Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu
Publié dans El Watan le 26 - 06 - 2019

(Puce) La situation dans le Golfe semble aujourd'hui lourde de menace avec une configuration géopolitique qui n'est pas sans rappeler celle de la première guerre mondiale en raison du jeu des alliances susceptibles d'accélérer le glissement vers une conflagration régionale.
Par Lina Kennouche (*)
La déclaration faite par le secrétaire russe du Conseil de sécurité lors du sommet tripartite entre responsables de la sécurité israéliens, russes et américains à Jérusalem a confirmé le soutien de Moscou à l'Iran, une semaine après la destruction du drone américain par les gardiens de la révolution qui a fait craindre une possible confrontation directe dans un contexte de tensions aigües et persistantes entre l'Iran et les Etats-Unis.
En totale dissonance avec la position américano-israélienne, Nikolai Patrushev a rappelé que «toute tentative de comparer l'Iran à Daech est inacceptable» et que Téhéran « est un partenaire essentiel dans la lutte russe contre le terrorisme » avant de préciser que « le drone américain se trouvait dans l'espace aérien iranien ». La position russe converge donc avec celle de l'Iran qui en réponse aux déclarations du Pentagone affirmant que l'engin n'a pas survolé l'espace aérien iranien mais se trouvait à 34 km de la frontière au moment où il a été intercepté, a exposé via la télévision public les images des débris de l'appareil.
Risques
Patrsushev a par ailleurs appelé à une enquête sur l'attaque contre deux pétroliers en mer d'Oman. «Nous n'acceptons pas les accusations formulées avant l'enquête (…). Les informations fournies manquent de professionnalisme », a-t-il martelé. Il semble donc que les Russes se tiennent aux cotés de l'Iran dans une configuration inédite où le conflit de basse intensité entre l'Iran et les Etats-Unis pourrait à tout moment se transformer en guerre ouverte.
Depuis plusieurs mois, la nouvelle équipe entourant le président américain Donald Trump tente par le biais de la politique des « pressions maximales » de mettre à genoux l'Iran afin de l'amener à accepter les conditions formulées par Mike Pompéo et jugées inacceptables par Téhéran. Le président américain Donald Trump subit ainsi l'influence d'une équipe qui fait de la relation avec Israël un déterminant puissant de la politique étrangère américaine, allant jusqu'à écarter tous les membres de l'administration opposés à son approche belliciste à l'instar de l'ex-sécrétoire à la défense James Mattis, hostile au retrait américain de l'accord nucléaire et au rétablissement de sanctions économiques contre l'Iran, ou encore de l'ancien secrétaire d'Etat Rex Tillerson.
Pressions maximales
Depuis le printemps 2018, le quatuor Bolton, Pompéo, Pence et Kushner a opté pour la stratégie des « pressions maximales » théorisée en 1994 par, Peter Schweizer dans son livre Victory: The Reagan Administration's Secret Strategy That Hastened the Collapse of the Soviet Union. Le parti de la guerre a ainsi présenté à Trump, initialement non-partisan du recours à la force contre l'Iran, cette stratégie qui en théorie semble constituer une alternative à un conflit aux potentiels prolongements régionaux mais, qui dans les faits, et appliquée à l'Iran (boycott total de l'industrie métallurgique, de l'industrie pétrolière, présence militaire américaine accrue dans la région etc.) créé directement les conditions d'une escalade militaire.
La volonté américaine d'exiger un nouvel accord nucléaire prolongeant la mise sous tutelle des infrastructures iraniennes pendant une période longue et s'articulant à un accord qui limite sévèrement le programme balistique iranien traduit en réalité l'objectif de précipiter l'Iran dans une guerre pour la défense de la « sécurité d'Israël ». Du point de vue de l'équipe présidentielle, l'Iran matérialiserait en effet une menace en raison de son rôle joué dans le développement du potentiel balistique en Syrie et au Liban et sa capacité à changer l'équation qui a prévalu jusque-là.
Ce conseil de sécurité est devenu à la faveur d'une évolution institutionnelle un acteur de poids dans le processus décisionnel, marginalisant davantage l'approche de l'institution militaire qui n'a pas la même conception des intérêts nationaux et diverge dans son appréciation du dossier iranien. En effet, pour le Pentagone, la guerre contre les moyennes puissances est un facteur de recul de l'hégémonie américaine qui ne pourra se maintenir qu'en priorisant la compétition stratégique avec la Chine et la Russie.
Message clair
Face à la tentative américaine d'asphyxier économiquement l'Iran tout en cherchant contenir sa puissance et son influence croissante dans la région, Téhéran a, à plusieurs reprises, riposté à ce qu'il perçoit déjà comme une guerre de basse intensité à travers une série de frappes notamment celle menées à partir de Fujeira, les bombardements d'installations saoudiennes, l'attaque contre les deux navires Kokuka Courageous et Front Altair dans la mer d'Oman, et enfin celle visant le site d'Exxon mobil en Irak.
Le message de l'Iran est clair : il ne craint pas le scénario de la confrontation directe et s'il venait à se concrétiser, Téhéran a les moyens de remettre en cause la sécurité des approvisionnements pétroliers. Bien que Donald Trimp privilégie pour l'instant la voie de la conciliation, ses efforts pour ouvrir des canaux de médiation à travers le Premier ministre Japonais Shinzo Abe ou le conseiller diplomatique du président français, Emmanuel Bonne, sont restés vains. Sans offre concrète et conditions acceptables pour l'Iran, ce dernier ne cédera pas. La situation dans le Golfe semble donc aujourd'hui lourde de menace avec une configuration géopolitique qui n'est pas sans rappeler celle de la première guerre mondiale en raison du jeu des alliances susceptibles d'accélérer le glissement vers une conflagration régionale.
L.K.
(*) Doctorante à l'université de Beyrouth


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.