Boxe : fin de la saison sportive 2019-2020    Plusieurs mesures en faveur des jeunes et des femmes rurales    Chanegriha met l'accent sur l'impératif d'adopter des critères objectifs lors de la désignation dans les postes et les fonctions    Le Directeur général de la sûreté nationale inaugure plusieurs structures de police à Oran    Gestion de la crise sanitaire : Carte blanche pour le wali de Sétif    494 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    LE PREMIER MINISTRE A SIDI BEL ABBES : ‘'Encourager l'implication des jeunes dans le travail''    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : Un déficit de 68000 milliards de centimes à la CNR    Une base militaire à nos frontières est une escalade    Ali Ghediri entame une grève de la faim    Le FFS pourrait quitter le PAD    Ahmed Ouyahia transféré au CHU Mustapha Pacha    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    RESERVES ENERGETIQUES : Le président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : Deux morts et 128 blessés en 24 heures    ORAN : Quatre communes d'Ain Türck sans eau depuis 15 jours    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Fête de l'indépendance: le Président Tebboune reçoit les vœux des présidents de plusieurs pays    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Crackers fromage-noix    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire des deux passeports détenus par Ali Haddad : Le procès renvoyé au 3 juin pour absence des témoins
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

Il était 10h55 lorsque Ali Haddad, patron du groupe qui porte son nom, a fait, hier, irruption dans la salle d'audience du tribunal de Bir Mourad Raïs, près la cour d'Alger, entouré par de nombreux policiers.
Le regard quelque peu perdu mais le sourire aux lèvres, saluant de loin certains de ses cadres assis sur les bancs, Ali Haddad s'est mis à la barre aux côtés d'un autre inculpé, Boualem Hassani, officier de police détaché au service de biométrie de la daïra de Bir Mourad Raïs.
Le président de la cour commence par faire l'appel des parties. Les trois témoins, tous des cadres de la daïra, sont absents. «Comment peut-on examiner le dossier sans les témoins ?» demande le président aux avocats. L'un d'eux lui répond : «Ils n'ont certainement pas été informés.»
Le juge : «Des convocations leur ont été adressées…» Une réponse qui fait réagir le prévenu Boualem Hassani : «Moi-même je n'ai rien reçu. C'est mon avocat qui m'a informé.» Le président décide alors de renvoyer le procès au 3 juin prochain. Ce qui n'a pas été du goût des avocats de Ali Haddad, dont Me Khaled Bourayou, qui s'exclame : «On aurait pu avancer dans ce dossier sans les témoins.»
Cette affaire, faut-il le rappeler, concerne les deux passeports que Ali Haddad avait sur lui, le 31 mars dernier, au moment où il effectuait les formalités de contrôle douanier au poste d'Oum Tboul, à El Tarf, à la frontière algéro-tunisienne. Inculpé en vertu de l'article 222 du code pénal qui stipule : «Quiconque contrefait, falsifie ou altère les permis, les certificats, livrets, cartes (…), passeport, ordre de mission (…) ou autres documents délivrés par les administrations publiques en vue de constater un droit, une identité ou une qualité, ou d'accorder une autorisation est puni de six mois à trois ans de prison.»
L'article précise que le «coupable peut être frappé de l'interdiction de l'un ou de plusieurs droits mentionnés en l'article 14» et que «la tentative est punie comme le délit consommé. Les mêmes peines sont appliquées à celui qui, sciemment, fait usage desdits documents contrefaits, falsifiés ou altérés et celui qui fait usage d'un des documents visés sachant que les mentions qui y figurent sont devenues incomplètes ou inexacte». Lors de l'enquête judiciaire, il s'est avéré que l'obtention d'un deuxième passeport par Ali Haddad a été possible grâce à des instructions.
D'abord de l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, qui a saisi l'ex-ministre de l'Intérieur, alors Noureddine Bedoui, lequel a fait appel au secrétaire général de la daïra de Bir Mourad Raïs, qui a reconnu, lors de son audition comme témoin, avoir reçu des directives et instruit par téléphone l'officier Boualem Hassani, détaché au service biométrie, de l'établissement du document de voyage à Ali Haddad.
Durant l'enquête judiciaire, Hassani a été entendu à plusieurs reprises en tant que témoin, au même titre que ses collègues des services de la daïra. Cependant, il est le seul à voir son statut basculer vers celui d'inculpé, laissé en liberté.
D'apparence banale, cette affaire risque cependant de mettre en lumière le poids des relations qu'entretenait le patron du groupe ETRHB, Ali Haddad, avec les cercles décisionnels au plus haut niveau de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.