Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    AFFAIRE ALI HADDAD : Ouverture d'une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    PROGRAMME AADL2 A MOSTAGANEM : Un projet qui traine à Stidia    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    POLE UNIVERSITAIRE DE LAGHOUAT : Plusieurs infrastructures scientifiques inaugurées    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    Tebboune installe la Commission nationale    250 millions de dollars perdus annuellement    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Révision de la Constitution, un pas important vers l'édification d'une Algérie forte    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA
Violences xénophobes à Johannesburg
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

Le président sud-africain a présenté, samedi à Harare, ses excuses. «Je suis présent ici devant vous comme un frère africain, qui exprime ses regrets et présente ses excuses pour ce qui s'est passé dans mon pays», a dit Ramaphosa dans un discours lors des obsèques de l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe.
Le président rwandais, Paul Kagame, a saisi cette semaine l'opportunité de la tenue d'un point de presse destiné à officialiser l'annonce de l'accueil par son pays des Africains bloqués en Libye pour se prononcer sur le cas Afrique du Sud, qui a été le théâtre, récemment, de violences xénophobes. Pour lui, «il faut nécessairement que ce pays soit retiré de toutes les instances de l'Union africaine»… comme au temps de l'apartheid.
Paul Kagame a indiqué que sa position est mue par «la complicité des autorités sud-africaines avec les xénophobes». Cette complicité se dégage, selon lui, à travers le message du président Ramaphosa qui dresse un bilan que les Africains n'acceptent guère. «Et lorsque j'entends mon homologue Ramaphosa déclarer que le bilan de ces récentes attaques est de 10 morts, dont 1 seul étranger, je me dis qu'il faudrait une mise à l'écart temporaire de la République sud- africaine de toutes les instances de l'Union africaine et des autres organisations sous-régionales, afin qu'elle comprenne que l'Afrique est appelée en ce XXIe siècle à être unie et indivisible face aux enjeux de la mondialisation», a déclaré Paul Kagame devant la presse rwandaise.
Mea-culpa sud-africain
Ayant pris conscience de l'étendue des ravages causés par ces violences xénophobes sur l'image de son pays, le président Cyril Ramaphosa s'est empressé de dépêcher des émissaires de haut rang auprès de plusieurs homologues du continent pour leur assurer que leurs citoyens étaient les bienvenus dans son pays, malgré la vague de violences xénophobes du début du mois. Cette mission, emmenée par l'ex-ministre Jeff Radeba, a quitté l'Afrique du Sud samedi et doit faire étape au Nigeria, au Niger, au Ghana, au Sénégal, en Tanzanie, en République démocratique du Congo et en Zambie, a annoncé hier la Présidence. Les émissaires, ajoute la même source, doivent notamment confirmer à leurs interlocuteurs que leur pays «s'engage à respecter les idéaux panafricians d'unité et de solidarité» et les informer des mesures prises par Pretoria «pour mettre un terme aux attaques et juger leurs auteurs».
Le président sud-africain a également présenté, samedi à Harare, ses excuses. «Je suis présent ici devant vous comme un frère africain, qui exprime ses regrets et présente ses excuses pour ce qui s'est passé dans mon pays», a dit Ramaphosa, dans un discours, lors des obsèques de l'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe. Hués par des milliers de Zimbabwéens en colère, Ramaphosa a réitéré l'engagement de son pays à endiguer les racines des violences contre les étrangers en Afrique du Sud.
Emeutes et pillages
Au début du mois, l'Afrique du Sud a été secouée pendant plusieurs jours par une vague d'émeutes et de pillages dirigée en priorité contre les habitants et les commerces des étrangers. Les violences, qui ont secoué notamment la ville de Johannesburg faisant une quinzaine de morts, ont provoqué une tension dans les relations entre l'Afrique du Sud et certains pays africains, notamment le Nigeria.
Des centaines de ressortissants nigérians et zimbabwéens ont été rapatriés suite à ces incidents. Dans son discours dans la capitale zimbabwéenne, Ramaphosa a insisté qu'en dépit des violences, les Sud-Africains «ne sont pas xénophobes». «Ce qui s'est passé en Afrique du Sud est contraire aux principes de l'unité des peuples africains», a-t-il dit.
Les violences xénophobes sont fréquentes en Afrique du Sud, nourries par le chômage endémique et la pauvreté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.