L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Comment vaincre les réticences    La mauvaise note !    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tliba refuse de renoncer à l'immunité parlementaire
Alors que la justice a demandé sa levée
Publié dans El Watan le 17 - 09 - 2019

Le député FLN de la wilaya de Annaba, Baha Eddine Tliba, fait l'exception : il est le seul parlementaire parmi les sénateurs et députés dont la justice a demandé la levée de l'immunité parlementaire à opposer une résistance quant au renoncement à son immunité parlementaire.
Selon ses proches, Tliba refuse de renoncer volontairement à son immunité, poussant ainsi l'Assemblée populaire nationale à activer la procédure de levée de l'immunité en vertu des dispositions de l'article 127 de la Constitution et de l'article 124 (alinéa 2) de son règlement intérieur. Une fois la procédure finalisée, un vote en plénière sera programmé. Le député de Annaba, connu pour être le bras droit de Amar Saâdani, a fait l'objet d'une demande de levée d'immunité parlementaire formulée par le ministère de la Justice lundi dernier. Cette procédure permettra l'engagement de poursuites contre lui.
Le bureau de l'APN a transmis cette demande à la commission juridique, qui statuera sur son cas. Mais il faut préciser que la levée de l'immunité parlementaire est une procédure chronophage, qui dure plusieurs mois. Tliba cherche-t-il à gagner du temps ? Dans quel but ? Notons, en outre, que le garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a également demandé la levée de l'immunité de trois autres députés : Mohamed Djemaï (secrétaire général du FLN), Smaïl Benhamadi et Bari Saker, qui ont quant à eux renoncé volontairement à leur immunité.
Baha Eddine Tliba serait poursuivi pour «corruption» et serait accusé de «financement occulte» de la campagne électorale du président sortant Abdelaziz Bouteflika et celle des législatives de 2017 au profit du FLN. Cette accusation s'inscrit dans le cadre des enquêtes sur la corruption qui ont mené plusieurs hommes d'affaires et politiques derrière les barreaux. Avant qu'ils soient poursuivis par la justice, des députés d'autres formations politiques avaient dénoncé les agissements de Djemaï et Tliba, symboles de l'intrusion de l'argent sale dans le Parlement et dans l'ex-parti unique.
Avec son refus de renoncer de son propre chef à son immunité pour se mettre à la disposition de la justice, Tliba risque de subir l'humiliation d'un vote de ses pairs. Ce qu'ont évité la majorité des députés et sénateurs concernés par cette mesure. Deux sénateurs, Saïd Barkat et Djamel Ould Abbès, sur lesquels pèsent des présomptions de corruption au moment où ils étaient à la tête du ministère de la Solidarité et de la Famille, ont renoncé à leur immunité. Amar Ghoul, sénateur dans le tiers présidentiel et ancien ministre, dont le nom est lié au scandale de l'autoroute Est-Ouest, visé par la même procédure, a renoncé dans la discrétion. L'ex-ministre des Transports Boudjemai Talai, a refusé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.