Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : L'Occident, l'autre terrain de conflit entre Haftar et Al Sarraj
Publié dans El Watan le 18 - 05 - 2019

La bataille de Tripoli entre dans sa 7e semaine, sans qu'il y ait un espoir de solution rapide. Même les visites de Khalifa Haftar
et Al Sarraj dans les capitales européennes ne semblent pas faire bouger les lignes.
Lors des récentes visites de Khalifa Haftar et Fayez Al Sarraj dans les capitales européennes, les dirigeants de Rome et Paris ont surtout examiné avec eux les questions de stabilité permanente de la Libye, pour garantir l'approvisionnement en pétrole, la lutte antiterroriste et la sécurité du peuple libyen.
Donald Trump avait, lui-aussi, soulevé au téléphone les mêmes problématiques avec Khalifa Haftar, 15 jours plus tôt. La question des milices armées indisciplinées prend le dessus sur la responsabilité dans la bataille de Tripoli, lancée le 4 avril par Khalifa Haftar.
Il ressort de la visite de Fayez Al Sarraj aux capitales européennes, Rome, Paris, Berlin et Londres, que si tout le monde est favorable à une solution négociée entre les belligérants libyens, les conditions de réconciliation ne sont plus les mêmes après le 4 avril. L'évolution de la position internationale n'est pas uniquement dictée par la présence des forces de Haftar aux portes de Tripoli, elle est également liée à la présence de milices controversées dans le camp d'Al Sarraj, ce qui a, par ailleurs, poussé les dirigeants européens à attirer implicitement l'attention du chef du gouvernement libyen sur ce problème.
Oui, mais…
Cette réticence a été également constatée dans la position du président tunisien, Béji Caïd Essebsi. Tout en continuant à reconnaître la légitimité du gouvernement Al Sarraj, le président tunisien a dit, dans une récente déclaration, qu'il se situe à égale distance entre les deux belligérants. Les critiques à l'encontre de l'attaque de Haftar du 4 avril ont cédé la place à une recherche de solution globale, incluant l'intégration des milices indisciplinées, notamment du côté des capitales internationales.
Pour ce qui est des pays arabes de voisinage, le souci de cessez-le-feu est plus présent. Ainsi, en préparation de la rencontre ministérielle tuniso-algéro-égyptienne, devant se tenir la semaine prochaine à Tunis, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a réitéré la position de son pays en faveur d'un cessez-le-feu immédiat, appelant à «faire prévaloir l'intérêt supérieur de la Libye et à hâter la reprise du dialogue sous les auspices des Nations unies pour trouver une solution pacifique à la crise». Point de référence à la bataille de Tripoli. Pourtant, Al Sarraj est catégorique pour rejeter le dialogue avec Sarraj.
Problème des milices armées
La question des milices de Tripoli n'est pas récente en Libye. En effet, le 5 janvier dernier, le député misrati, ministre de l'Intérieur d'Al Sarraj, Fathi Bachagha, a reconnu, dans une interview à BBC, que «des milices armées, hors contrôle, font du chantage avec les structures de l'Etat, tout en dominant le budget du ministère de l'Intérieur et la décision politique du Conseil présidentiel». Bachagha a alors précisé que ces milices n'appartiennent que formellement au ministère de l'Intérieur de Tripoli.
Il a repris les mêmes accusations sur la chaîne américaine Al Horra, lors de sa visite en février dernier aux Etats-Unis. «Nous nous sommes retrouvés dans une impasse avec ces milices ; les arrangements sécuritaires établis avec ces groupes armés ont échoué», avait-il expressément dit. Cet échec est, par ailleurs, régulièrement constaté par l'envoyé spécial de l'ONU, Ghassen Salamé.
Allant dans la même lecture de la situation, le politologue libyen et professeur en droit international, Mohamed Zebid, explique à El Watan qu'un tel constat de désordre domine la plupart des régions libyennes depuis 2011. Le pays s'étant enfoncé dans une spirale destructrice ayant des ondes de choc en Afrique du Nord et dans les pays du Sahel. Le professeur Zebid affirme que des seigneurs de la guerre se partagent le contrôle des puits de pétrole et des portions entières de territoire en se livrant au trafic de drogue, d'armes et de migrants.
Après la réussite de Haftar à contrôler l'Est et le Sud libyens, cela fait nécessairement penser aux puissances internationales à «un homme fort pour diriger la Libye depuis Tripoli, plus utile pour son peuple que le long chaos qui a suivi la guerre menée dans ce pays, depuis 2011, et, surtout, cet homme pourra garantir que le pétrole continuera à couler», affirme le politologue. En lui donnant un peu de temps, Haftar pourrait bien y arriver, comme ce fut le cas à Benghazi, conclut le politologue. Le peuple libyen, quant à lui, continuera à souffrir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.