Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2019

Artiste plasticien, artisan et enseignant formateur dans le domaine des jeux artistiques, des œuvres d'art et des outils éducatifs, Abdelkader Chaterbache, de Aïn Defla, s'emploie, depuis plus de 20 ans, à soutenir le secteur de l'éducation, alimentant de ses produits crèches et écoles.
Influencé par son oncle qui réalisait des miniatures, ce natif de Tissemsilit, âgé de 45 ans, est le seul fabricant à l'échelle nationale du matériel Montessori, en référence à Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, mondialement connue pour la méthode pédagogique qui porte son nom (la pédagogie Montessori). «Par les temps qui courent, les outils pédagogiques sont incontournables dans le processus éducatif. On y recourt dans les ateliers d'apprentissage par la pratique pour lesquels ont opté de nombreux pays à travers le monde, la Finlande en tête, a-t-il fait savoir.
Selon lui, l'introduction à grande échelle des outils pédagogiques permet de consolider le rôle du maître qui doit aider et non juger», observant que le travail mental est la source de nourriture de l'esprit. «Certains parents m'ont assuré qu'en sus des compétences et des réflexes acquis par leurs enfants, ces outils ont eu des incidences positives sur le comportement de ces derniers, hyperactifs pour bon nombre d'entre eux, devenus plus calmes, plus sociables et plus respectueux de leurs camarades», s'est-il réjoui. Se référant à certains pédagogues, il a affirmé que le recours aux outils éducatifs est d'autant plus nécessaire que les solutions à certains troubles mentaux ne sont pas «nécessairement» médicales et chimiques, mais plutôt éducatives.
Au four et au moulin au niveau de son atelier situé à la maison de l'artisanat de Aïn Defla (il travaille 12 heures par jour), Abdelkader veille à la qualité des produits, prodiguant instructions et conseils au personnel (5 femmes) travaillant sous sa coupe. Assis face à son micro, il s'affaire à achever une carte puzzle de toute l'Algérie, permettant de connaître les régions du pays.
«Sans prétention aucune, nos produits concurrencent ceux en provenance de l'étranger et les professionnels de l'éducation ont mis en avant leurs spécificités», a-il- confié, soutenant que ces outils sont fabriqués selon les normes mondiales en vigueur (notamment celles ayant trait à la couleur et la matière avec laquelle ils sont construits).
En guise d'illustration des prix appliqués, il a précisé qu'une boîte de lettres amovibles est cédée à 5000 DA, au moment où le triangle constructeur revient à 8000 DA, signalant que les mêmes outils importés sont cédés respectivement à 7000 et 12 000 DA. Parallèlement à son travail, M. Chaterbache assure des sessions de formation dans nombre de régions du pays au profit de jeunes soucieux d'apprendre ce métier.
Pas moins de 150 personnes ont, dans ce cadre, été formés en 2018, dont les niveaux varient de la terminale aux étudiants préparant un doctorat se rapportant à la psychologie de l'éducation. Mais, en dépit de son inlassable activité et de son amour pour l'activité qu'il exerce, Abdelkader Chaterbache avoue avoir besoin d'un soutien «pressant» pour mener sa mission à la fois éducative et humanitaire.
«J'ai exposé ce projet à plusieurs responsables à divers niveaux de l'administration, mais malheureusement il n' y a pas eu d'écho favorable de leur part», a-t-il regretté, estimant «paradoxal» qu'en ces temps de récession économique, rien n'est fait pour encourager la fabrication d'outils qui reviennent nettement moins cher que ceux importés. Tout en rappelant que les économies de pays tels que l'Espagne ou l'Italie sont, en grande partie, basées sur l'activité des PME, il a estimé «inadmissible» le fait d'importer des outils tels les triangles de construction et les lettres amovibles susceptibles d'être fabriqués localement.
«Les locaux que j'occupe à la maison de l'artisanat sont loués avec mon propre argent, ils ne m'ont pas été offerts gracieusement», a-t-il tenu à faire savoir, qualifiant de «vaines» ses tentatives de bénéficier d'une aide de la part de l'antenne du Fonds de soutien à l'artisan de Aïn Defla. «Maria Montessori ne cessait de répéter que toute aide inutile est une entrave au développement de l'enfant», a-t-il insisté, signalant que la particularité de la méthode de cette grande pédagogue consiste à permettre à l'enfant d'apprendre le respect, la tolérance et la dignité en les vivant au quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.