«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonelgaz recourt à l'emprunt international
Pour la mise en œuvre d'un programme de développement à l'horizon 2025
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019

La Société nationale de l'électricité et du gaz, Sonelgaz, va recourir à l'emprunt international comme ressource complémentaire devant l'aider à réaliser un programme de développement d'ici l'horizon 2025.
Le PDG de la société, Chahar Boulakhras, a assuré, hier sur les ondes de la Chaîne 3, que le recours à l'endettement extérieur comme forme de financement se fera avec «les conditions les plus favorables et les moins contraignantes». «Sur la place locale, les banques trouvent des difficultés à nous mobiliser les fonds nécessaires, et donc nous envisageons des alternatives dont le recours à cette forme de financement.
Nous étudions trois ou quatre options qui seront complémentaires aux ressources à mobiliser sur fonds propres ou sur la place locale», explique le même responsable invité par la radio. Boulakhras souligne qu'il existe des formules très avantageuses à l'international avec des différés importants.
«Ce sera des investissements capitalistiques avec une rentabilité relativement longue… Nous choisirons les produits les mieux adaptés à la nature de notre activité afin de compléter ce qui existe sur le marché local (banques, fonds national d'investissement), une sorte de combinaison de toutes les alternatives de financement pour permettre de couvrir ce programme de développement», indique Boulakhras sans préciser le montant de l'emprunt à pourvoir sur la place internationale.
Le programme de développement en question nécessitera une enveloppe de 3000 milliards de dinars dont la moitié sera consacrée au développement du transport (30 000 km de réseau haute tension). «Nous sommes sur un scénario de demande qui pourrait atteindre 32 MW d'ici l'horizon 2030, et cela nécessite le développement d'infrastructures énergétiques en termes de production et de transport…
Une part importante ira aux énergies renouvelables, notamment le photovoltaïque et Sonatrach va nous accompagner dans cette dynamique et recevoir les térawatts issus du renouvelable qui seront injectés dans le réseau de Sonelgaz», indique le PDG de Sonelgaz, qui sera donc la deuxième compagnie après Sonatrach à contracter un emprunt à l'international.
En termes de production, le même responsable a aussi annoncé que le privé national participera au développement des énergies renouvelables. «L'autorité de régulation a ouvert, il y a quelques jours de cela, les plis des soumissionnaires privés pour des projets de centrales photovoltaïques d'une capacité de 250 MW. C'est une première en Algérie que le privé s'implique dans les ENR et les contrats seront signés dans quelques jours», dit-il.
Le PDG de Sonelgaz affirme que la révision de la tarification de l'électricité n'est pas à l'ordre du jour, même si la rémunération du kilowatt est posée sur la table du secteur de l'énergie afin de trouver les solutions appropriées pour garantir le programme du renouvelable de 5600 MW à l'horizon 2026. Le renouvelable est actuellement à seulement 400 MW installés sur 23 stations.
En termes de sources énergétiques, Boulakhras estime qu'on ne peut pas compter que sur le gaz, et en plus du renouvelable, on doit aussi prospecter l'option du nucléaire. «Pas plus tard qu'hier, nous étions avec le ministre de l'Energie à Aïn Ouessara où nous avons discuté avec le monde de la recherche et vu de plus près l'univers de l'électronucléaire et les 15 MW qui y sont installés.
Un noyau sera constitué pour être le vis-à-vis de ces chercheurs pour réfléchir ensemble sur la faisabilité de mettre les jalons de cette troisième énergie qui est un choix à faire.» A noter que les créances de Sonelgaz se sont élevées cette année à 60 mds de dinars contre 58 mds DA l'année dernière.
Le niveau de perte s'est établi quant à lui à 13%. Evoquant les coupures de courant signalées dans certaines localités, le PDG de Sonelgaz réfute qu'il s'agisse de délestage, puisque la société enregistre des niveaux de surproduction.
«En termes de production, nous sommes à l'abri. Il s'agit de coupures circonscrites pour lesquelles les équipes restent mobilisées pour agir avec la célérité et l'efficacité requises», affirmait hier Chahar Boulakhras à la radio. Il y a eu un pic de consommation historique de l'ordre de 150 133 MW enregistré le 7 juillet dernier à 14h05. A noter que Sonelgaz fêtera son 50e anniversaire le 28 juillet, et compte une électrification de 78%, une capacité de production de 20 GW et un réseau de 360 000 kilomètres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.