L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Comment vaincre les réticences    La mauvaise note !    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Commandée à l'époque par l'EGT Club des Pins à une firme allemande, -sans consultation du ministère de la Culture, comme nous l'avait annoncé Khalida Toumi, alors ministre de la Culture-, l'infrastructure, dotée d'une scène de 750 m2, avait une superficie de 5000 m2 et une hauteur de 21 mètres.
Ce chapiteau géant qui avait été démonté juste après la clôture annoncée par l'ancien président Bouteflika, avait pris une destination inconnue. Pire, aujourd'hui, des langues se délient pour dénoncer toutes les anomalies et les dépassements ayant illustré cet événement.
Les dépenses étaient faramineuses. 125 milliards de dinars est le coût de la manifestation, comme révélé le 5 avril 2012 par le financier du ministère de la Culture, lors d'une conférence de presse-bilan, au centre international de presse Rachid Baba-Ahmed et présidée par Abdelhamid Belblidia, coordonnateur général de la manifestation en question.
Déjà à l'époque, la fresque épique retraçant l'histoire de la cité des Zianides, réalisée par le célèbre chorégraphe libanais Abdelhalim Caracalla, avait des relents de scandale pour sa facture qui se serait élevée à 1 million d'euros. Pour justifier la somme mirifique que le Trésor public a déboursée pour «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011», M. Belblidia avait indiqué que «24 pays islamiques et non islamiques ont participé et près de 500 000 personnes, dont près de 7 000 étrangers, ont visité les différentes expositions.
Sur le plan cinématographie, 32 documentaires ont été produits, 280 livres ont été édités et 12 colloques internationaux organisés, alors que des dizaines de représentations théâtrales ont été données tant à Tlemcen qu'à travers les communes et même au niveau d'autres wilayas».
L'on se rappelle, à l'époque, que la manifestation était sous les projecteurs pas uniquement pour ses activités (24 pays islamiques et non islamiques y avaient participé) mais par le conflit très médiatisé entre le wali, Nouri Abdelwahab, et Khalida Toumi, pour une question de leadership…ou d'ego.
Deux commis de l'Etat, qui ne s'étaient pas croisés dans la ville pendant toute la période de la manifestation. Aujourd'hui, nous avons appris que le parquet de Tlemcen a ouvert une enquête… sur la disparition du chapiteau géant. Ira-t-on jusqu'à ouvrir le dossier scabreux de «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011»?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.