Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une Transition énergétique : Quand l'Agence internationale de l'énergie fait le plaidoyer du nucléaire
Publié dans El Watan le 29 - 05 - 2019

Le nucléaire est la deuxième source d'énergie à faible émission de carbone dans le monde, mais son utilisation connaît une forte baisse, rendant la transition énergétique mondiale plus difficile et plus coûteuse, a prévenu hier l'Agence internationale de l'énergie (AIE), dans un nouveau rapport publié sur son site web.
«L'énergie nucléaire étant confrontée à un avenir incertain dans de nombreux pays, le monde risque une forte diminution de son utilisation dans les économies avancées, ce qui pourrait générer des milliards de tonnes d'émissions de carbone supplémentaires», selon le rapport, repris par l'APS.
Les auteurs du rapport ont expliqué que le nucléaire est la deuxième source d'énergie à faible émission de carbone dans le monde à ce jour, représentant 10% de la production mondiale d'électricité. «Pour les économies avancées, y compris les Etats-Unis, le Canada, l'Union européenne et le Japon, le nucléaire est la plus grande source d'électricité à faible émission de carbone depuis plus de 30 ans et le reste aujourd'hui», ont-ils fait savoir.
Quant à l'origine de cette baisse de l'énergie nucléaire, ils ont évoqué les centrales vieillissantes qui commencent à fermer dans les économies avancées, en partie à cause des politiques d'élimination progressive de ces centrales, mais aussi en raison de facteurs économiques et réglementaires. «Sans changement de politique, les économies avancées pourraient perdre 25% de leur capacité nucléaire d'ici 2025 et même les deux tiers d'ici 2040», selon ce nouveau rapport intitulé «L'énergie nucléaire dans un système d'énergie propre». «Par ailleurs, l'absence d'extension supplémentaire de la durée de vie des centrales nucléaires existantes et des nouveaux projets pourrait générer 4 milliards de tonnes supplémentaires d'émissions de CO2» ont-ils alerté. Certains pays ont choisi de ne pas recourir à l'énergie nucléaire en raison de préoccupations liées à la sécurité et à d'autres problèmes.
Cependant, beaucoup d'autres considèrent que le nucléaire joue un rôle dans leurs transitions énergétiques, mais ne font pas assez pour atteindre leurs objectifs, selon le rapport. Le nouveau document de l'AIE indique que la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires existantes nécessite des investissements importants. Mais son coût est concurrentiel par rapport aux autres technologies de production d'électricité, y compris les nouveaux projets solaires et éoliens, et peut conduire à une transition énergétique plus sûre et moins perturbante. Les conditions de marché restent toutefois défavorables à l'allongement de la durée de vie des centrales nucléaires. Une longue période de prix de gros de l'électricité bas dans la plupart des économies avancées a fortement réduit ou éliminé les marges bénéficiaires de nombreuses technologies, exposant les centrales nucléaires à un risque de fermeture prématurée. L'investissement dans de nouveaux projets nucléaires dans les économies avancées est encore plus difficile. Les nouveaux projets prévus en Finlande, en France et aux Etats-Unis ne sont pas encore en service et ont fait face à des dépassements de coûts importants.
La Corée a été une exception importante, avec des antécédents d'achèvement de la construction de nouveaux projets dans les délais et dans les limites du budget, bien que la politique du gouvernement vise à mettre fin à la nouvelle construction nucléaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.