ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





23e vendredi à Alger : Les manifestants rejettent le Panel des six et exigent le départ du système
Publié dans El Watan le 26 - 07 - 2019

A Alger, la marche de ce 23e vendredi de la révolution pacifique a été dominée par les slogans « Yetnahaw ga3 », « Etat civil, non militaire » et « Pas de dialogue avec les gangs ».
13h40 à Place des martyrs. Les derniers fidèles quittent la masquée Ketchaoua au moment où des dizaines de personnes, rassemblées à l'ombre des arbres, attendent l'arrivée des renforts. Quelque minutes plus tard, la foule, légèrement grossie, marche sur le centre de la ville en scandant « Dawla madania ( Etat civil…) » et « Pas d'élections avec les gangs » et d'autres slogans hostiles à Gaïd Salah, chef d'Etat-major de l'armée.
14h30. L'avenue Pasteur vibre au rythme de « Irhalou, Irhalou (partez) ! » scandé par une foule nombreuse, devant un mur de policiers dressé à l'entrée du tunnel des facultés. Après un bref sit-in devant le mur bleu des forces de sécurité, la foule descend vers la rue Didouche occupée par une marée humaine. Là aussi, les manifestants clament « Etat civil, non militaire » et surtout « Viva l'Algérie Yetnahaw ga3 (Il faut les dégagez tous) ». Cela sans omettre de réclamer la libération des détenus d'opinion et du drapeau amazigh : « Attalgou weladna (libérez nos enfants) ! » et « Libérez Bouregâa !»
#Alger, 23e vendredi : » Yetnahaw ga3 ! » pic.twitter.com/SmORDRGYfd
— Farouk Djouadi (@FaroukDjouadi) July 26, 2019
Au sein de la grande foule, on a pu remarquer la présence de certains membres de l'aréopage politique dit Forces de l'alternatives démocratique dont Ali Laskri (FFS) et Ramdane Taazibt du PT. Les deux politiciens portaient, avec leur « camarades », une banderole sur laquelle était écrit : « Pour le départ définitif du système ».
Quelques mètres plus loin, Karim Tabbou déchaine les passions. De nombreux manifestants se bousculent pour prendre des selfies avec le fondateur de l'UDS, devenu, au fil des mois, l'une des figures populaires du Hirak.
Sur les pancartes, les messages des manifestants ont été adaptés pour répondre à l'offre du pouvoir en place qui a désigné un panel de six personnes pour conduire le « dialogue national » tout en promettant la libération des détenus, l'allègement du dispositif sécuritaire et l'ouverture des champs politique et médiatique. « Article 2019 : Yetnahaw ga3 », « Pas de dialogues avec les méchants », « Pas de dialogue avec ceux qui n'ont aucune légitimité », « le maintien des symboles de la bande signifie la continuité du système ». Karim Younes, membre du Panel des six, a été la cible de slogans des plus acerbes. Des slogans qui n'ont pas épargné, comme chaque vendredi, le chef d'état-major de l'armée, les médias et la justice.
Malgré la baisse sensible du nombre des manifestants, liée à la période des congés ou probablement à d'autres motifs d'ordre politique, la marche de ce 23 vendredi n'a pas perdu de son intensité ni de ses couleurs. « Ya h'na ya ntouma, maranach habssine (Sois nous, soit vous, nous ne nous arrêterons jamais », ont clamé des dizaines de milliers de manifestants à la capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.