Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La «bataille» de la Grande-Poste
Publié dans El Watan le 18 - 05 - 2019

Le système est tenté par la répression. Si les vendredis derniers, les services de sécurité ont évité tout accrochage avec les manifestants, hier, ils s'étaient redéployés en force au centre- ville d'Alger pour empêcher tout rassemblement à la Grande-Poste.
Des fourgons des forces anti-émeute sont disposés de telle sorte à empêcher l'accès au parvis de la Grande-Poste, une des places fortes de la contestation populaire. Des CRS, équipés de fusils lance-grenades s'étaient également déployés autour de l'édifice.
Les policiers ont d'abord commencé par interpeller des manifestants, parmi lesquels il y aurait l'avocat Me Salah Dabouz. Malgré cette réaction musclée, des manifestants, déterminés, continuaient à affluer sur la place. Les jeunes, qui faisaient face aux policiers, scandaient les slogans hostiles aux figures du régime.
Le chef-d'état major, Ahmed Gaïd Salah, en aura eu pour son grade. «Gaïd Salah dégage !» répétaient à gorge déployée les manifestants, le drapeau national flottant au-dessus des têtes.
Les policiers avaient utilisé les sprays (gaz en aérosol) pour repousser des jeunes qui voulaient forcer le dispositif sécuritaire. Une grenade détonante est même jetée dans la foule. Des blessés sont enregistrés, parmi lesquels Drifa Ben M'hidi, la sœur du héros de la Bataille d'Alger, indisposée par les gaz lacrymogènes.
La wilaya d'Alger s'était empressée de justifier l'interdiction de l'accès à la Grande-Poste. Une expertise du CTC à l'appui, les services expliquent que des fissures auraient été constatées sur les escaliers du bâtiment néo-mauresque, en raison du surpoids qu'ils supportent. Argument maladroit.
Jeudi, la police a agi autrement avec les radiés de l'armée. Les policiers, placés là, plus tôt que d'habitude, s'étaient tranquillement mis à l'écart pour laisser les militaires se déployer sur les escaliers et scander leur slogan pro-Gaïd. Hier, le long face-à-face manifestants-policiers s'est poursuivi une partie de la matinée et le début d'après-midi.
Pour repousser les manifestants toujours aussi très déterminés, un policier monte sur le fourgon de la police et asperge à volonté la foule. Les jeunes, dont certains s'étaient agrippés au véhicule, répondent par le jet de projectiles.
Prenant leur courage à deux mains, deux jeunes montent sur le fourgon et pousse le policier. Des cris de joie parcourent alors la foule : «Policiers, dégagez», «Blad bladna, ouandirou rayna» (Ce pays est le nôtre, et nous ferons ce que nous voulons)… 14h50. Ne pouvant pas tenir face aux flux des marcheurs qui arrivent plus nombreux, les policiers ont fini par céder. Une marée humaine s'est alors dirigée vers le parvis, les policiers se retirant à mesure que s'engagent les marcheurs en direction de l'édifice. Des banderoles sont déployées aussitôt : «Primauté du civil sur le militaire», «Un régime qui ferme les routes vers Alger ne peut pas ouvrir la voie de la démocratie»…
Les services de sécurité ont effectivement renforcé leur présence contrairement au dernier vendredi. De nombreux barrages filtrants sont installés aux entrées de la capitale. A Reghaïa, des gendarmes ont gardé une seul voie, une procession de véhicules s'était formée sur plusieurs kilomètres.
Le barrage installé sous le pont de Bab Ezzouar, sur l'autoroute de l'Est, a été également renforcé. Les véhicules immatriculés hors Alger étaient sommés de prendre la bretelle de Bab Ezzouar.
En dehors d'Alger, les gendarmes s'étaient redéployés en force sur les grands axes routiers. A Bordj Bou Arréridj, le même dispositif est installé pour empêcher l'afflux des manifestants dans cette ville devenue, selon les mots en usage «3ssimat el hirak», la «capitale du mouvement», un tifo géant y est déployé chaque vendredi sur une place remplie comme un œuf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.