DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2019

Des milliers de protestataires sont toujours présents devant le quartier général de l'armée à Khartoum. Mobilisation qui se poursuit malgré de nouveaux gestes de l'armée destinés à apaiser la colère de la rue.
Le président déchu Omar El Béchir a été transféré hier dans une prison du nord de Khartoum, selon un de ses proches. Mardi, le chef du Conseil militaire, le général Abdelfattah Al Burhan, a émis un décret limogeant le procureur général Omer Ahmed Mohamed.
Rassemblés devant le quartier général de l'armée depuis le 6 avril, dans le prolongement du mouvement contestataire du 19 décembre, les manifestants ont réclamé le départ du Président.
Ce dernier a été destitué le 11 avril par l'armée. Néanmoins, les revendications de la rue ont évolué. Les contestataires exigent la dissolution du Conseil militaire de transition, qui a succédé au président déchu Omar El Béchir, et l'instauration d'un pouvoir civil.
Samedi, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui regroupe l'Association des professionnels soudanais (SPA), fer de lance de la contestation, et les partis de l'opposition, a présenté une liste de revendications au nouveau Conseil militaire de transition, à la tête du pays depuis la destitution d'El Béchir.
Pour un gouvernement civil
Parmi ces revendications figure l'exigence de transfert immédiat du pouvoir par le Conseil militaire à un gouvernement de transition civil, qui devra diriger le pays pendant une période de quatre ans, à l'issue de laquelle des élections devront être organisées.
Lundi, la SPA a demandé que le Conseil militaire de transition soit dissous et remplacé par un conseil civil comprenant aussi des représentants de l'armée. Elle en a fait une condition à une éventuelle participation à un futur gouvernement de transition.
Les militaires ont déjà pris quelques mesures pour atténuer la colère populaire. Samedi, Abdelfattah Al Burhan a annoncé la levée du couvre-feu, la libération des manifestants arrêtés et la démission du chef du service de renseignement soudanais (NISS), qui a dirigé la répression de la contestation.
Comme il s'est engagé à faire juger les personnes ayant tué des manifestants, promettant d'«éliminer les racines» du régime d'El Béchir.
Cependant, le Conseil militaire compte parmi ses 10 membres des piliers de ce régime et des personnalités controversées, comme Hamdan Daglo, chef de guerre au Darfour (ouest). Chef des opérations de la force (paramilitaire) de soutien rapide, il est accusé de violations des droits humains dans cette région.
Concernant le sort d'Omar El Béchir, visé par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour ses exactions au Darfour, le Conseil militaire a d'abord affirmé qu'il refuserait de l'extrader.
Lundi, par la voix du général Jalaluddine Cheikh, il a néanmoins indiqué que la décision serait «prise par un gouvernement populaire élu et non par le Conseil militaire».
Le 4 mars 2009 puis le 12 juillet 2010, la CPI émet un mandat d'arrêt international contre Omar El Béchir. Elle l'accuse de «crime de guerre», «crime contre l'humanité» et «génocide» dans le cadre de la guerre civile au Darfour. Il est le premier chef d'Etat en exercice à faire face à un mandat d'arrêt international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.