Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2019

Des milliers de protestataires sont toujours présents devant le quartier général de l'armée à Khartoum. Mobilisation qui se poursuit malgré de nouveaux gestes de l'armée destinés à apaiser la colère de la rue.
Le président déchu Omar El Béchir a été transféré hier dans une prison du nord de Khartoum, selon un de ses proches. Mardi, le chef du Conseil militaire, le général Abdelfattah Al Burhan, a émis un décret limogeant le procureur général Omer Ahmed Mohamed.
Rassemblés devant le quartier général de l'armée depuis le 6 avril, dans le prolongement du mouvement contestataire du 19 décembre, les manifestants ont réclamé le départ du Président.
Ce dernier a été destitué le 11 avril par l'armée. Néanmoins, les revendications de la rue ont évolué. Les contestataires exigent la dissolution du Conseil militaire de transition, qui a succédé au président déchu Omar El Béchir, et l'instauration d'un pouvoir civil.
Samedi, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation, et les partis de l'opposition, a présenté une liste de revendications au nouveau Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution d'El Béchir.
Pour un gouvernement civil
Parmi ces revendications figure l'exigence de transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil, qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, à l'issue de laquelle des élections devront être organisées.
Lundi, la SPA a demandé que le Conseil militaire de transition soit dissous et remplacé par un conseil civil comprenant aussi des représentants de l'armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.
Les militaires ont déjà pris quelques mesures pour atténuer la colère populaire. Samedi, Abdelfattah Al Burhan a annoncé la levée du couvre-feu, la libération des manifestants arrêtés et la démission du chef du service de renseignement soudanais (NISS), qui a dirigé la répression de la contestation.
Comme il s'est engagé à faire juger les personnes ayant tué des manifestants, promettant d'«éliminer les racines» du régime d'El Béchir.
Cependant, le Conseil militaire compte parmi ses 10 membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées, comme Hamdan Daglo, chef de guerre au Darfour (ouest). Chef des opérations de la force (paramilitaire) de soutien rapide, il est accusé de violations des droits humains dans cette région.
Concernant le sort d'Omar El Béchir, visé par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour ses exactions au Darfour, le Conseil militaire a d'abord affirmé qu'il refuserait de l'extrader.
Lundi, par la voix du général Jalaluddine Cheikh, il a néanmoins indiqué que la décision serait «prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire».
Le 4 mars 2009 puis le 12 juillet 2010, la CPI émet un mandat d'arrêt international contre Omar El Béchir. Elle l'accuse de «crime de guerre», «crime contre l'humanité» et «génocide» dans le cadre de la guerre civile au Darfour. Il est le premier chef d'Etat en exercice à faire face à un mandat d'arrêt international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.