Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs du groupe médiatique Le Temps dans le désarroi
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Les travailleurs du groupe privé Le Temps d'Algérie réclament la constitution d'un comité de gestion composé de ses travailleurs pour « gérer la situation actuelle jusqu'à ce qu'il y aura des solutions concrètes ».
«Nous demandons (…) de constituer un comité de gestion du Groupe composé de ses travailleurs pour gérer la situation actuelle jusqu'à ce qu'il y aura des solutions concrètes, sous l'égide de l'Etat ou par l'ouverture des portes au profit des investisseurs pour reprendre le groupe. Nous souhaitons que cette demande soit appliquée dans l'immédiat, surtout qu'il y a des manœuvres à l'intérieur du groupe pour pousser les travailleurs à démissionner par des pressions financières et/ou provocations administratives, voire même des harcèlements non déclarés.
Ceci, après que toutes les portes du dialogue ont été fermées pour sauver 400 emplois (400 familles algériennes), menacés de disparition dans quelques semaines », précise les travailleurs, dans une déclaration rendue publique. Lees travailleurs du Groupe affirment « vouloir bâtir un média professionnel qui servira les intérêts du pays et suivra la voie du professionnalisme avec une ligne éditoriale équilibrée».
Dans un communiqué rendu public, début juin, la direction de ce groupe médiatique, propriétaire du PDG de l'ETRHB, Ali Haddad, actuellement en prison, a annoncé «une restructuration interne» pour mieux faire face aux difficultés financières que rencontre le groupe. L'opération devra se traduire par la fusion des deux chaînes de télévision Dzair TV et Dzair News dès le 25 juin. Cette nouvelle chaîne sera généraliste tout en consacrant la part du lion à l'information «afin d'accompagner les développements politiques que connaît le pays» (Voir Mokrane Aït Ouarabi (MAO), El Watan 03 juin 2019).
En réaction aux actions de leur direction, les travailleurs ont tenu une AG où ils ont exigé l'instauration d'un dialogue direct avec les propriétaires du groupe afin de trouver des solutions à cette situation difficile que traverse ce média. Les employés ont réclamé l'ouverture du capital du groupe. A défaut, ils n'excluent par le recours à un débrayage. Aujourd'hui les travailleurs ont appelé à un rassemblement à la Maison de la presse, Tahar Djaout (1er Mai). « C'est la première action sur le terrain après avoir épuisé toutes les voies du dialogue avec les responsables et les propriétaire », nous précise une source du groupe qui a requis l'anonymat. Les membres du collectif des travailleurs ont rencontré les différents responsables. «Les responsables refusent « les départs volontaires », car ils doivent indemniser. Ils nous disent qu'il y a trois solutions soit la liquidation judiciaire, soit espéré l'arrivée d' »un repreneur », soit attendre que l'ETRHB elle aussi en difficulté reprenne pour pouvoir injecter un peu d'argent dans le groupe média.
Les travailleurs veulent garder leurs emplois. Ils pensent qu'un repreneur est la meilleure solution », nous signale-t-on. Depuis bientôt trois mois, les travailleurs sont sans salaires depuis bientôt mois, sous prétexte, justifient leurs responsable, que l'entreprise « attend » toujours les chèques de la publicité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.