Tajine malsouka au poulet    Les organes anti-corruption aux abonnés absents    En bref…    L'USMA a son destin en main    Sport et tourisme : Signature d'une convention de partenariat aujourd'hui    Réunion EPTV-FAF : Les droits TV au menu    Le temps de plus en plus compté    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    CROYANCES ET CONVICTIONS    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    L'alternative de la dernière chance    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Le déclic    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Les étudiants ont marché    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nomination de Zerhouni aux côtés d'Ouyahia : Un poste de vigie de l'Exécutif
Publié dans El Watan le 29 - 05 - 2010

Zerhouni, qui occupait un poste-clé, celui de l'Intérieur tout en gardant son titre de ministre d'Etat, se voit nommé à un poste politique qui s'apparente bien à celui d'un poste de vigie du gouvernement pour le compte du président Bouteflika.
Annoncé à maintes reprises avec plus d'insistance encore depuis les scandales qui ont éclaboussé certains secteurs, notamment ceux de l'énergie et des travaux publics, le président Bouteflika a procédé, hier, à un remaniement ministériel qui présente une double particularité. Celle, d'une part, de prendre acte des événements qui ont secoué le pays et terni son image de marque à l'étranger à travers les affaires de corruption de Sonatrach et de l'autoroute Est-Ouest en remerciant Chakib Khelil, évincé de son poste de ministre de l'Energie, tout en reconduisant par ailleurs le ministre des Travaux publics. Et de renforcer, d'autre part, la structure de l'Exécutif par la création d'un nouveau poste de vice-Premier ministre confié à Nourredine Yazid Zerhouni qui cède son ministère, celui de l'Intérieur, à Daho Ould Kablia. A quoi répond la création de ce poste qui aura sans doute surpris tous les observateurs politiques et pourquoi le choix de M. Zerhouni pour seconder M. Ouyahia qui ne semble avoir eu aucun droit de regard sur ce changement de l'Exécutif.
Le président Bouteflika n'a pas montré le même intérêt pour renforcer l'institution présidentielle par la création d'un poste de vice-président. Le communiqué de la présidence de la République ne prend même pas la précaution d'usage en recourant à la formule politique pour dire que c'est sur proposition du Premier ministre que le président de la République a procédé au choix des membres du gouvernement. M. Zerhouni, qui occupait un poste-clé, celui de l'Intérieur tout en gardant son titre de ministre d'Etat, se voit nommé à un poste politique qui s'apparente bien à celui d'un poste de vigie du gouvernement pour le compte du président Bouteflika.
Le chef de l'Etat a sans nul doute jugé nécessaire et indispensable, à la suite des scandales qui ont secoué le pays, de surveiller de près les activités du gouvernement en nommant un copilote à la tête du gouvernement choisi parmi ses hommes de confiance. L'autre fait marquant de ce remaniement ministériel est le départ inattendu du ministre de la Poste et des Technologies de la communication et de l'information. Son départ du gouvernement et son remplacement par Moussa Benhamadi, un homme de la boîte, n'est certainement pas étranger à la gestion clair-obscur du dossier de Djezzy.
Pour le reste, le changement apporté à l'équipe gouvernementale a consisté pour l'essentiel à des permutations de postes. Ce qui laisse penser que le président Bouteflika est satisfait des rendements des ministres reconduits, y compris de certains qui ont battu tous les records de longévité et que l'on donne partants à chaque remaniement ministériel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.