Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

Amine Mohamed Djemal, le chanteur, compositeur et leader de la formation Babylone, alias «Amine Babylone», ajoute une nouvelle casquette à sa carrière. Celle d'acteur dans le feuilleton télévisé à succès Ouled Halal, diffusé sur Echourok+ durant ce mois du Ramadhan.

Quelque chose sur le feu, un nouvel album…
Tout d'abord saha ftourkom, saha ramdankoum ! S'il y a du nouveau pour le groupe Babylone ? Oui, inch'allah, après le Ramadhan.
Un album ?
Non, des singles.
Votre public s'impatiente…
Oui, c'est vrai, je me suis absenté ces jours-ci. J'étais occupé avec le tournage du feuilleton télévisé Ouled Halal. Cela prend beaucoup de temps. D'ailleurs, nous n'avons pas encore terminé le tournage. Inch'allah, après le mois de Ramadhan, ce sera la reprise et le retour vers la musique.
De nouvelles explorations…
On va faire de la bonne musique et c'est tout. En tout cas, la guitare sera omniprésente, je veux dire acoustique.
Le chanteur Amine passe de la scène au-devant de la caméra. Une aventure concluante. Vous avez crevé l'écran avec Abdelkader Djriou et Youcef Sehaïri dans le feuilleton TV qui a fait exploser l'audimat, Ouled Helal. Une nouvelle expérience…Un rôle pas du tout exubérant, mais plutôt la froideur du vengeur…(rire)
En fait, c'est vrai, je n'incarne pas le même rôle que Merzak (Abdelkader Djriou) ou Zin (Youcef Sehaïri). Je suis plutôt calme, pondéré, dans le feuilleton Ouled Halal. C'est le type gentil, intelligent faisant des études en informatique.
Il a été élevé par sa mère. Un fils unique. Il est un peu naïf. Il est aussi à la recherche d'un emploi parce qu'il a été victime d'une injustice (hogra).
D'ailleurs, avant que ne débute le tournage et que je ne commence à interpréter mon rôle, Kader (Abdelkader) Djriou est venu me voir pour me faire observer que mon rôle était énormément chargé d'émotion.
Et que j'ai été victime d'une hogra (injustice) familiale. Et le précieux conseil de Kader (Abdelkader) Djriou était : «Amine, il faudrait que tu dégages beaucoup d'émotion.» Et puis, j'ai fait comme j'ai pu. J'espère avoir été à la hauteur dans le feuilleton Ouled Halal. Je ne sais pas. Il y a des gens à qui j'ai plu et d'autres non.
Non, au contraire, vous êtes crédible… Et puis, il y aura de l'action dans Ouled Halal…
Ah oui, il y aura beaucoup d'action dans Ouled Halal.
Cette expérience d'Ouled Halal vous encourage-t-elle pour d'autres nouvelles aventures à la télévision, voire au cinéma…
Oui, c'est vrai ! j'aimerais bien faire du cinéma. J'adorerais jouer dans d'autres feuilletons télévisés.
Cela ne dépend pas que de moi. Ce monde (de la télévision et du cinéma) est marqué par énormément de rivalités. Peut-être que je n'ai pas été convaincant, alors, peut-être, qu' ils ne me solliciteront pas.
Je dirais que cela ne sera pas la dernière occasion, la dernière chance de jouer (dans une production télévisée, film…). Et si j'ai encore une autre occasion, je ferais tout pour donner le meilleur de moi même.
Quel est secret du succès de la série Ouled Halal ? Des millions de téléspectateurs et youtubers…
C'est vrai hein ! C'est une histoire qui est belle, déjà. Un bon scénario. Une réalisation impeccable. Nassereddine Shili est un «tueur». C'est un très bon réalisateur. Moi, je ne savais pas.
C'est ma première expérience dans un feuilleton TV. Mais selon les acteurs, Nassereddine Shili est un grand réalisateur. L'équipe technique était à la hauteur.
Au début, on avait une contingence de temps. Et Nassereddine Shili, quand il nous a tous réunis au début du tournage du feuilleton Ouled Halal, avait souligné que l'histoire de la série était belle, sa réalisation agréable, mais pour la réussir elle nécessitait du temps. Ainsi, nous a-t-il exhortés à exprimer tout ce qui est à l'intérieur de nous-mêmes.
Le bon, le meilleur de nous-mêmes. Et cela pour gagner du temps. Et travailler ensemble dans un esprit familial, fraternel. C'est-à-dire s'entraider pour agir contre le facteur temps.
Et ce que j'ai vu lors du tournage du feuilleton Ouled Halal, les acteurs étaient naturels. Et Ouled Halal reflète leur réalité. Ils sont tous issus d'un milieu modeste, prolétaire et populaire. Ils n'étaient pas dépaysés. Ils savaient comment vivent les gens dans les quartiers populaires. C'est pour cela que ça a réussi.
Le gigantesque succès de Zina vous poursuit jusqu'à maintenant…
Zina, cela fait longtemps. Oui, c'est vrai, le titre Zina est toujours vivant. Je pense que Zina est inoubliable. Jusqu'à présent, quand on m'appelle pour un concert, c'est toujours pour Zina. Pour ne pas mentir.
Mais Babylone possède d'autres très belles chansons…
Oui, j'ai d'autres chansons belles, oui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.