Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS dénonce la stratégie répressive du pouvoir
Tout en appelant à la libération des prisonniers politiques et d'opinion
Publié dans Liberté le 16 - 09 - 2019

Le Front des forces socialistes a réaffirmé hier son rejet total de l'agenda électoral du pouvoir, tout en dénonçant la "stratégie répressive" de ce dernier qui vise, selon le parti, à "neutraliser" toute opposition à sa feuille de route. "La crise politique nationale s'aggrave de jour en jour et atteint un stade dangereusement critique dont la responsabilité incombe aux tenants d'un pouvoir illégitime, impopulaire et autoritaire qui, pour se maintenir coûte que coûte, a décidé unilatéralement d'imposer sa feuille de route en organisant une élection présidentielle à brève échéance", a affirmé le FFS dans une déclaration rendue publique hier.
"Pour neutraliser toute opposition à cette feuille de route, ce pouvoir de fait a multiplié et intensifié les actes de répression, en procédant à des interdictions systématiques des activités politiques et associatives dans l'espace public, à des interpellations et arrestations violentes qui ciblent des militants politiques, des acteurs sociaux et des manifestants du mouvement révolutionnaire pacifique, et à la fermeture des canaux médiatiques indépendants", ajoute la déclaration signée par son premier secrétaire national, Hakim Belahcel.
Tout en notant que "cette stratégie répressive n'a pas épargné des acteurs politiques et des leaders d'opinion, arrêtés illégalement et emprisonnés sans jugement", le FFS estime que, "pis encore, s'ajoutant à ces violations des droits humains, les tenants du pouvoir, voulant la convocation à tout prix du corps électoral le 15 septembre et des élections avant la fin de l'année, vont jusqu'à adopter de façon expéditive et au pas de charge deux projets de loi liés au régime électoral et à l'autorité d'organisation des élections par un Parlement illégitime et impopulaire, ce qui relève d'un acte politique suicidaire, tout en restant insensibles au rejet exprimé par le mouvement citoyen chaque vendredi depuis le 22 février".
Et le FFS d'affirmer son rejet total de "l'agenda du pouvoir" en dénonçant "son obstination et son recours à des institutions illégitimes décriées par le peuple algérien". En outre, "le FFS dénonce énergiquement les agissements irresponsables et dangereux des médias aux ordres, notamment l'ENTV, dont la propagande malfaisante vise à saper les bases de la cohésion et de l'unité nationale cimentées par la Révolution populaire et à remettre en cause le caractère pacifique et solidaire du mouvement citoyen".
Le FFS a, ensuite, réitéré son appel pour "un dialogue sérieux, transparent et inclusif afin de trouver des issues consensuelles et réalistes à la crise nationale multidimensionnelle et ce, dans l'intérêt suprême du peuple algérien et de la nation, une et indivisible". Enfin, le FFS appelle les autorités du pays à "libérer immédiatement tous les détenus politiques et d'opinion et l'arrêt des intimidations et de toutes formes de répression afin d'installer un climat favorable à ce dialogue".

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.