SELON LA DIRECTION DE COMMERCE : Le programme de permanence de l'Aïd suivi à 100% à Mostaganem    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    Journée de l'Afrique-Sahara occidental: le Zimbabwe appelle à la fin de l'occupation sur le continent africain    MOSTAGANEM : Des associations distribuent 100.000 bavettes à des citoyens    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    Encore un scandale !    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Belgaid: Trois individus arrêtés et près de 2 kg de kif saisis    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    Le décret exécutif publié au JO    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Vers un appui technique du département du Trésor américain    Les pharmaciens se désengagent    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalifa Haftar bloqué aux portes de Tripoli : L'impasse libyenne
Publié dans El Watan le 13 - 05 - 2019

La récente tournée internationale de Fayez Al Sarraj a montré que les capitales européennes ne veulent plus garder le statu quo dans ce dossier libyen qui n'évolue pas depuis des années. Mais, il n'y a pas de solution claire en vue.
La tournée de Fayez Al Sarraj à Rome, Paris, Berlin et Londres n'a pas eu l'impact souhaité par les dirigeants de Tripoli. Il y a eu juste un petit appel à «un cessez-le-feu sans conditions» du président Macron. La bataille de Tripoli tourne à une guerre au long cours et rappelle celle de Benghazi qui a duré trois ans. Les appels internationaux à un cessez-le-feu voire même une trêve humanitaire n'ont eu aucun écho.
A voir les réactions à Rome, Paris, Berlin et Londres, la communauté internationale ne semble pas soucieuse de la situation à Tripoli. Les 430 morts, les 2000 blessés et les 55 000 déplacés recensés par l'Organisation mondiale de santé ne semblent pas inquiéter l'Europe, tout comme les violations à répétition des droits de l'homme. Aucune capitale européenne n'a demandé le retrait de Khalifa Haftar et de ses forces (position ante-4 avril), comme l'exige le camp d'Al Sarraj, ni demandé à la population de l'Est libyen de se faire représenter par quelqu'un d'autre que Khalifa Haftar et Salah Aguila, le président du Parlement.
Retour aux négociations
Loin de ces exigences, toutes les capitales appellent à un cessez-le-feu et un retour aux négociations. Un cessez-le-feu sans conditions, comme l'a souligné le président français Macron, sous-entendant qu'il n'y aura pas d'exigences que les troupes de Haftar reviennent à leurs positions d'avant le 4 avril. Le président français reçoit, par ailleurs, Haftar mercredi à Paris pour discuter des perspectives de solutions du dossier libyen, selon l'agence de presse italienne Nova.
Joint à Tunis par El Watan, le politologue libyen et professeur en droit international Mohamed Zebid explique ces rebondissements internationaux à propos du dossier libyen par le «constat affligeant de faiblesse de l'Etat à Tripoli».
«Tout le monde sait qui se cache derrière ces tenues officielles des brigades sécuritaires de Tripoli», s'insurge le politologue en insinuant les différentes milices qui s'étaient partagées le contrôle de la sécurité dans la capitale libyenne depuis 2016 et avec l'aval du gouvernement d'union nationale. «Al Sarraj n'a même pas réussi à former la Garde présidentielle dont a fait part l'accord de Sekhirat de décembre 2015. Or, le pouvoir politique est faible s'il ne dispose pas de forces sur le terrain», poursuit le politologue, tout en expliquant que «la communauté internationale est impatiente de voir les signes de l'Etat en Libye ; la guerre actuelle pourrait les imposer, en mettant fin à l'autorité des milices».
Enjeux économiques
Par ailleurs, il y a le risque que la guerre s'étende sur le terrain économique, puisque l'homme fort de l'Est libyen a déjà accusé le gouvernement d'Al Sarraj de mauvaise gestion des ressources du pétrole. Haftar a demandé, à plusieurs reprises, la reddition des comptes de la part de l'Entreprise nationale du pétrole en Libye (ENPL) et la Banque centrale libyenne, par lesquelles passent les revenus du pétrole. Haftar contrôle 70% des gisements et des ports mais n'en contrôle pas les revenus, principales ressources du Budget. Il a néanmoins régulièrement menacé d'activer la section de Benghazi de l'ENPL. Haftar n'est toutefois jamais passé à l'acte sur conseil de ses alliés internationaux, puisque la Banque centrale, basée à Tripoli, paie les salaires de tous les Libyens.
Guerre durable
Le patron de l'ENPL, Mustapha Sanaallah, n'écarte cependant pas l'idée qu'une scission puisse se produire. Il a d'ailleurs parlé, dans une tribune publiée le 8 mai par l'agence Bloomberg, de «velléités de vente illégale du pétrole libyen par des entités parallèles». Si cela se produit, alerte Sanaallah, cela plongera le pays dans une guerre civile durable, les acteurs de la guerre pouvant s'approvisionner et s'armer avec l'argent du pétrole. Pour le moment, seul Al Sarraj s'est permis d'accorder deux milliards de dinars libyens (1,4 milliards de dollars) pour l'effort de guerre à Tripoli.
Belligérants locaux, puissances locales et internationales poursuivent ces enjeux économiques et financiers en activant leurs relais en Libye, qui abrite l'une des plus importantes réserves internationales de pétrole et de gaz dans le monde. Ce n'est donc pas par hasard qu'Italiens, Français, Britanniques, Russes, Américains, Egyptiens, Emiratis, Qataris, Turcs et Saoudiens s'activent en Libye, comme l'a dit l'envoyé spécial de l'ONU, Ghassen Salamé, en parlant de dix pays impliqués. Il y a également l'Algérie, la Tunisie, le Soudan, le Niger et le Tchad qui sont directement intéressés puisqu'ils sont des voisins de ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.