Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mnangagwa promet "l'aube de la 2ème république"
ZIMBABWE
Publié dans L'Expression le 27 - 08 - 2018


Le crocodile est à la tête du pays
Le président Emmerson Mnangagwa annonce «l'aube de la 2e république du Zimbabwe», dès son investiture qui a eu lieu hier en présence de milliers de partisans et de nombreux chefs d'Etat africains réunis dans un stade à Harare.
Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a officiellement prêté serment hier après plusieurs semaines de vive controverse sur les conditions de son élection le 30 juillet, dénoncées comme frauduleuses par l'opposition. «Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que président de la République du Zimbabwe, je serai fidèle au Zimbabwe et défendrai la Constitution du Zimbabwe», a déclaré M. Mnangagwa lors de la cérémonie d'investiture. «Je protègerai et promouvrai les droits des Zimbabwéens, avec l'aide de Dieu», a-t-il ajouté, le buste ceint d'une écharpe verte, devant des milliers de partisans et de nombreux chefs d'Etat africains réunis dans un stade de Harare. Sa prestation de serment a été acclamée par un tonnerre d'applaudissements.
Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a pris la tête du Zimbabwe en novembre dernier après la démission de Robert Mugabe, lâché par l'armée et son parti au pouvoir, la Zanu-PF, au terme d'un règne autoritaire de trente-sept ans. Candidat de la Zanu-PF, l'ancien vice-président a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 juillet, crédité de 50,8% des suffrages contre 44,3% à son rival du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa. Arguant de nombreuses fraudes, le MDC a contesté ces résultats devant la Cour constitutionnelle. Mais la plus haute instance judiciaire du pays a validé finalement le scrutin vendredi, estimant que l'opposition n'avait pas fait la preuve de ces irrégularités. Lors d'une déclaration à la télévision nationale deux heures après le verdict des neuf «sages»,
M. Mnangagwa avait appelé ses rivaux à tourner la page des élections et à oeuvrer ensemble pour remettre sur les rails l'économie ruinée du pays. «Laissons désormais derrière nous nos différences», a-t-il déclaré, «il est temps de construire notre nation et d'avancer ensemble». «Notre pays va maintenant se développer avec le président Mnangagwa à sa tête», s'est réjoui un de ses partisans, Blessing Muvirimi, venu assister à sa prestation de serment. «Mnangagwa est l'homme qu'il nous faut pour mener le Zimbabwe à la prospérité», a ajouté M. Muvirimi, au milieu des banderoles «célébrons un nouveau Zimbabwe» ou «tolérance zéro pour la corruption» déployées dans le stade. «Nous étions inquiets à cause de la procédure devant la Cour mais nous sommes désormais rassurés car tout a été réglé, nous voulons que le peuple s'unisse et travaille main dans la main», a renchéri un autre, Malvern Makoni. Mais l'opposition a déjà opposé au camp du vainqueur une sèche fin de non-recevoir. «Je me considère légitimement comme le dirigeant du Zimbabwe (...) nous avons remporté une nette majorité», a déclaré samedi devant la presse Nelson Chamisa, qui a délibérément boudé la cérémonie d'investiture.»La voie juridique n'est pas la seule vers la liberté, la Constitution nous donne le droit de manifester pacifiquement», a-t-il dit. La campagne pour les élections générales est apparue plus ouverte que lors des scrutins précédents, systématiquement entachés des violences du pouvoir contre ses adversaires. Mais les fraudes alléguées par l'opposition et, surtout, la sanglante répression par l'armée d'une manifestation de l'opposition dans les rues de Harare deux jours après le scrutin, qui s'est soldée par six morts, ont ravivé le spectre du passé. Plusieurs dizaines de partisans de l'opposition ont également été arrêtés ces derniers jours, a accusé le MDC. Les observateurs internationaux ont pour la plupart accordé leur onction au déroulement du scrutin. Seuls ceux de l'Union européenne (UE) avaient relevé une «inégalité des chances» entre le sortant et ses rivaux et ont appelé à des «améliorations» du processus électoral. De nombreux chefs d'Etats africains ont apporté par leur présence dimanche à la cérémonie d'investiture de M. Mnangagwa leur onction au scrutin. Parmi eux figurent le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, le Zambien Edgar Lungu et le Rwandais Paul Kagame.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.