Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs du groupe médiatique Le Temps dans le désarroi
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Les travailleurs du groupe privé Le Temps d'Algérie réclament la constitution d'un comité de gestion composé de ses travailleurs pour « gérer la situation actuelle jusqu'à ce qu'il y aura des solutions concrètes ».
«Nous demandons (…) de constituer un comité de gestion du Groupe composé de ses travailleurs pour gérer la situation actuelle jusqu'à ce qu'il y aura des solutions concrètes, sous l'égide de l'Etat ou par l'ouverture des portes au profit des investisseurs pour reprendre le groupe. Nous souhaitons que cette demande soit appliquée dans l'immédiat, surtout qu'il y a des manœuvres à l'intérieur du groupe pour pousser les travailleurs à démissionner par des pressions financières et/ou provocations administratives, voire même des harcèlements non déclarés.
Ceci, après que toutes les portes du dialogue ont été fermées pour sauver 400 emplois (400 familles algériennes), menacés de disparition dans quelques semaines », précise les travailleurs, dans une déclaration rendue publique. Lees travailleurs du Groupe affirment « vouloir bâtir un média professionnel qui servira les intérêts du pays et suivra la voie du professionnalisme avec une ligne éditoriale équilibrée».
Dans un communiqué rendu public, début juin, la direction de ce groupe médiatique, propriétaire du PDG de l'ETRHB, Ali Haddad, actuellement en prison, a annoncé «une restructuration interne» pour mieux faire face aux difficultés financières que rencontre le groupe. L'opération devra se traduire par la fusion des deux chaînes de télévision Dzair TV et Dzair News dès le 25 juin. Cette nouvelle chaîne sera généraliste tout en consacrant la part du lion à l'information «afin d'accompagner les développements politiques que connaît le pays» (Voir Mokrane Aït Ouarabi (MAO), El Watan 03 juin 2019).
En réaction aux actions de leur direction, les travailleurs ont tenu une AG où ils ont exigé l'instauration d'un dialogue direct avec les propriétaires du groupe afin de trouver des solutions à cette situation difficile que traverse ce média. Les employés ont réclamé l'ouverture du capital du groupe. A défaut, ils n'excluent par le recours à un débrayage. Aujourd'hui les travailleurs ont appelé à un rassemblement à la Maison de la presse, Tahar Djaout (1er Mai). « C'est la première action sur le terrain après avoir épuisé toutes les voies du dialogue avec les responsables et les propriétaire », nous précise une source du groupe qui a requis l'anonymat. Les membres du collectif des travailleurs ont rencontré les différents responsables. «Les responsables refusent « les départs volontaires », car ils doivent indemniser. Ils nous disent qu'il y a trois solutions soit la liquidation judiciaire, soit espéré l'arrivée d' »un repreneur », soit attendre que l'ETRHB elle aussi en difficulté reprenne pour pouvoir injecter un peu d'argent dans le groupe média.
Les travailleurs veulent garder leurs emplois. Ils pensent qu'un repreneur est la meilleure solution », nous signale-t-on. Depuis bientôt trois mois, les travailleurs sont sans salaires depuis bientôt mois, sous prétexte, justifient leurs responsable, que l'entreprise « attend » toujours les chèques de la publicité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.