Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Transition énergétique : Quand l'Agence internationale de l'énergie fait le plaidoyer du nucléaire
Publié dans El Watan le 29 - 05 - 2019

Le nucléaire est la deuxième source d'énergie à faible émission de carbone dans le monde, mais son utilisation connaît une forte baisse, rendant la transition énergétique mondiale plus difficile et plus coûteuse, a prévenu hier l'Agence internationale de l'énergie (AIE), dans un nouveau rapport publié sur son site web.
«L'énergie nucléaire étant confrontée à un avenir incertain dans de nombreux pays, le monde risque une forte diminution de son utilisation dans les économies avancées, ce qui pourrait générer des milliards de tonnes d'émissions de carbone supplémentaires», selon le rapport, repris par l'APS.
Les auteurs du rapport ont expliqué que le nucléaire est la deuxième source d'énergie à faible émission de carbone dans le monde à ce jour, représentant 10% de la production mondiale d'électricité. «Pour les économies avancées, y compris les Etats-Unis, le Canada, l'Union européenne et le Japon, le nucléaire est la plus grande source d'électricité à faible émission de carbone depuis plus de 30 ans et le reste aujourd'hui», ont-ils fait savoir.
Quant à l'origine de cette baisse de l'énergie nucléaire, ils ont évoqué les centrales vieillissantes qui commencent à fermer dans les économies avancées, en partie à cause des politiques d'élimination progressive de ces centrales, mais aussi en raison de facteurs économiques et réglementaires. «Sans changement de politique, les économies avancées pourraient perdre 25% de leur capacité nucléaire d'ici 2025 et même les deux tiers d'ici 2040», selon ce nouveau rapport intitulé «L'énergie nucléaire dans un système d'énergie propre». «Par ailleurs, l'absence d'extension supplémentaire de la durée de vie des centrales nucléaires existantes et des nouveaux projets pourrait générer 4 milliards de tonnes supplémentaires d'émissions de CO2» ont-ils alerté. Certains pays ont choisi de ne pas recourir à l'énergie nucléaire en raison de préoccupations liées à la sécurité et à d'autres problèmes.
Cependant, beaucoup d'autres considèrent que le nucléaire joue un rôle dans leurs transitions énergétiques, mais ne font pas assez pour atteindre leurs objectifs, selon le rapport. Le nouveau document de l'AIE indique que la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires existantes nécessite des investissements importants. Mais son coût est concurrentiel par rapport aux autres technologies de production d'électricité, y compris les nouveaux projets solaires et éoliens, et peut conduire à une transition énergétique plus sûre et moins perturbante. Les conditions de marché restent toutefois défavorables à l'allongement de la durée de vie des centrales nucléaires. Une longue période de prix de gros de l'électricité bas dans la plupart des économies avancées a fortement réduit ou éliminé les marges bénéficiaires de nombreuses technologies, exposant les centrales nucléaires à un risque de fermeture prématurée. L'investissement dans de nouveaux projets nucléaires dans les économies avancées est encore plus difficile. Les nouveaux projets prévus en Finlande, en France et aux Etats-Unis ne sont pas encore en service et ont fait face à des dépassements de coûts importants.
La Corée a été une exception importante, avec des antécédents d'achèvement de la construction de nouveaux projets dans les délais et dans les limites du budget, bien que la politique du gouvernement vise à mettre fin à la nouvelle construction nucléaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.