Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tliba refuse de renoncer à l'immunité parlementaire
Alors que la justice a demandé sa levée
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2019

Le député FLN de la wilaya de Annaba, Baha Eddine Tliba, fait l'exception : il est le seul parlementaire parmi les sénateurs et députés dont la justice a demandé la levée de l'immunité parlementaire à opposer une résistance quant au renoncement à son immunité parlementaire.
Selon ses proches, Tliba refuse de renoncer volontairement à son immunité, poussant ainsi l'Assemblée populaire nationale à activer la procédure de levée de l'immunité en vertu des dispositions de l'article 127 de la Constitution et de l'article 124 (alinéa 2) de son règlement intérieur. Une fois la procédure finalisée, un vote en plénière sera programmé. Le député de Annaba, connu pour être le bras droit de Amar Saâdani, a fait l'objet d'une demande de levée d'immunité parlementaire formulée par le ministère de la Justice lundi dernier. Cette procédure permettra l'engagement de poursuites contre lui.
Le bureau de l'APN a transmis cette demande à la commission juridique, qui statuera sur son cas. Mais il faut préciser que la levée de l'immunité parlementaire est une procédure chronophage, qui dure plusieurs mois. Tliba cherche-t-il à gagner du temps ? Dans quel but ? Notons, en outre, que le garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a également demandé la levée de l'immunité de trois autres députés : Mohamed Djemaï (secrétaire général du FLN), Smaïl Benhamadi et Bari Saker, qui ont quant à eux renoncé volontairement à leur immunité.
Baha Eddine Tliba serait poursuivi pour «corruption» et serait accusé de «financement occulte» de la campagne électorale du président sortant Abdelaziz Bouteflika et celle des législatives de 2017 au profit du FLN. Cette accusation s'inscrit dans le cadre des enquêtes sur la corruption qui ont mené plusieurs hommes d'affaires et politiques derrière les barreaux. Avant qu'ils soient poursuivis par la justice, des députés d'autres formations politiques avaient dénoncé les agissements de Djemaï et Tliba, symboles de l'intrusion de l'argent sale dans le Parlement et dans l'ex-parti unique.
Avec son refus de renoncer de son propre chef à son immunité pour se mettre à la disposition de la justice, Tliba risque de subir l'humiliation d'un vote de ses pairs. Ce qu'ont évité la majorité des députés et sénateurs concernés par cette mesure. Deux sénateurs, Saïd Barkat et Djamel Ould Abbès, sur lesquels pèsent des présomptions de corruption au moment où ils étaient à la tête du ministère de la Solidarité et de la Famille, ont renoncé à leur immunité. Amar Ghoul, sénateur dans le tiers présidentiel et ancien ministre, dont le nom est lié au scandale de l'autoroute Est-Ouest, visé par la même procédure, a renoncé dans la discrétion. L'ex-ministre des Transports Boudjemai Talai, a refusé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.