires sont toujours présents devant le quartier général de l'armée à Khartoum. Mobilisation qui se poursuit malgré de nouveaux gestes de l'armée destinés à apaiser la colère de la rue.
Le président déchu Omar El Béchir a été transféré hier dans une prison du nord de Khartoum, selon un de ses proches. Mardi, le chef du Conseil militaire, le général Abdelfattah Al Burhan, a émis un décret limogeant le procureur général Omer Ahmed Mohamed.
Rassemblés devant le quartier général de l'armée depuis le 6 avril, dans le prolongement du mouvement contestataire du 19 décembre, les manifestants ont réclamé le départ du Président.
Ce dernier a été destitué le 11 avril par l'armée. Néanmoins, les revendications de la rue ont évolué. Les contestataires exigent la dissolution du Conseil militaire de transition, qui a succédé au président déchu Omar El Béchir, et l'instauration d'un pouvoir civil.
Samedi, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation, et les partis de l'opposition, a présenté une liste de revendications au nouveau Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution d'El Béchir.
Pour un gouvernement civil
Parmi ces revendications figure l'exigence de transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil, qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, à l'issue de laquelle des élections devront être organisées.
Lundi, la SPA a demandé que le Conseil militaire de transition soit dissous et remplacé par un conseil civil comprenant aussi des représentants de l'armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.
Les militaires ont déjà pris quelques mesures pour atténuer la colère populaire. Samedi, Abdelfattah Al Burhan a annoncé la levée du couvre-feu, la libération des manifestants arrêtés et la démission du chef du service de renseignement soudanais (NISS), qui a dirigé la répression de la contestation.
Comme il s'est engagé à faire juger les personnes ayant tué des manifestants, promettant d'«éliminer les racines» du régime d'El Béchir.
Cependant, le Conseil militaire compte parmi ses 10 membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées, comme Hamdan Daglo, chef de guerre au Darfour (ouest). Chef des opérations de la force (paramilitaire) de soutien rapide, il est accusé de violations des droits humains dans cette région.
Concernant le sort d'Omar El Béchir, visé par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour ses exactions au Darfour, le Conseil militaire a d'abord affirmé qu'il refuserait de l'extrader.
Lundi, par la voix du général Jalaluddine Cheikh, il a néanmoins indiqué que la décision serait «prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire».
Le 4 mars 2009 puis le 12 juillet 2010, la CPI émet un mandat d'arrêt international contre Omar El Béchir. Elle l'accuse de «crime de guerre», «crime contre l'humanité» et «génocide» dans le cadre de la guerre civile au Darfour. Il est le premier chef d'Etat en exercice à faire face à un mandat d'arrêt international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.