Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonelgaz recourt à l'emprunt international
Pour la mise en œuvre d'un programme de développement à l'horizon 2025
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2019

La Société nationale de l'électricité et du gaz, Sonelgaz, va recourir à l'emprunt international comme ressource complémentaire devant l'aider à réaliser un programme de développement d'ici l'horizon 2025.
Le PDG de la société, Chahar Boulakhras, a assuré, hier sur les ondes de la Chaîne 3, que le recours à l'endettement extérieur comme forme de financement se fera avec «les conditions les plus favorables et les moins contraignantes». «Sur la place locale, les banques trouvent des difficultés à nous mobiliser les fonds nécessaires, et donc nous envisageons des alternatives dont le recours à cette forme de financement.
Nous étudions trois ou quatre options qui seront complémentaires aux ressources à mobiliser sur fonds propres ou sur la place locale», explique le même responsable invité par la radio. Boulakhras souligne qu'il existe des formules très avantageuses à l'international avec des différés importants.
«Ce sera des investissements capitalistiques avec une rentabilité relativement longue… Nous choisirons les produits les mieux adaptés à la nature de notre activité afin de compléter ce qui existe sur le marché local (banques, fonds national d'investissement), une sorte de combinaison de toutes les alternatives de financement pour permettre de couvrir ce programme de développement», indique Boulakhras sans préciser le montant de l'emprunt à pourvoir sur la place internationale.
Le programme de développement en question nécessitera une enveloppe de 3000 milliards de dinars dont la moitié sera consacrée au développement du transport (30 000 km de réseau haute tension). «Nous sommes sur un scénario de demande qui pourrait atteindre 32 MW d'ici l'horizon 2030, et cela nécessite le développement d'infrastructures énergétiques en termes de production et de transport…
Une part importante ira aux énergies renouvelables, notamment le photovoltaïque et Sonatrach va nous accompagner dans cette dynamique et recevoir les térawatts issus du renouvelable qui seront injectés dans le réseau de Sonelgaz», indique le PDG de Sonelgaz, qui sera donc la deuxième compagnie après Sonatrach à contracter un emprunt à l'international.
En termes de production, le même responsable a aussi annoncé que le privé national participera au développement des énergies renouvelables. «L'autorité de régulation a ouvert, il y a quelques jours de cela, les plis des soumissionnaires privés pour des projets de centrales photovoltaïques d'une capacité de 250 MW. C'est une première en Algérie que le privé s'implique dans les ENR et les contrats seront signés dans quelques jours», dit-il.
Le PDG de Sonelgaz affirme que la révision de la tarification de l'électricité n'est pas à l'ordre du jour, même si la rémunération du kilowatt est posée sur la table du secteur de l'énergie afin de trouver les solutions appropriées pour garantir le programme du renouvelable de 5600 MW à l'horizon 2026. Le renouvelable est actuellement à seulement 400 MW installés sur 23 stations.
En termes de sources énergétiques, Boulakhras estime qu'on ne peut pas compter que sur le gaz, et en plus du renouvelable, on doit aussi prospecter l'option du nucléaire. «Pas plus tard qu'hier, nous étions avec le ministre de l'Energie à Aïn Ouessara où nous avons discuté avec le monde de la recherche et vu de plus près l'univers de l'électronucléaire et les 15 MW qui y sont installés.
Un noyau sera constitué pour être le vis-à-vis de ces chercheurs pour réfléchir ensemble sur la faisabilité de mettre les jalons de cette troisième énergie qui est un choix à faire.» A noter que les créances de Sonelgaz se sont élevées cette année à 60 mds de dinars contre 58 mds DA l'année dernière.
Le niveau de perte s'est établi quant à lui à 13%. Evoquant les coupures de courant signalées dans certaines localités, le PDG de Sonelgaz réfute qu'il s'agisse de délestage, puisque la société enregistre des niveaux de surproduction.
«En termes de production, nous sommes à l'abri. Il s'agit de coupures circonscrites pour lesquelles les équipes restent mobilisées pour agir avec la célérité et l'efficacité requises», affirmait hier Chahar Boulakhras à la radio. Il y a eu un pic de consommation historique de l'ordre de 150 133 MW enregistré le 7 juillet dernier à 14h05. A noter que Sonelgaz fêtera son 50e anniversaire le 28 juillet, et compte une électrification de 78%, une capacité de production de 20 GW et un réseau de 360 000 kilomètres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.