Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Artiste plasticien, artisan et enseignant formateur dans le domaine des jeux artistiques, des œuvres d'art et des outils éducatifs, Abdelkader Chaterbache, de Aïn Defla, s'emploie, depuis plus de 20 ans, à soutenir le secteur de l'éducation, alimentant de ses produits crèches et écoles.
Influencé par son oncle qui réalisait des miniatures, ce natif de Tissemsilit, âgé de 45 ans, est le seul fabricant à l'échelle nationale du matériel Montessori, en référence à Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, mondialement connue pour la méthode pédagogique qui porte son nom (la pédagogie Montessori). «Par les temps qui courent, les outils pédagogiques sont incontournables dans le processus éducatif. On y recourt dans les ateliers d'apprentissage par la pratique pour lesquels ont opté de nombreux pays à travers le monde, la Finlande en tête, a-t-il fait savoir.
Selon lui, l'introduction à grande échelle des outils pédagogiques permet de consolider le rôle du maître qui doit aider et non juger», observant que le travail mental est la source de nourriture de l'esprit. «Certains parents m'ont assuré qu'en sus des compétences et des réflexes acquis par leurs enfants, ces outils ont eu des incidences positives sur le comportement de ces derniers, hyperactifs pour bon nombre d'entre eux, devenus plus calmes, plus sociables et plus respectueux de leurs camarades», s'est-il réjoui. Se référant à certains pédagogues, il a affirmé que le recours aux outils éducatifs est d'autant plus nécessaire que les solutions à certains troubles mentaux ne sont pas «nécessairement» médicales et chimiques, mais plutôt éducatives.
Au four et au moulin au niveau de son atelier situé à la maison de l'artisanat de Aïn Defla (il travaille 12 heures par jour), Abdelkader veille à la qualité des produits, prodiguant instructions et conseils au personnel (5 femmes) travaillant sous sa coupe. Assis face à son micro, il s'affaire à achever une carte puzzle de toute l'Algérie, permettant de connaître les régions du pays.
«Sans prétention aucune, nos produits concurrencent ceux en provenance de l'étranger et les professionnels de l'éducation ont mis en avant leurs spécificités», a-il- confié, soutenant que ces outils sont fabriqués selon les normes mondiales en vigueur (notamment celles ayant trait à la couleur et la matière avec laquelle ils sont construits).
En guise d'illustration des prix appliqués, il a précisé qu'une boîte de lettres amovibles est cédée à 5000 DA, au moment où le triangle constructeur revient à 8000 DA, signalant que les mêmes outils importés sont cédés respectivement à 7000 et 12 000 DA. Parallèlement à son travail, M. Chaterbache assure des sessions de formation dans nombre de régions du pays au profit de jeunes soucieux d'apprendre ce métier.
Pas moins de 150 personnes ont, dans ce cadre, été formés en 2018, dont les niveaux varient de la terminale aux étudiants préparant un doctorat se rapportant à la psychologie de l'éducation. Mais, en dépit de son inlassable activité et de son amour pour l'activité qu'il exerce, Abdelkader Chaterbache avoue avoir besoin d'un soutien «pressant» pour mener sa mission à la fois éducative et humanitaire.
«J'ai exposé ce projet à plusieurs responsables à divers niveaux de l'administration, mais malheureusement il n' y a pas eu d'écho favorable de leur part», a-t-il regretté, estimant «paradoxal» qu'en ces temps de récession économique, rien n'est fait pour encourager la fabrication d'outils qui reviennent nettement moins cher que ceux importés. Tout en rappelant que les économies de pays tels que l'Espagne ou l'Italie sont, en grande partie, basées sur l'activité des PME, il a estimé «inadmissible» le fait d'importer des outils tels les triangles de construction et les lettres amovibles susceptibles d'être fabriqués localement.
«Les locaux que j'occupe à la maison de l'artisanat sont loués avec mon propre argent, ils ne m'ont pas été offerts gracieusement», a-t-il tenu à faire savoir, qualifiant de «vaines» ses tentatives de bénéficier d'une aide de la part de l'antenne du Fonds de soutien à l'artisan de Aïn Defla. «Maria Montessori ne cessait de répéter que toute aide inutile est une entrave au développement de l'enfant», a-t-il insisté, signalant que la particularité de la méthode de cette grande pédagogue consiste à permettre à l'enfant d'apprendre le respect, la tolérance et la dignité en les vivant au quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.