Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    Protestation des Robes noires    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Premier League : Manchester United s'impose dans la douleur à Brighton    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Ce qui est reproché à Noureddine Tounsi    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Dumas : "Je suis satisfait"    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Sit-in des médecins et infirmiers, devant le siège de la DSP    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    JSMB : La saignée a commencé    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    Importation: Pas de retour aux licences    M6, La petite chaîne qui «mente» !    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





23e vendredi à Alger : Les manifestants rejettent le Panel des six et exigent le départ du système
Publié dans El Watan le 26 - 07 - 2019

A Alger, la marche de ce 23e vendredi de la révolution pacifique a été dominée par les slogans « Yetnahaw ga3 », « Etat civil, non militaire » et « Pas de dialogue avec les gangs ».
13h40 à Place des martyrs. Les derniers fidèles quittent la masquée Ketchaoua au moment où des dizaines de personnes, rassemblées à l'ombre des arbres, attendent l'arrivée des renforts. Quelque minutes plus tard, la foule, légèrement grossie, marche sur le centre de la ville en scandant « Dawla madania ( Etat civil…) » et « Pas d'élections avec les gangs » et d'autres slogans hostiles à Gaïd Salah, chef d'Etat-major de l'armée.
14h30. L'avenue Pasteur vibre au rythme de « Irhalou, Irhalou (partez) ! » scandé par une foule nombreuse, devant un mur de policiers dressé à l'entrée du tunnel des facultés. Après un bref sit-in devant le mur bleu des forces de sécurité, la foule descend vers la rue Didouche occupée par une marée humaine. Là aussi, les manifestants clament « Etat civil, non militaire » et surtout « Viva l'Algérie Yetnahaw ga3 (Il faut les dégagez tous) ». Cela sans omettre de réclamer la libération des détenus d'opinion et du drapeau amazigh : « Attalgou weladna (libérez nos enfants) ! » et « Libérez Bouregâa !»
#Alger, 23e vendredi : » Yetnahaw ga3 ! » pic.twitter.com/SmORDRGYfd
— Farouk Djouadi (@FaroukDjouadi) July 26, 2019
Au sein de la grande foule, on a pu remarquer la présence de certains membres de l'aréopage politique dit Forces de l'alternatives démocratique dont Ali Laskri (FFS) et Ramdane Taazibt du PT. Les deux politiciens portaient, avec leur « camarades », une banderole sur laquelle était écrit : « Pour le départ définitif du système ».
Quelques mètres plus loin, Karim Tabbou déchaine les passions. De nombreux manifestants se bousculent pour prendre des selfies avec le fondateur de l'UDS, devenu, au fil des mois, l'une des figures populaires du Hirak.
Sur les pancartes, les messages des manifestants ont été adaptés pour répondre à l'offre du pouvoir en place qui a désigné un panel de six personnes pour conduire le « dialogue national » tout en promettant la libération des détenus, l'allègement du dispositif sécuritaire et l'ouverture des champs politique et médiatique. « Article 2019 : Yetnahaw ga3 », « Pas de dialogues avec les méchants », « Pas de dialogue avec ceux qui n'ont aucune légitimité », « le maintien des symboles de la bande signifie la continuité du système ». Karim Younes, membre du Panel des six, a été la cible de slogans des plus acerbes. Des slogans qui n'ont pas épargné, comme chaque vendredi, le chef d'état-major de l'armée, les médias et la justice.
Malgré la baisse sensible du nombre des manifestants, liée à la période des congés ou probablement à d'autres motifs d'ordre politique, la marche de ce 23 vendredi n'a pas perdu de son intensité ni de ses couleurs. « Ya h'na ya ntouma, maranach habssine (Sois nous, soit vous, nous ne nous arrêterons jamais », ont clamé des dizaines de milliers de manifestants à la capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.