Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS dénonce «la stratégie répressive du pouvoir»
Fustigeant les agissements des médias aux ordres
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

Le Front des forces socialistes (FFS) rejette en bloc l'agenda du pouvoir et dénonce son obstination et son recours à des institutions illégitimes décriées par le peuple algérien. Le secrétariat national du parti de feu Hocine Aït Ahmed s'est élevé, hier, contre la «stratégie répressive» du pouvoir visant ni plus ni moins qu'à «neutraliser toute opposition à sa feuille de route».
Le FFS a évoqué la crise politique nationale que vit le pays et qui s'aggrave au fil des jours pour atteindre un stade dangereusement critique. La responsabilité de cette situation incombe, explique le FFS, aux tenants d'un pouvoir illégitime, impopulaire et autoritaire qui, pour se maintenir coûte que coûte, a décidé unilatéralement d'imposer sa feuille de route en organisant une élection présidentielle à brève échéance.
Hakim Belahcel, premier secrétaire de cette formation politique, qualifie d'«inacceptable» et de «très grave» la stratégie adoptée par le pouvoir qui, pour neutraliser toute opposition à sa feuille de route, a multiplié et intensifié les actes de répression, «a procédé à des interdictions systématiques des activités politiques et associatives dans l'espace public, à des interpellations et arrestations violentes qui ciblent des militants politiques, des acteurs sociaux et des manifestants du mouvement révolutionnaire pacifique et à la fermeture des canaux médiatiques indépendants».
Pour le FFS, cette stratégie répressive n'a pas épargné des acteurs politiques et des leaders d'opinion, arrêtés illégalement et emprisonnés sans jugement. Mieux encore, en plus de ces violations des droits humains, les tenants du pouvoir vont jusqu'à adopter de façon expéditive, au pas de charge, deux projets de lois liés au régime électoral et à l'autorité d'organisation des élections par un Parlement illégitime et impopulaire dans l'unique but de convoquer à tout prix le corps électoral le 15 septembre et les élections avant la fin de l'année.
«Cette démarche relève d'un acte politique suicidaire, d'autant que le pouvoir est resté insensible au rejet exprimé par le mouvement citoyen chaque vendredi depuis le 22 février.» Le FFS, qui rejette totalement l'agenda du pouvoir, dénonce énergiquement «les agissements irresponsables et dangereux des médias aux ordres, notamment l'ENTV, dont la propagande malfaisante vise à saper les bases de la cohésion et de l'unité nationale cimentées par la révolution populaire et à remettre en cause le caractère pacifique et solidaire du mouvement citoyen». Le plus vieux parti de l'opposition a réitéré son appel à un dialogue sérieux, transparent et inclusif, afin de trouver des issues consensuelles et réalistes à la crise ; il appelle en outre les autorités du pays à libérer, immédiatement, tous les détenus politiques et d'opinion et l'arrêt des intimidations et de toutes formes de répression afin d'installer un climat favorable à ce dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.