Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mnangagwa promet "l'aube de la 2ème république"
ZIMBABWE
Publié dans L'Expression le 27 - 08 - 2018


Le crocodile est à la tête du pays
Le président Emmerson Mnangagwa annonce «l'aube de la 2e république du Zimbabwe», dès son investiture qui a eu lieu hier en présence de milliers de partisans et de nombreux chefs d'Etat africains réunis dans un stade à Harare.
Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a officiellement prêté serment hier après plusieurs semaines de vive controverse sur les conditions de son élection le 30 juillet, dénoncées comme frauduleuses par l'opposition. «Moi, Emmerson Dambudzo Mnangagwa, jure qu'en tant que président de la République du Zimbabwe, je serai fidèle au Zimbabwe et défendrai la Constitution du Zimbabwe», a déclaré M. Mnangagwa lors de la cérémonie d'investiture. «Je protègerai et promouvrai les droits des Zimbabwéens, avec l'aide de Dieu», a-t-il ajouté, le buste ceint d'une écharpe verte, devant des milliers de partisans et de nombreux chefs d'Etat africains réunis dans un stade de Harare. Sa prestation de serment a été acclamée par un tonnerre d'applaudissements.
Emmerson Mnangagwa, 75 ans, a pris la tête du Zimbabwe en novembre dernier après la démission de Robert Mugabe, lâché par l'armée et son parti au pouvoir, la Zanu-PF, au terme d'un règne autoritaire de trente-sept ans. Candidat de la Zanu-PF, l'ancien vice-président a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 juillet, crédité de 50,8% des suffrages contre 44,3% à son rival du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa. Arguant de nombreuses fraudes, le MDC a contesté ces résultats devant la Cour constitutionnelle. Mais la plus haute instance judiciaire du pays a validé finalement le scrutin vendredi, estimant que l'opposition n'avait pas fait la preuve de ces irrégularités. Lors d'une déclaration à la télévision nationale deux heures après le verdict des neuf «sages»,
M. Mnangagwa avait appelé ses rivaux à tourner la page des élections et à oeuvrer ensemble pour remettre sur les rails l'économie ruinée du pays. «Laissons désormais derrière nous nos différences», a-t-il déclaré, «il est temps de construire notre nation et d'avancer ensemble». «Notre pays va maintenant se développer avec le président Mnangagwa à sa tête», s'est réjoui un de ses partisans, Blessing Muvirimi, venu assister à sa prestation de serment. «Mnangagwa est l'homme qu'il nous faut pour mener le Zimbabwe à la prospérité», a ajouté M. Muvirimi, au milieu des banderoles «célébrons un nouveau Zimbabwe» ou «tolérance zéro pour la corruption» déployées dans le stade. «Nous étions inquiets à cause de la procédure devant la Cour mais nous sommes désormais rassurés car tout a été réglé, nous voulons que le peuple s'unisse et travaille main dans la main», a renchéri un autre, Malvern Makoni. Mais l'opposition a déjà opposé au camp du vainqueur une sèche fin de non-recevoir. «Je me considère légitimement comme le dirigeant du Zimbabwe (...) nous avons remporté une nette majorité», a déclaré samedi devant la presse Nelson Chamisa, qui a délibérément boudé la cérémonie d'investiture.»La voie juridique n'est pas la seule vers la liberté, la Constitution nous donne le droit de manifester pacifiquement», a-t-il dit. La campagne pour les élections générales est apparue plus ouverte que lors des scrutins précédents, systématiquement entachés des violences du pouvoir contre ses adversaires. Mais les fraudes alléguées par l'opposition et, surtout, la sanglante répression par l'armée d'une manifestation de l'opposition dans les rues de Harare deux jours après le scrutin, qui s'est soldée par six morts, ont ravivé le spectre du passé. Plusieurs dizaines de partisans de l'opposition ont également été arrêtés ces derniers jours, a accusé le MDC. Les observateurs internationaux ont pour la plupart accordé leur onction au déroulement du scrutin. Seuls ceux de l'Union européenne (UE) avaient relevé une «inégalité des chances» entre le sortant et ses rivaux et ont appelé à des «améliorations» du processus électoral. De nombreux chefs d'Etats africains ont apporté par leur présence dimanche à la cérémonie d'investiture de M. Mnangagwa leur onction au scrutin. Parmi eux figurent le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, le Zambien Edgar Lungu et le Rwandais Paul Kagame.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.